Test du Xiaomi Mi 10 Pro, le flagship de la discorde

Xiaomi a toujours été considéré comme un outsider en raison de l’excellent rapport qualité/prix de ses produits. Ce qui lui a d’ailleurs permis de conquérir pas mal de marchés. Notamment le nôtre. Tout a cependant changé le 27 mars dernier lorsque le constructeur a présenté le Mi 10 et le Mi 10 Pro, ses deux nouveaux flagships.

Beaucoup plus chers que la génération précédente, ils atteignent en effet respectivement les 799 € et les 999 €, ce qui a valu pas mal de critiques à la marque.

Le Xiaomi Mi 10 Pro et son magnifique dos mat

Le Xiaomi Mi 10 Pro et son magnifique dos mat

Et la question que vous vous posez sans doute, c’est de savoir si l’investissement vaut le coup. On va tenter d’y répondre dans ce test.

Design & Ergonomie

Le Xiaomi Mi 10 Pro n’est pas fait pour les adeptes de jean’s slim. Il est en effet assez lourd, et très imposant. Mais on verra plus loin que c’est aussi un atout.

Les finitions sont superbes. On retrouve un boîtier en verre comme sur le modèle précédent, mais la marque a opté pour une plaque en verre mat à l’arrière. L’appareil sera donc plus doux au toucher, et il sera surtout moins sensible aux traces de doigts.

À l’avant, on retrouve un écran incurvé aux bords contenus. Cette année, Xiaomi a fait l’impasse sur l’encoche, pour lui préférer un poinçon.

Alors ce n’est pas très surprenant vu les tendances actuelles, mais le Mi 10 Pro a du coup un air de ressemblance avec la plupart de ses concurrents. C’est d’ailleurs un peu dommage, parce que plus le temps passe, et plus les smartphones ont tendance à se ressembler.

L’ergonomie ne change pas. On a toujours les boutons sur la tranche droite et le connecteur sur la tranche inférieure. Et bien sûr, l’appareil fait l’impasse sur la prise casque.

En revanche, il a un petit truc en plus qui devrait faire très plaisir aux mélomanes.

Ce petit truc, c’est la présence de deux haut-parleurs. Alors bien sûr, le Mi 10 Pro n’est pas le premier smartphone à embarquer un système son de ce type, mais ce dernier est un peu particulier.

Les haut-parleurs sont en effet identiques en tout point et ils ont été spécialement calibrés pour offrir une restitution sonore identique. En prime, Xiaomi les a placés sur les tranches supérieures et inférieures afin que le son puisse nous englober.

Et ça fonctionne vraiment bien, surtout que derrière ces deux haut-parleurs sont tous les deux de très bonne qualité.

On a du coup un son plus puissant, avec de belles basses qui n’écrasent ni les médiums ni les aigus et ça renforce bien entendu l’immersion en jeu ou devant une vidéo.

Le module photo, enfin, est assez imposant et il ressort aussi un peu de la coque. Ce n’est pas forcément très esthétique, mais on pardonnera volontiers cet écart à Xiaomi vu les très bonnes performances du terminal en la matière.

Autre point important avant que j’oublie, le Mi 10 Pro n’est pas certifié IP68. Il sera donc préférable de le tenir à bonne distance de votre piscine chauffée… ou plus vraisemblablement de la cuvette de vos toilettes.

La façade du Mi 10 Pro, très borderless

La façade du Mi 10 Pro, très borderless

On retrouve un poinçon en haut à gauche

On retrouve un poinçon en haut à gauche

Écran, Processeur & Autonomie

Le Xiaomi Mi 10 Pro est loin d’être donné et cela veut aussi dire que l’on est en droit d’attendre ce qu’il y a de mieux de ses performances.

Le moment est justement venu d’aborder la partie technique de ce test.

Niveau écran, le Mi 10 Pro embarque un écran de type AMOLED, avec une diagonale de 6,67 pouces et une définition en Full HD+, pour une résolution en 2340 x 1080. Pas de QHD, donc, et cela n’a rien de surprenant compte tenu des habitudes de la marque.

La dalle est de bonne qualité et elle a en plus le mérite de couvrir 100 % de l’espace colorimétrique DCI-P3. Elle affichera donc une belle gamme de couleurs, ce qui ne manquera pas de ravir les amateurs de multimédia.

Surtout que derrière, on pourra aussi changer le schéma de couleurs et passer d’un profil naturel à un profil saturé, ou avancé. Et si vous optez pour ce dernier choix, alors vous pourrez choisir votre gamme de couleurs et basculer par exemple sur le P3 ou le sRGB.

Reste qu’en pratique, l’écran offre de bons résultats et il est vraiment taillé pour la vidéo. J’ai eu l’occasion de regarder plusieurs épisodes d’Ozark dessus, avec des ambiances pourtant très sombres, et le Mi 10 Pro s’en est sorti avec tous les honneurs.

En prime, on a aussi un taux de rafraîchissement de 90 Hz, ce qui ne manquera pas de ravir nos amis gamers.

Grâce à ce taux élevé, le Mi 10 Pro sera en effet en mesure d’afficher plus d’images à chaque seconde et les animations seront donc beaucoup plus fluides que sur un écran standard cantonné à du 60 Hz.

Et forcément, dans un jeu d’action comme Fortnite, PUBG Mobile ou encore CoD Mobile, la différence est palpable.

En revanche, il est regrettable que le Mi 10 Pro n’aille pas plus haut. Le OnePlus 8 Pro et les Galaxy S20 atteignent en effet les 120 Hz et ils font un peu mieux que leur nouveau challenger.

Mais le vrai problème vient finalement de la plateforme, ou plutôt de ses animations. Nous aurons l’occasion d’en reparler un peu plus loin, mais ces dernières ne semblent pas avoir été optimisées pour le taux de rafraîchissement de la dalle. Elles manquent donc de fluidité.

Concernant le SoC, Xiaomi est parti sans surprise sur un Snapdragon 865. La puce est couplée à 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage au format UFS 3.

S’il fallait chipoter, on pourrait regretter que le Xiaomi Mi 10 Pro ne monte pas à 12 Go de RAM comme certains de ses concurrents, mais dans les faits, bien sûr, la différence sera peu palpable.

Dans les grandes lignes, le terminal s’est donc montré globalement assez réactif durant ces deux semaines de test. J’ai juste eu des problèmes de freeze au début avec Chrome, mais j’ai réussi à corriger le tir en vidant le cache de l’application et le problème ne s’est plus posé ensuite.

Après, au niveau de l’autonomie, le téléphone m’a agréablement surpris. Il n’aura aucun mal à tenir une journée, même avec le taux de rafraîchissement à 90 Hz.

Et PC Mark semble être d’accord avec moi puisque le téléphone a tenu 16 heures en 90 Hz et plus de 20 heures en 60 Hz ! Je n’avais encore jamais dépassé ce seuil avec un smartphone.

Autre point important, la batterie de 4500 mAh est compatible avec la charge rapide et il est même vendu avec un chargeur de 65 W… que je n’ai malheureusement pas pu tester puisque le téléphone m’a été livré sans.

La charge sans fil rapide répond aussi présente, à hauteur de 30W. Il faudra en revanche avoir une station de charge compatible pour atteindre ce niveau de puissance.

Le connecteur, au format USB Type-C

Le connecteur, au format USB Type-C

Le module photo du Mi 10 Pro est imposant, certes, mais il est aussi très flexible

Le module photo du Mi 10 Pro est imposant, certes, mais il est aussi très flexible

Photo & Vidéo

Xiaomi, comme beaucoup de constructeurs à présent, a beaucoup communiqué sur la photo, en nous promettant monts et merveilles. Et on va voir que le Mi 10 Pro s’en sort pas si mal.

On a donc un module composé de quatre capteurs à l’arrière. Le capteur principal atteint les 108 mpx et il s’accompagne d’une optique stabilisée ouvrant à f/1.69. Une optique composée de 8 lentilles, ce qui est assez rare sur un smartphone.

Ensuite, on a un capteur de 8 mpx avec un zoom hybride 10x et une optique stabilisée ouvrant à f/2.

Le troisième capteur atteint les 12 mpx et il s’accompagne d’un zoom optique 2x pensé pour les portraits, avec une ouverture à f/2.

Après ça, on a un capteur de 20 mpx couplé à un ultra grand angle offrant un champ de vision de 117° et une ouverture à f/2.2.

Belle profusion de capteurs, donc, ce qui donne pas mal de flexibilité au téléphone.

De jour, le Mi 10 Pro est capable d’obtenir de très bons résultats. Images piquées, belle dynamique, colo qui tape dans le mille, il peut même s’avérer surprenant dans bien des cas.

Rien à dire non plus de l’autofocus, très précis et très rapide, ou de l’exposition, très bien gérée par le téléphone.

Attention en revanche à l’IA qui aura tendance à saturer les couleurs, et pas toujours de la meilleure des manières.

En intérieur, le Mi 10 Pro reste très efficace, du moins tant qu’il subsiste une source lumineuse.

En revanche, le mode nuit ne m’a pas du tout conquis.

Contrairement à un Pixel 4 ou un OnePlus 8, les algorithmes de traitement du terminal ont la main lourde au niveau de l’exposition. Le Mi 10 Pro va donc produire des images très lumineuses, comme si on se trouvait en pleine journée. On perd donc tout l’intérêt des ambiances nocturnes.

Le Mi 10 Pro propose une large gamme focale. On peut basculer facilement d’un grand angle à un ultra grand angle ou un zoom. Et c’est évidemment très pratique au quotidien.

En revanche, la colorimétrie n’est pas constante et elle varie pas mal d’une focale à l’autre. Notamment sur le zoom, qui a parfois tendance à tirer un peu trop vers le jaune.

S’il y a bien un domaine dans lequel le Mi 10 Pro excelle, c’est sur les portraits. Les images sont très piquées et on a une belle dynamique, avec un flou d’arrière-plan assez doux et assez homogène.

Alors il sera bien entendu préférable d’avoir une belle lumière, mais ce mode est indéniablement un point fort du téléphone.

Côté vidéo, on peut filmer en 8K à 30 ips, en 4K à 30 ou 60 ips, en 1080p à 30 ou 60 ips ou en 720p à 30 images par seconde. On a également un mode ralenti à 960 ips mais ce dernier est juste là pour la forme. Et si vous voulez vraiment filmer un ralenti, il faudra mieux capturer une vidéo à 60 ips et la ralentir ensuite en post prod. L’image sera en effet de meilleure qualité.

Reste que le Mi 10 pro est capable d’obtenir de très bons résultats une fois encore, du moins tant que la lumière est au rendez-vous. Il aura un peu plus de mal sur les scènes peu lumineuses.

Bon point également, la stabilisation est plutôt efficace… même si elle n’égale pas celle d’un iPhone 11 Pro.

Le Xiaomi Mi 10 Pro n'est pas un poids plume

Le Xiaomi Mi 10 Pro n’est pas un poids plume

Les finitions sont soignées

Les finitions sont soignées

Fonctions & Plateformes

Et le moment est venu d’aborder la partie délicate de ce test, à savoir la plateforme. Oui, délicate, car les fans de la marque risquent de me tomber dessus.

Le Xiaomi Mi Pro 10 qui m’a été prêté par la marque fonctionnait sur MIUI 11.0.7 et donc avec Android 10.

L’interface est plutôt réussie, avec de belles icônes et une ergonomie assez simplifiée. Simplifiée, mais incomplète puisque le tiroir des applications manque cruellement à l’appel. Et il faut bien avouer, quand on en a l’habitude, il est très difficile de s’en passer.

Mais pour moi, ce n’est pas ça le problème. Le principal reproche que je peux faire au Mi 10 Pro, c’est d’être livré avec des dizaines de bloatwares complètement inutiles.

Xiaomi s’est toujours montré très généreux en la matière, c’est vrai, mais le contexte est un peu différent ici.

Le Mi 10 Pro n’a pas le même positionnement que ses modèles précédents. Il est présenté par la marque comme une vitrine technologique. Ce qui explique bien évidemment le prix de vente revu à la hausse derrière.

Et sur le principe, c’est un choix que je respecte complètement. Maintenant, lorsqu’on vise un segment premium, il faut aussi proposer des services premiums. Et ces dizaines de bloatwares font vraiment tache dans le tableau.

Et c’est le même principe avec les recommandations qui s’afficheront ponctuellement sur la fenêtre de téléchargement des applications. S’il sera possible de les désactiver manuellement, on peut se demander si elles ont réellement leur raison d’être sur un téléphone proposé à 999 €.

Après, de manière plus générale, je pense qu’il reste encore un travail d’optimisation à faire, notamment pour les animations de la plateforme qui sont un peu trop hachées et qui manquent du coup de fluidité.

Alors attention, dans l’ensemble, l’expérience n’est pas non plus à jeter. MIUI a beaucoup gagné en simplicité au fil des versions et ce changement lui a été plutôt profitable.

Mais derrière, il y a encore plein de petites choses qui ne vont pas et j’espère sincèrement que Xiaomi va davantage se focaliser sur la partie logicielle pour ces prochaines années. MIUI 12 semble d’ailleurs aller beaucoup plus loin que son prédécesseur si l’on en croit les premières informations communiquées par la marque.

La prise en main est agréable, mais prévoyez tout de même des grandes poches

La prise en main est agréable, mais prévoyez tout de même des grandes poches

Le module photo dépasse un peu mais ce n'est pas gênant au quotidien

Le module photo dépasse un peu mais ce n’est pas gênant au quotidien

En Conclusion

Le Xiaomi Mi 10 Pro est assurément une bonne surprise. Le design est soigné, l’écran est de qualité et on a en plus une puissance de calcul brute équivalente à celle de tous les gros flagships du marché avec une autonomie hors norme.

La partie photo n’est pas en reste. Le module est flexible et il est capable d’obtenir de très bons résultats, notamment sur le mode portrait.

Mais après, il est impossible de ne pas évoquer la question du prix. Xiaomi a eu la main très lourde, c’est un fait. La marque l’a d’ailleurs dit elle-même à plusieurs reprises, le Mi 10 Pro est avant tout une vitrine technologique.

En soi, cette stratégie est parfaitement valable et on sait de toute manière que d’autres appareils plus accessibles vont rapidement arriver sur le marché.  Reste que la pilule est dure à avaler pour les fans de la marque, ce qui est aussi compréhensible.

Et le principal point qui m’a déçu, finalement, c’est la surcouche. Elle ne va pas assez loin à mon sens et la profusion de bloatwares déçoit pour un appareil proposé à ce prix.

 

Xiaomi Mi 10 Pro

999 €
8.8

Ecran

9.0/10

Design & Ergonomie

9.0/10

Puissance & Autonomie

9.0/10

Photo & Vidéo

9.0/10

Fonctions

8.0/10

Pour

  • Un design et des finitions plus soignés
  • Une puissance à toute épreuve
  • Une belle autonomie
  • Un mode portrait surprenant

Contre

  • Une interface un peu vieillotte
  • Trop de bloatwares
  • Le prix