Test du OnePlus 8, le OnePlus de la maturité

OnePlus vient de tenir une conférence de presse d’exception entièrement tournée vers ses deux nouveaux vaisseaux amiraux, les OnePlus 8 et OnePlus 8 Pro, mais ces deux appareils m’accompagnent depuis maintenant deux semaines.

Deux semaines qui m’ont permis de prendre toute la pleine mesure du chemin accompli par un constructeur qui n’a plus rien à envier à ses concurrents.

Le OnePlus 8 et son magnifique écran poinçonné.

Le OnePlus 8 et son magnifique écran poinçonné.

Alors bien sûr, le modèle « pro » aura lui aussi droit à son test complet, mais nous allons commencer par nous pencher sur le OnePlus 8.

OnePlus a fait pas mal de chemin depuis la création de l’entreprise en 2013. Si la firme est née à Shenzhen, elle a réussi à s’internationaliser et elle est désormais présente sur de nombreux marchés différents.

Pour affronter l’année 2020, OnePlus a donc fait le choix de lancer une fois encore deux appareils différents : le OnePlus 8 et le OnePlus 8 Pro.

On reviendra sur leurs différences à la fin de l’article, mais il est important de signaler que ces deux appareils sont très proches l’un de l’autre. OnePlus a effectivement gommé les différences entre ses deux modèles pour ne pas décevoir ses fans.

Design & Ergonomie

Le OnePlus 7T a marqué une rupture dans l’histoire de la gamme. Et contrairement à ce que l’on aurait pu penser, il en va exactement de même pour ce nouveau modèle.

Le OnePlus 8 n’a en effet rien à voir avec son prédécesseur.

Et il suffit d’ailleurs de placer les deux appareils côte à côte pour s’en rendre compte. S’ils ont un vague air de famille et reprennent le même format, ils n’ont pas franchement un air de ressemblance.

Globalement, les fondamentaux restent les mêmes. Le OnePlus 8 est donc doté d’un boîtier en verre. Les deux plaques sont assemblées par le truchement d’un châssis en métal et l’ensemble inspire la confiance.

La confiance, et le respect. Car derrière, OnePlus a également fait de gros efforts pour alléger au maximum son nouveau flagship. Le OnePlus est en effet plus léger que le OnePlus 7T et il est aussi un peu plus fin.

Cela se joue bien entendu à quelques millimètres, mais la différence est vraiment palpable lorsque vous tenez les deux appareils en main.

OnePlus a comme transcendé le design de ses appareils. Et très clairement, le OnePlus 8 tient tout à fait la comparaison avec un Galaxy S20 sur ce terrain.

L’écran est tout bonnement immense. Immense, et borderless. OnePlus a réduit au maximum les bordures entourant la dalle de son téléphone et ces dernières sont quasiment inexistantes.

Cette impression est d’ailleurs renforcée par la dalle elle-même puisque cette dernière est incurvée et vient de ce fait recouvrir une partie des tranches de l’appareil. Quant à l’encoche, elle a disparu au profit d’un poinçon placé dans le coin supérieur gauche.

Un poinçon très discret comme nous le verrons un peu plus tard.

Le dos de l’appareil a bénéficié du même soin. OnePlus a en effet opté pour une plaque en verre incurvée à la finition mate. Une plaque colorée en vert sur le modèle qui m’a été confié par le constructeur.

L’ergonomie n’a pas changé et elle est toujours aussi efficace. Les touches de contrôle du volume sont placées sur la tranche de gauche et le bouton de mise sous tension se trouve sur la tranche de droite, sous l’interrupteur permettant de changer de profil audio.

Un interrupteur qui est toujours aussi pratique et qui nous permettra de switcher entre trois profils différents : sonnerie, vibreur ou silence.

Sans surprise, le OnePlus 8 est dépourvu de prise casque. Le seul connecteur est situé sur la tranche inférieure et il est proposé au format USB Type-C.

Et en main, qu’est ce que ça donne ? Le terminal est très doux au toucher et il épouse bien la paume de la main.

Ce confort d’utilisation, il ne le doit d’ailleurs pas uniquement à la finition mate ou au côté incurvé de sa plaque arrière. Tout comme le OnePlus 7T, la marque est partie sur un format au 20:9 et le téléphone est donc assez long et assez étroit, ce qui ne le rend que plus facile à manipuler.

Mais ce qui frappe, finalement, c’est le soin apporté aux détails. OnePlus s’est tout simplement surpassé et peu d’appareils offrent un tel niveau de finitions. Pour moi, c’est vraiment du travail d’orfèvre.

Le poinçon du OnePlus 8, que vous oublierez très vite

Le poinçon du OnePlus 8, que vous oublierez très vite

Un écran aux bordures contenues, et légèrement incurvé

Un écran aux bordures contenues, et légèrement incurvé

Écran, Processeur & Autonomie

Niveau design, c’est un sans faute. Le OnePlus 8 place la barre très haut. Mais le look ne fait pas tout et le moment est venu de passer aux choses sérieuses et de nous pencher sur la fiche technique du téléphone.

Et pour commencer, on va bien entendu parler de son écran. La diagonale atteint les 6,55 pouces et on est en présence d’une dalle Fluid AMOLED. Pour un format en 20:9, une définition en FullHD+, le support du HDR10+, un filtre à lumière bleue et… un taux de rafraîchissement de 90 Hz.

Sur ce terrain, le OnePlus 8 ne va en effet pas aussi loin que le OnePlus 8 Pro qui atteint pour sa part les 120 Hz.

Mais cela n’enlève bien évidemment rien à ses qualités intrinsèques. Et si les OnePlus 8 ont décroché la note A+ chez DisplayMate, ce n’est bien entendu pas par hasard.

Cet écran est en effet redoutable, avec des contrastes marqués, une luminosité revue à la hausse et une colorimétrie qui tape dans le mille. Peu importe que vous soyez mordus de multimédia ou photographe à vos heures perdues, vous y trouverez votre compte et le OnePlus 8 n’a ainsi rien à envier à un iPhone 11 Pro ou à un Galaxy S20 sur ce terrain.

Surtout que le ratio affichage/façade participe pour beaucoup au capital sympathie de cette fameuse dalle. En troquant l’encoche pour le poinçon, OnePlus nous garantis une meilleure immersion dans nos contenus.

J’ai rarement pris autant de plaisir à regarder des vidéos sur un téléphone.

Les performances ne sont évidemment pas en reste. Le contraire aurait de toute manière été étonnant. Le OnePlus 8 est en effet animé par un Snapdragon 865 couplé à 8 ou 12 Go de mémoire vive en fonction des versions proposées. Le stockage passe de son côté à 128 ou 256 Go. Et c’est bien entendu le gros modèle qui se trouvait dans le presskit envoyé par OnePlus.

Alors je passe évidemment sur les benchmarks qui ne présentent aucun intérêt. Du moins pas pour ceux axés sur la puissance. Ce que je peux vous dire, en revanche, c’est que le OnePlus 8 n’a pas fléchi une seule fois durant ces deux semaines de test.

En réalité, c’est même tout l’inverse. Aidé par l’excellent taux de rafraîchissement de sa dalle, le OnePlus 8 donne l’impression de répondre à la moindre de nos sollicitations. Tout semble plus rapide, plus réactif et finalement plus facile. C’est une impression étrange, difficile à expliquer en quelques lignes. L’expérience utilisateur est en tout cas remarquable et on prend énormément de plaisir à solliciter le téléphone.

L’autonomie est toujours un sujet délicat. Il faut effectivement prendre de nombreuses variables en considération. Chaque personne a ses propres usages et vous ne faites sans doute pas la même chose que moi avec votre téléphone.

C’est la raison pour laquelle j’ai pris l’habitude de faire tourner PC Mark sur les appareils qui me passent sous les mains. Alors bien sûr, ce n’est qu’un benchmark, ses résultats sont toujours contestables, mais ses résultats correspondent assez bien à la réalité.

Et justement, après avoir fait tourner l’outil à plusieurs reprises sur le OnePlus 8, j’en suis venu à une moyenne des plus respectables. Une moyenne atteignant les 14 heures.

Mais l’autonomie n’est finalement qu’une partie du problème. La charge en est l’autre pendant. Nous voulons tous un téléphone qui tient longtemps, c’est vrai, mais nous avons surtout besoin d’un smartphone qui charge vite.

Et encore plus à notre époque, où nous devons le plus souvent jongler entre plusieurs vies.

Ici, le OnePlus 8 va beaucoup moins loin que son grand frère et il se contente donc de la charge rapide.

La batterie de 4300 mAh peut donc encaisser le Warp Charge 30T et une puissance globale de 30W. Elle aura donc besoin de 23 minutes pour arriver à 50 % de sa charge, et pas loin d’une heure et quart pour atteindre les 100 %.C’est correct, bien sûr, mais cela laisse tout de même un petit goût d’inachevé lorsqu’on compare ces performances à celles du OnePlus 8 Pro.

Sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir un peu plus tard.

Jolies courbes, n'est ce pas ?

Jolies courbes, n’est ce pas ?

Le dos du OnePlus 8, un vert mat sur ce modèle.

Le dos du OnePlus 8, un vert mat sur ce modèle.

Photo, Vidéo & Son

Les efforts de OnePlus ne se sont pas uniquement portés sur la fiche technique brute du OnePlus 8. Le constructeur a également mis l’accent sur la photo.

Le OnePlus 8 est donc équipé d’un module arrière composé de trois capteurs différents.

Le capteur principal est un IMX586 de Sony et il atteint les 48 millions de pixels. Il s’agit d’un capteur qui a fait ses preuves et que l’on retrouve aujourd’hui dans de nombreux smartphones. L’optique est un grand angle et elle ouvre à f/1.75.

Pour l’accompagner, on trouve un second capteur de 16 millions de pixels. Cette fois, OnePlus a opté pour un ultra grand angle offrant un champ de vision de 116° et une ouverture à f/2.2.

Le troisième capteur n’est pas très défini et il ne dépasse pas les 2 millions de pixels… avec une optique de type macro.

Vous l’aurez compris, le OnePlus 8 fait l’impasse sur le téléobjectif, ce qui ne l’empêche évidemment pas de proposer un zoom. Attention en revanche, car ce zoom proposera un grossissement numérique et non optique.

Ce qui se traduira par une perte en termes de qualité, que ce soit au niveau de la sensation de netteté ou de la dynamique.

Bon, et dans la vie de tous les jours, sinon ?

Le OnePlus 8 se débrouille très bien lorsque la lumière est là. S’il n’atteindra pas le niveau d’un Pixel 4, notamment en termes de dynamique, il sera en mesure de générer des images piquées avec une belle profondeur de champ et une colorimétrie plutôt naturelle.

Contrairement à certains concurrents, OnePlus a en effet choisi de ne pas jouer la carte de la saturation et cela permet au terminal de coller plus à la réalité.

La dynamique n’est pas mauvaise, même si elle m’a un peu laissé sur ma faim, et ce que ce soit au niveau des hautes lumières ou des ombres. Sur ce terrain et comme nous le verrons dans le test associé, le OnePlus 8 Pro fait mieux.

Lorsque la lumière baisse, le OnePlus 8 aura un peu plus de difficulté. Enfin, tout dépendra des conditions de prise de vue.

Si vous shootez dans un environnement sans lumière, alors le terminal perdra en netteté et il produira des clichés un peu plus baveux au niveau des contours. Bon point en revanche, la balance des blancs reste efficace et elle ne tendra pas trop vers le brun.

En revanche, avec une source lumineuse, même minime, le terminal s’en sort beaucoup mieux et il sera alors capable de produire des photos plus piquées, avec une colorimétrie toujours aussi naturelle.

Lorsqu’on lance l’application photo du OnePlus 8, ce dernier nous donne la main sur trois focales différentes. On peut ainsi basculer sur un grand angle, sur un ultra grand ou sur un zoom 2x.

Le grand angle et l’ultra grand angle se comportent bien et on conserve dans les deux cas un beau piqué et une dynamique correcte, avec une colorimétrie qui ne change pas trop d’une focale à l’autre.

La situation se dégrade en revanche sur le zoom, et c’est normal puisque ce dernier n’est pas de type optique, mais numérique. Le téléphone procédera donc à un agrandissement numérique de la scène, ce qui aura pour effet de nous faire perdre en piqué.

Le troisième capteur embarqué à bord du OnePlus 8 s’accompagne d’une optique macro. Et ses performances vont bien entendu dépendre des conditions de prise de vue.

Très concrètement, si vous voulez obtenir de bons résultats, il faudra impérativement shooter avec une belle lumière. Et de préférence en début ou en fin de journée. La lumière rasante sublimera en effet les ombres des sujets photographiés.

Mais la vraie difficulté, finalement, ce sera de maintenir une posture immobile. La macro est une pratique qui exige de la précision et le OnePlus 8 ne déroge pas à la règle. Le moindre mouvement, le moindre écart, pourra donc avoir des conséquences désastreuses.

Concernant la vidéo, il y a plusieurs choses à signaler. Pour commencer, on aura le choix entre pas mal de modes différents. On pourra filmer en 1080p ou en 4K, à des cadences atteignant dans les deux cas les 30 ou les 60 ips.

En prime, l’application intègre aussi des modes estampillés « CINE 4K » avec un format en 21:9.

Si la qualité est au rendez-vous, c’est surtout au niveau de la stabilisation que le terminal s’avère redoutable. OnePlus a en effet intégré à son application un système de stabilisation extrêmement efficace lorsque nous filmerons en 4K à 30 ips.

Très honnêtement, le résultat est comparable à celui d’un iPhone 11 Pro, qui détient pourtant la palme en la matière. Mieux encore, ce système se base à la fois sur un EIS et un OIS, ce qui permet de ne pas trop cropper l’image.

L’application est toujours aussi agréable à utiliser. Elle n’a en effet pas changé depuis les OnePlus 7T et on retrouve donc toujours cette interface épurée et ces nombreux modes qui permettent au téléphone de s’adapter à toutes les situations.

La seule incohérence, finalement, vient du mode macro. Ce dernier n’est pas présent dans le bandeau des modes, mais sous la forme d’un bouton situé dans le bandeau du haut du mode photo. J’aurais aimé qu’il soit plus accessible, d’autant qu’il est capable d’obtenir de bons résultats.

Le seul véritable changement, en termes d’interface, vient finalement du bouton « paramètres » situé en haut, un bouton qui nous permet d’accéder plus rapidement aux options avancées.

Il nous reste maintenant à parler du son, avec une fois encore de très belles surprises.

Le OnePlus 8 est en effet équipé de haut-parleurs stéréo compatibles avec le Dolby Atmos. Il sera donc capable de restituer un son spécialisé qui favorisera bien entendu l’immersion de son utilisateur. Et ce que ce soit pour les jeux ou même en vidéo.

Encore une fois, on sent vraiment que OnePlus a tout mis en oeuvre pour contenter le public le plus large possible.

Le module photo perd un capteur par rapport à celui du OnePlus 8 Pro

Le module photo perd un capteur par rapport à celui du OnePlus 8 Pro

Le dos est très doux au toucher

Le dos est très doux au toucher

OnePlus 8 vs OnePlus 8 Pro, le jeu des différences

L’année dernière, OnePlus avait misé sur la distinction.

Le OnePlus 7 ne ressemblait pas au OnePlus 7 Pro et il en allait bien entendu de même pour le OnePlus 7T et le OnePlus 7T Pro. Si ce choix m’avait paru assez logique à l’époque, il a tout de même valu quelques critiques à la marque.

Cette année, OnePlus a donc changé de stratégie.

Lorsque vous placez le OnePlus 8 aux côtés du OnePlus 8 Pro, les deux modèles semblent identiques. La seule chose qui change, finalement, c’est leur format.

Le modèle pro est en effet doté d’un écran atteignant les 6,78 pouces de diagonale et cela a bien entendu un impact sur ses dimensions.

Le design reste en revanche inchangé. On est toujours sur un écran borderless et sur un boîtier en verre, avec le même effet mat sur les deux modèles qui m’ont été prêtés.

Plus globalement, le niveau de finition est équivalent sur les deux appareils. Le OnePlus 8 ne fait donc pas moins abouti que son grand frère et c’est bien entendu une excellente chose puisque ses futurs propriétaires ne se sentiront pas lésés.

Maintenant, la diagonale n’est pas la seule différence. Et si les deux appareils partagent le même socle technique, avec un processeur, une mémoire vive et un stockage équivalent, ils ne font pas jeu égal sur le terrain de la photo.

Et il suffit d’ailleurs de les retourner pour s’en apercevoir. Le module photo du OnePlus 8 Pro comporte en effet un peu plus d’éléments et il embarque ainsi pas moins d’un capteur supplémentaire… et très original.

Le capteur principal atteint toujours la même définition et on reste donc sur du 48 millions de pixels. Le modèle change en revanche et OnePlus a ains opté pour un IMX689 et donc pour un capteur plus récent et plus gros. L’optique ne change pas, pas plus que son ouverture.

Le second capteur va plus loin et il atteint les 48 millions de pixels de définition lui aussi. Ici, le constructeur a opté pour un IMX586 avec un ultra grand angle offrant un champ de vision de 120°. L’optique est motorisée et elle pourra basculer sur un macro.

Le troisième capteur change à son tour. Il atteint les 8 millions de pixels et il s’accompagne d’un téléobjectif offrant un zoom optique en 3x.

Et nous en venons au quatrième capteur, qui ne ressemble à rien de ce que nous connaissons. Il s’agit en effet d’une Color Filter Camera de 5 millions de pixels et ce capteur supplémentaire se focalisera donc sur la couleur et la lumière. Il permettra ensuite au OnePlus 8 Pro de générer des effets lumineux plus réalistes. Effets sur lesquels nous reviendrons dans le test du téléphone.

Le OnePlus 8 Pro est plus grand, il est mieux équipé sur le terrain de la photo et il a aussi un dernier atout : la charge sans fil.

Si le terminal est bien entendu compatible avec la charge rapide Wars Charge 30T, il embarque aussi le Wars Charge Wireless. Doté d’une puissance de 30W, ce système lui permettra d’atteindre les 50 % en 30 minutes… avec le socle développé par OnePlus.

Et en prime, on trouve également de la charge inversée, avec une puissance de seulement 5W cette fois.

Mais alors, quel modèle choisir ? Tout dépend bien entendu de vos besoins. Si la photo n’est pas une priorité pour vous et si la charge sans fil ne vous a jamais vraiment intéressé, alors vous pouvez parfaitement vous orienter vers le OnePlus 8.

En revanche, si vous shootez énormément et si vous ne voulez faire aucune concession, je vous recommanderai de vous tourner vers le OnePlus 8 Pro. Mais avant de passer commande, sans doute est-il préférable d’attendre la mise en ligne de son test.

L'ergonomie ne change pas, mais on remarque que les bordures sont teintes de la même couleur que le dos

L’ergonomie ne change pas, mais on remarque que les bordures sont teintes de la même couleur que le dos

Les angles de vision sont parfaits

Les angles de vision sont parfaits

En Conclusion

Le moment est venu de conclure ce test.. et de parler un peu d’argent.

Lors de l’annonce du OnePlus 8, beaucoup ont tiqué lorsque le constructeur a dévoilé son prix de vente. Et je vais être très franc avec vous, j’ai aussi fait la grimace lorsque le constructeur me l’a annoncé lors du pré-brief organisé le mois dernier.

Mine de rien, les prix démarrent à 699 € et on est donc à 100 € de plus que le OnePlus 7T à sa sortie. Et par les temps qui courent, 100 €, c’est une somme importante.

Donc oui, OnePlus a bien revu ses prix à la hausse, mais cette augmentation est aussi justifiée par tout ce que l’appareil apporte en plus, à commencer par ce magnifique écran Fluid AMOLED poinçonné. Et puis, en prime, on a des finitions exceptionnelles, un processeur hors norme et un module photo très capable. Tout ça pour un prix qui reste encore sous la barre des 700 €.

Et je pense que le mieux, c’est de comparer ce que propose le OnePlus 8 à la concurrence. Certes, 699 €, c’est une somme, mais on reste loin des prix de Samsung d’Apple ou même maintenant de Xiaomi.

Le OnePlus 8 est extrêmement confortable en main

Le OnePlus 8 est extrêmement confortable en main

La dalle atteint les 90 Hz en taux de rafraichissement, contre 120 Hz pour le OnePlus 8 Pro

La dalle atteint les 90 Hz en taux de rafraichissement, contre 120 Hz pour le OnePlus 8 Pro

OnePlus 8

558 €
9.2

Ecran

9.5/10

Design & Ergonomie

9.5/10

Puissance & Autonomie

9.5/10

Photo & Vidéo

8.0/10

Fonctions

9.5/10

Pour

  • Un design léché
  • Des finitions irréprochables
  • Un très bel écran
  • Une puce puissante
  • Une plateforme très agréable

Contre

  • Un module photo perfectible
  • Un prix un peu plus élevé

Mots-clés OnePlusoneplus 8