Test du POCO F3, un smartphone gaming à moins de 360 € ?

Pocophone a présenté le mois dernier deux nouveaux smartphones, parmi lesquels se trouve le Poco F3. Un appareil puissant, doté d’un très bel écran et qui m’a accompagné pendant près de deux semaines.

Je ne vais pas vous fair l’affront de vous présenter Pocophone. La marque avait effectivement fait un buzz considérable avec le Poco F1, un smartphone qui avait pour particularité de tout miser sur la fiche technique, au détriment du design.

Depuis, le constructeur a pas mal étoffé son catalogue et il nous avait même gratifiés du Poco X3, un petit smartphone milieu de gamme qui ne manquait pas de puissance.

Mais à présent, le moment est venu de franchir un tout nouveau cap avec le Poco F3 et de répondre finalement à une question : un smartphone gaming sous la barre des 400 €, est ce bien raisonnable ?

Design & Ergonomie

Avant de nous pencher sur la fiche technique de ce petit Poco, nous allons commencer par nous focaliser sur son look. Parce qu’au final, il y a pas mal de choses à en dire.

Je le disais juste avant, mais la philosophie de Pocophone a toujours été de privilégier la puissance au détriment du design. Lorsque le Poco F3 est arrivé à la maison, je m’attendais donc à me retrouver face à un smartphone… disons assez moche.

Mais au final, ce n’est pas le cas. Pocophone s’est en effet montré plutôt généreux de ce côté et le Poco F3 partage finalement beaucoup avec le petit Mi 11 de Xiaomi.

De face, on a donc droit à un écran immense et qui a pour mérite d’être entouré par de très fines bordures. On a toujours un menton qui est un peu plus épais que les smartphones haut de gamme, mais il a tout de même été pas mal aminci par rapport aux précédents appareils de la marque.

Le poinçon, de son côté, répond présent et il est intégré en haut au milieu de la dalle. J’aurais préféré le voir placer dans le coin gauche, mais il a tout de même su se faire assez discret durant ces deux semaines de test.

L’ergonomie va droit à l’essentiel et tous les boutons sont placés sur la tranche de droite. C’est aussi là que l’on trouvera le lecteur d’empreintes digitales. Un lecteur plutôt réactif, mais qui n’est pas facile à trouver en aveugle durant les premiers jours passés en compagnie du téléphone.

Le Poco F3 a pour particularité d’embarquer deux haut-parleurs, qui ont l’intelligence d’être placés sur les tranches supérieures et inférieures. Je m’attendais à un son tout juste passable, mais ce n’est pas le cas. Le téléphone peut restituer un son très englobant et qui ne sature pas trop lorsqu’on le pousse. En revanche, il manque peut-être d’un poil de basses, mais c’est un avis très personnel et donc subjectif.

C’est finalement quand on le retourne sur lui-même que l’on pense au Xiaomi Mi 11. La ressemblance est frappante et on est très loin de ce que propose par exemple un Poco X3.

Le dos est donc uni, et brillant. Du moins sur mon modèle puisque c’est la version noire qui m’a été confiée, une version qui se montre assez salissante mais qui a tout de même un certain charme. De même pour le module photo, qui reprend totalement l’identité visuelle de celui présent à bord du Mi 11. 

La pièce prend ainsi la forme d’un rectangle aux coins arrondis, avec un système de deux plaques collées l’une sur l’autre. La première contient quelques mentions relatives aux capteurs et le flash, la seconde les différents capteurs et optiques du téléphone. Capteurs sur lesquels nous reviendrons un peu plus tard.

Rien de très palpitant du côté de la connectique. On a juste un port USB Type-C. La trappe des cartes se limite pour sa part à deux nano SIM. Pas de micro SD en vue donc.

Ecran, Processeur & Autonomie

La philosophie de Pocophone, c’est donc de proposer le plus de puissance possible au prix les plus bas. Un prix qui, en l’occurrence, tourne ici autour des 360 € sans offre de prélancement, ou de 300 € avec. 

Et gardez bien ce prix en tête pour la suite.

L’écran, pour commencer, est de type AMOLED, avec une diagonale en 6,67 pouces et une définition en Full HD+. Elle est compatible HDR10+ et elle propose un taux de rafraichissement de 120 Hz avec un taux d’échantillonnage tactile de 360 Hz. Le tout est protégé par une vitre traitée au Gorilla Glass 5.

Si cette dalle n’est pas la plus belle du marché, elle reste tout de même enthousiasmante, et ce que ce soit dans un cadre purement gaming ou même pour du multimédia. 

Le Poco F3 est en effet très agréable dans cet usage et il ravira donc toutes les personnes qui regardent beaucoup de séries ou de films sur leur smartphone.

Sans grande surprise, Pocophone n’a pas opté pour un Snapdragon 888 pour animer son téléphone, mais pour un Snapdragon 870. Une puce présentée en début d’année par Qualcomm et qui est assez proche du Snapdragon 865 tout en proposant une puissance accrue.

Dans les faits, cela fonctionne bien, et même très bien. Le Poco F3 est réactif en toute occasion et il n’aura aucun mal à faire tourner les jeux les plus gourmands. Remarquez, le contraire aurait été étonnant. Le Snapdragon 865 est déjà difficile à prendre en défaut et on se doutait bien qu’il allait en être de même pour le 870.

La chauffe reste maitrisée.

L’écran, c’est fait. La puissance, aussi. Le moment est donc venu de parler d’autonomie et de charge.

Le Poco F3 embarque une batterie de 4 520 mAh. Une batterie située dans la moyenne, donc, et qui lui permettra de tenir la journée sans difficulté. Du moins à condition de ne pas trop jouer. Si vous passez toutes vos journées sur Call of Duty Mobile, l’autonomie chutera bien entendu en flèche et cela n’a rien de surprenant.

Or justement, le souci, c’est qu’on trouve derrière une charge limitée au 33 W. Il faudra donc se montrer patient et le téléphone aura besoin de pas mal de temps pour se charger complètement.

Ce qui peut être assez agaçant pour des gens qui jouent beaucoup et qui n’ont pas forcément envie d’attendre une heure entre deux parties. Maintenant, il ne faut pas oublier que l’on parle ici d’un téléphone proposé sous la barre des 400 €. Voire même des 300 € chez Aliexpress.

Un téléphone qui est en plus compatible 5G. Je n’ai cependant pas pu le tester dans cet usage.

Photo & Vidéo

Je vais être très honnête, je n’attendais absolument rien du Poco F3 sur le terrain de la photo et de la vidéo. Rien de rien. Et du coup, je n’ai pas été déçu.

Techniquement, nous sommes sur un module composé de trois capteurs.

Le premier atteint les 48 millions de pixels de définition et c’est le capteur que l’on retrouve finalement chez la plupart des appareils milieu de gamme. Il est associé à une optique ouvrant à f/1.79 et il profite du pixel bining, avec la possibilité de convertir 4 pixels en un.

Le second capteur atteint les 8 millions de pixels et il est associé à un ultra grand angle ouvrant à f/2.2 et offrant un champ de vision de 119°.

Le troisième capteur ne dépasse pas les 5 millions de pixels et il est couplé à une optique de type macro. Ce qui ne surprendra une fois de plus personne.

La caméra frontale atteint les 20 millions de pixels, avec une optique ouvrant à f/2.45.

Sans surprise, le Poco F3 fait donc l’impasse sur le zoom. Mais le moment est maintenant venu de nous focaliser sur les images.

De jour, le Poco F3 peut obtenir des résultats corrects avec un niveau de détail auquel je ne m’attendais vraiment pas. La dynamique est en revanche assez perfectible et il faudra veiller à ne pas shooter avec une forte lumière en direct, sous peine de voir ses photos recouvertes d’un voile blanc assez disgracieux.

La mise au point, de son côté, est plutôt rapide et le Poco F3 arrive à générer des images à la colorimétrie assez naturelle. Même chose pour la profondeur de champ qui permet d’isoler naturellement un sujet et qui offre un rendu assez naturel.

En intérieur, la situation va très vite se compliquer, surtout sur des scènes de contrejour ou avec d’importantes variations lumineuses. Le Poco F3 aura très vite tendance à brûler les blancs.

En revanche, il pourra tout de même obtenir des résultats corrects pour peu que l’on prenne le temps de bien se placer. 

En extérieur, on conserve une qualité correcte, mais on perdra inévitablement en détails à mesure que la nuit avancera.

Trois focales différentes sont proposées. Malheureusement, seul le grand angle vaut réellement le détour. L’ultra grand angle aura en effet tendance à beaucoup lisser les photos et les zooms sont uniquement là pour décorer. Rien qu’en passant sur un grossissement en 2 ou 3x, vous perdrez énormément en détails.

Et ce même en pleine journée.

Les portraits m’ont beaucoup déçu. Une fois encore, le téléphone a tendance à recouvrir les photos capturées d’un voile blanc, comme ici avec Romy. Le pire, c’est que la scène n’était pas compliquée et que je ne me trouvais pas en situation de contre jour.

Côté vidéo, le Poco F3 se limite à la 4K, avec une cadence de 30 images par seconde. Il fait donc l’impasse sur le 60 ips et cela veut aussi dire que vous serez un peu plus restreint pour les ralentis en post production.

Le Poco F3 n’est pas forcément mauvais en vidéo, mais il sera aussi très loin de l’excellence.

Les séquences manquent en effet parfois de détails, et la stabilisation reste très perfectible. J’ai aussi noté par moment des effets de pompage assez disgracieux, notamment sur des scènes en mouvement. En pose fixe, en revanche, la situation est un peu meilleure.

En Conclusion

Et on en vient à la conclusion de ce test. Je sais ce que vous allez dire. Je n’ai pas parlé de la plateforme. Ce n’est pas une omission, mais un choix. Le Poco F3 tourne en effet sous MIUI 12 et j’avais déjà évoqué cette version dans mon test du Xiaomi Mi 11, vers lequel je vous renvoie.

Je vais être assez franc avec vous. A la base, je n’attendais rien de spécial du Poco F3. Pour moi, c’était juste un smartphone low cost comme on en voit beaucoup.

Mais en l’utilisant, j’ai compris mon erreur. Le Poco F3 n’est pas vraiment un flagship, mais il n’est pas tout plus un smartphone milieu de gamme pas cher de plus. En réalité, c’est un OVNI, un téléphone qui se veut puissant et accessible.

Pour faire simple, si la photo n’est pas votre priorité et si vous cherchez un téléphone pas cher pour jouer, c’est le Poco F3 qu’il vous faut. A noter qu’on peut le trouver à partir de 286 € chez Aliexpress en suivant ce lien. Une offre spéciale sera d’ailleurs lancée le 6 avril.

Mots-clés poco f3pocophone