Test du Honor 9X Pro, un avenir est-il possible sans Google ?

Honor a beau se trouver dans une situation assez tendue depuis l’année dernière, et plus précisément depuis l’application du décret de Donald Trump, la firme continue de lancer de nouveaux modèles de smartphones. Et le moment est précisément venu de parler du Honor 9X Pro.

Honor était bien parti pour s’imposer durablement sur le marché de la téléphonie, mais la firme a subi de plein fouet le décret présidentiel Trump en début d’année dernière.

Le Honor 9X Pro a un look léché

Le Honor 9X Pro a un look léché

Depuis, il lui est interdit de lancer des appareils équipés des applications ou des services de Google.

Cela n’a cependant pas entamé son enthousiasme et Honor continue donc de lancer ponctuellement de nouveaux modèles. Le Honor 9X Pro est l’un des derniers en date et la marque m’en a confié un exemplaire pour mes tests.

Mais cette vidéo ne se contentera pas de vous présenter ses points forts et ses faiblesses. Elle sera également l’occasion de répondre à une question qui vous brûle sans doute les lèvres : un avenir est-il possible dans Google ?

Design & Ergonomie

Honor a toujours accordé beaucoup de soin au design de ses produits, notamment au niveau des teintes et des motifs incrustés dans la plaque arrière de ses appareils.

Et si le Honor 9X Pro ne déroge évidemment pas à la règle, sa plaque arrière n’est heureusement pas son seul atout.

Le Honor 9X Pro surprend tout d’abord par ses dimensions. L’appareil est en effet assez imposant en main. Fort heureusement, le poids, lui, reste contenu. Le Honor 9X Pro est ainsi plus léger qu’un iPhone 11 Pro Max ou qu’un Xiaomi Mi 10 Pro.

L’écran occupe une bonne partie de la façade de l’appareil et il est surtout dénué d’encoche ou de poinçon. La caméra frontale a en effet été placée dans une pièce motorisée située au niveau de la tranche supérieure et elle apparaîtra dès qu’elle sera sollicitée par vous ou vos applications. Attention en revanche, car le temps de déploiement de la caméra est assez long et elle aura ainsi besoin de deux bonnes secondes pour être en mesure de capturer des images.

Le dos ne passe clairement pas inaperçu. Honor a en effet teint la plaque dans un dégradé allant du mauve au violet et on trouve en prime un « X » lumineux directement gravé à l’intérieur du verre. L’effet est plutôt réussi, mais le terminal a aussi la fâcheuse tendance à attirer les traces de doigts. J’aurais préféré une finition mate.

La préhension est plutôt bonne et elle se calque sur celle des autres appareils de la marque. Tous les boutons sont donc regroupés sur la tranche droite. Les deux touches du volume en haut et le bouton de mise sous tension un peu plus bas.

Ce bouton de mise sous tension a d’ailleurs deux fonctions. Il vous permettra bien entendu de sortir votre téléphone de veille ou de l’y mettre, mais aussi de vous identifier. Il intègre en effet un lecteur d’empreintes digitales.

Honor s’est montré très généreux au niveau de la connectique. En plus du connecteur USB Type-C, on va donc trouver une prise casque sur la tranche inférieure.

La trappe des cartes se trouve en haut et elle pourra accepter au choix deux Nano SIM ou une Nano SIM et une micro SD. Il sera donc possible de faire cohabiter deux lignes sur le téléphone.

Quant au module photo arrière, pour une fois il ne dépasse pas trop de la coque et il ne nuira donc pas à la stabilité du téléphone lorsqu’il sera posé sur une table ou un bureau.

Un "X" lumineux est directement gravé dans le verre

Un « X » lumineux est directement gravé dans le verre

Le module photo ne ressort pas de la coque

Le module photo ne ressort pas de la coque

Écran, Processeur & Autonomie

Le Honor 9X Pro a des arguments à faire valoir sur le plan esthétique, mais en est-il de même pour le volet technique ?

Il semblerait que cela soit bien le cas. L’écran, pour commencer, atteint les 6,59 pouces et si nous ne sommes pas en présence d’une dalle OLED, on retrouve tout de même de bons contrastes et une colorimétrie plutôt convaincante, avec en prime une très belle définition puisque la dalle tend vers le Full HD+.

Et c’est une bonne nouvelle pour les mordus de vidéos, bien sûr, puisque la qualité de la dalle sera suffisante pour que nous puissions profiter au mieux de nos films et de nos séries.

Pour la partie technique, Honor a choisi de s’appuyer sur un Kirin 810, une puce qui a fait ses preuves. Elle est épaulée par 6 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Que vous pourrez étendre avec une carte micro SD.

Et dans les faits, ça fonctionne plutôt bien. Le Honor 9X Pro est très réactif et il répond bien aux sollicitations, même lorsqu’on jongle avec pas mal d’applications différentes.

Le constat vaut également pour le jeu. Certes, l’appareil se limite au 60 Hz au niveau du taux de rafraîchissement, mais il est tout à fait capable de faire tourner de gros titres très gourmands sans difficulté. J’ai même trouvé qu’il avait du répondant. Plus important encore, la chauffe est maîtrisée et on sent que le système de refroidissement liquide intégré remplit bien son office.

Côté autonomie, on trouve une batterie de 4000 mAh. Ce n’est pas la plus énorme du marché, loin de là, et on trouve mieux du côté de Xiaomi, mais le terminal pourra tenir la journée sans difficulté. Voire un peu plus en faisant attention.

Je ne me suis évidemment pas juste basé sur mon appréciation personnelle pour évaluer l’autonomie du Honor 9X Pro et j’ai également fait tourner PC Mark dessus. Il a tenu pas moins de 12h20 heures en moyenne avec le test d’autonomie de ce dernier.

L'écran, sans poinçon ni encoche

L’écran, sans poinçon ni encoche

Le ratio affichage / façade est des plus respectables

Le ratio affichage / façade est des plus respectables

Photo, Vidéo & Son

Le Honor 9X Pro a un certain charme, il a une fiche technique correcte, mais que vaut-il sur le terrain de la photo ?

Là, malheureusement, le bilan est un peu plus mitigé.

Sur le papier, l’offre n’est pas dénuée de charme.

Le Honor 9X Pro embarque en effet un capteur principal de 48 millions de pixels avec un grand angle ouvrant à f/1.8. Ce capteur est appuyé par un second capteur de 8 millions de pixels accompagné cette fois d’un ultra grand angle ouvrant à f/2.4.

Le troisième capteur, enfin, atteint les 2 millions de pixels et il se focalise uniquement sur le calcul de la profondeur de champ.

Le Honor 9X Pro ne brille donc pas par sa flexibilité. Le téléobjectif passe à la trappe et cela veut donc dire que le zoom proposé sera de type numérique.

En pleine lumière, il faut reconnaître que le Honor 9X Pro se montre assez étonnant. L’appareil est en effet capable de sortir des clichés très piqués, avec une belle dynamique en prime. La colorimétrie est plutôt bonne, pour peu que l’on désactive l’IA. Cette dernière a effectivement tendance à beaucoup trop saturer les couleurs.

Sans surprise, la qualité des photos du Honor 9X Pro chute dès que la lumière commence à manquer. On se retrouve alors avec des images plus brouillonnes.

Pour ne rien arranger, la mise au point devient de plus en plus compliquée à mesure que la lumière baisse.

Le basculement d’une focale a une autre est assez fluide, même si un temps d’attente est nécessaire avant que le téléphone ne soit pleinement opérationnel.

Je n’ai pas noté de différences flagrantes au niveau de la colorimétrie et on conserve des couleurs très proches les unes des autres lorsqu’on passe sur le grand angle ou l’ultra grand angle. Le piqué reste aussi homogène. Et sans grande surprise, la focale qui pose le plus problème est bien entendu le zoom. Le numérique a ses limites, bien sûr, mais c’est surtout la mise au point qui pose problème.

Le Honor 9X Pro est souvent tombé à côté durant les tests menés sur le terrain.

La vidéo reste anecdotique. La qualité des séquences laisse en effet clairement à désirer. Si la colorimétrie reste correcte, c’est surtout la netteté et la dynamique qui posent problème. Les résultats sont très moyens et on sent immédiatement que le Honor 9X Pro n’est pas du tout fait pour cet usage.

Côté audio, on va donc retrouver une prise casque et deux haut-parleurs. La qualité du son délivré par la prise casque dépendra bien entendu de ce que vous branchez dessus.

Quant aux haut-parleurs, eh bien ils ne sont pas mauvais. Ce ne sont sans doute pas les meilleurs du marché, mais ils sont tout de même capables de sortir un son plein et tout en relief grâce à une belle gestion des basses. Les aigus et les médiums sont peut-être un poil trop prononcé, mais cela reste correct.

Côté applications, c'est un peu compliqué

Côté applications, c’est un peu compliqué

La caméra frontale a besoin d'un peu de temps pour se déployer complètement

La caméra frontale a besoin d’un peu de temps pour se déployer complètement

Plateforme & Fonctions

Le Honor 9X Pro est livré sous EMUI 9.1 et donc sous Android 9. Une plateforme que l’on connaît déjà, mais qui a une limitation importante : elle fait l’impasse sur les applications et les services de Google.

Cette limitation  n’est pas voulue par la marque. Elle est imposée par le décret présidentiel pris par Donald Trump en début d’année dernière.  Un décret visant principalement Huawei, mais aussi toutes les filiales du groupe. Ce qui comprend Honor.

Techniquement, Honor n’a donc plus le droit de proposer les applications et les services de Google sur ses téléphones. Le Honor 9X Pro est donc livré sans le Play Store, sans Gmail, sans Google Maps, sans Google Docs, sans Google Chrome et finalement sans toutes les applications que nous utilisons tous au quotidien sur Android.

Pour remplacer le Play Store, Honor a donc décidé de tout miser sur l’AppGallery, sa propre boutique d’applications. Et si cette dernière commence à séduire les éditeurs et les développeurs, elle est encore très loin d’atteindre le niveau du Play Store.

La situation finira sans doute par s’améliorer, mais pour le moment, il manque énormément d’outils. Netflix n’est pas présent, pas plus que Twitter, Spotify ou même Call of Duty Mobile.

Il y aura bien entendu des solutions pour contourner ces limitations. La plus évidente sera de passer par les versions web de tous ces services, mais ce n’est clairement pas l’idéal puisque les services web vont beaucoup moins loin que les applications.

L’autre solution consiste donc à passer par des fichiers APK qui fonctionnent un peu comme des exécutables et qui permettent d’installer directement des applications en récupérant leur installeur.

Si vous vous êtes un peu renseigné sur le sujet, alors vous savez sans doute que Huawei propose justement une application qui facilite cette tâche. Elle s’appelle TrouvApp et elle est censée être directement disponible depuis l’AppGallery.

Censée, car elle ne l’est pas sur le mien au moment où je réalise cette vidéo.

Je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas. Brandon (le Proktor), par exemple, l’a bien dans l’AppGallery de son P40 Pro. Et la seule différence entre nous, finalement, vient de la version de la plateforme et de la boutique. Le flagship de Huawei tourne en effet sur EMUI 10 et avec la dixième version de l’AppGallery. Fort heureusement, il existe une fois encore des alternatives.

La première d’entre elles est assez récente. Il s’agit de Petal Search, un outil développé par Huawei et qui est disponible sur l’AppGallery. Ce dernier fonctionne comme un méta moteur de recherche de fichiers APK et il permet donc de trouver des applications hébergées chez APK Mirror ou même encore APK Pure.

APK Pure que j’ai beaucoup utilisé durant ces semaines de test. Le service fonctionne comme un catalogue et il permet ainsi de rechercher et d’installer directement des fichiers APK sans avoir besoin de se rendre sur le site des éditeurs. Mieux encore, le catalogue est proposé sous la forme d’un service, ou d’une application.

Avec énormément de choix. Tous les grands noms répondent en effet présents et les fichiers APK fonctionnent bien. Du moins pour la plupart. Netflix, par exemple, n’a pas voulu fonctionner sur le Honor 9X Pro malgré mes tentatives.

L’alternative du fichier APK est donc intéressante, mais elle n’est pas sans défaut.

Et en réalité, il y a même trois inconvénients à cette solution.

La première a trait à la sécurité. Télécharger un fichier APK qui n’a pas été validé par les équipes de Google comporte bien évidemment des risques en termes de sécurité.

Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il ne faut pas télécharger n’importe quoi n’importe où.

Le second inconvénient de cette solution a trait aux mises à jour. Il faudra en effet les installer manuellement, ce qui peut s’avérer particulièrement agaçant lorsqu’on jongle avec des dizaines d’applications.

Le troisième défaut est sans doute le pire. Le Honor 9X Pro n’embarque pas les services mobiles de Google. Du coup, si vous installez une application comme Google Maps ou Gmail, elle ne fonctionnera pas.

Les finitions sont objectivement sublimes

Les finitions sont objectivement sublimes

Pas d'encoche pour nous gêner la vue

Pas d’encoche pour nous gêner la vue

En Conclusion

Le moment est donc venu de conclure ce test.

Je vais être franc avec vous, les premières heures passées en la compagnie du Honor 9X Pro ont été extrêmement frustrantes. Rien que le fait de ne pas pouvoir s’identifier avec son compte Google et de devoir se rabattre sur son compte Huawei lors de l’initialisation du téléphone a été un coup dur.

La seconde claque, je me la suis prise en explorant pour la première fois l’AppGallery. Pour moi, la boutique n’est vraiment pas au niveau, et c’est finement à se demander ce que font les éditeurs et les développeurs. Qu’une boîte comme Twitter soit infoutue de proposer une application sur le store de Huawei me dépasse complètement.

Fort heureusement, le Honor 9X Pro est sauvé par toutes les alternatives que nous venons d’évoquer et qui permettent, finalement, de reprendre le contrôle du téléphone.

Le problème, c’est que ces alternatives ne se destinent pas au consommateur lambda et je vois mal ma belle mère installer APK Pure et installer des fichiers APK sur son téléphone.

Mais ça, bien sûr, ce n’est pas du fait de Honor. La marque est simplement un dommage collatéral de la politique protectionniste menée par Trump depuis le début de son mandat. Maintenant, je ne peux pas non plus recommander l’achat d’un téléphone dont la plateforme est amputée de la plupart de ses fonctions. Pas à n’importe qui en tout cas.

Et je pense que c’est finalement ça qu’il faut retenir. Le Honor 9X Pro, du haut de ses 250 €, offre un très bon rapport qualité/prix, mais il ne se destine pas à tous les publics.

Et si vous voulez franchir le pas, alors il sera préférable de bien connaître l’univers Android et de ne pas avoir peur de mettre les mains dans le cambouis.

Honor 9X Pro

249 €
7.6

Ecran

8.5/10

Design & Ergonomie

8.5/10

Puissance & Autonomie

8.0/10

Photo & Vidéo

8.0/10

Fonctions

5.0/10

Pour

  • Un design moderne
  • Un écran sans encoche ni poinçon
  • Un appareil polyvalent

Contre

  • Une autonomie perfectible
  • Un téléphone assez massif
  • Pas d'applications et de services de Google

Mots-clés honorhonor 9x pro