Test du Xiaomi Mi 11, le look et la puissance ne font pas tout

Xiaomi est de retour avec le Mi 11, un smartphone qui aura la lourde tâche de succéder au Mi 10. Et après deux semaines passées en sa compagnie, je peux enfin vous livrer mes impressions à son sujet.

L’année dernière, Xiaomi s’est mis beaucoup de monde à dos avec les Mi 10 et Mi 10 Pro, des appareils qui avaient un look sympa, mais qui coûtaient beaucoup plus cher que les modèles précédents.

Le Xiaomi Mi 11 a un look ravageur

Beaucoup ont alors accusé Xiaomi de trahir ses engagements, en oubliant sans doute que le premier engagement d’une entreprise est de dégager de l’argent. Cette année, certains s’attendaient à une stratégie différente, mais on ne peut pas dire que ce soit le cas. Avec un prix d’entrée fixé à 749 € en France, le Xiaomi Mi 11 n’est pas vraiment un smartphone bon marché.

Mais au final, ce n’est pas vraiment ça l’important et la question que l’on doit se poser, c’est plutôt de savoir s’il mérite son prix.

Design & Ergonomie

Et pour commencer, on va s’intéresser au design du Xiaomi Mi 11.

S’il y a un domaine dans lequel on constate la montée en gamme opérée par Xiaomi, c’est bien le design. Le Mi 11 offre en effet des finitions similaires à celles de tous les gros vaisseaux amiraux du marché, des vaisseaux amiraux souvent proposés à un prix plus élevé.

De face, le téléphone impressionne ainsi par la finesse des bordures entourant sa dalle. Une dalle incurvée et qui descend légèrement sur les tranches du châssis, pour un effet très réussi. Même chose pour le poinçon, de taille réduite et placé dans le coin supérieur gauche – coin où il n’aura aucun mal à se faire oublier.

Le lecteur d’empreintes est pour sa part directement intégré à la dalle du téléphone et je l’ai trouvé très efficace. Pas une fois, il m’a fait défaut sur ces quinze jours de test.

Le dos est clairement l’un des points forts du téléphone. Ici, Xiaomi a opté pour une plaque en verre mat et satiné, une plaque aux couleurs changeantes. Le modèle qui m’a été envoyé par Xiaomi est en effet la version bleue, mais elle tend très souvent vers le gris ou vers le blanc lorsqu’il y a beaucoup de lumière. 

Le Mi 11 a un look résolument premium
Le Mi 11 a un look résolument premium

Le rendu est très sympa, en revanche j’ai aussi trouvé le téléphone assez salissant.

Le module photo ne ressemble à rien de ce que nous connaissons et il a finalement un look assez kawai. L’optique principale est placée en haut à gauche et elle est un peu plus grande que la normale. Xiaomi l’a aussi entouré d’un cercle en métal. L’ultra grand angle est placé en dessous et il se veut plus discret. Quant à l’optique macro, elle est décalée vers la droite et dans une pièce grise brillante qui ressort moins de la plaque, juste au-dessus du flash du téléphone.

Xiaomi a également apposé son logo un peu plus bas sur la plaque, un logo accompagné du sigle « 5G », norme sur laquelle les constructeurs communiquent de plus en plus.

Le Xiaomi Mi 11 embarque deux haut-parleurs, qui sont placés sur les tranches supérieures et inférieures. La marque ne les a pas mis au même niveau, mais le téléphone sera tout de même en mesure de restituer un son profond et qui nous aidera à entrer plus facilement dans nos films et nos jeux. A noter que ce volet a été développé en partenariat avec Harman Kardon, que l’on ne présente plus.

Sans surprise, tous les boutons physiques sont regroupés sur le flanc droit et le Mi 11 est bien entendu dépourvu de prise jack. En guise de seul et unique connecteur, il faudra donc compter sur un USB Type-C. Quant au slot dédié aux cartes, il pourra uniquement accepter deux Nano SIM, le Mi 11 faisant l’impasse sur le micro SD.

Je me doute que cette décision ne sera pas du goût de tout le monde, mais il faut rappeler que le Mi 11 démarre avec 128 Go de stockage, ce qui laisse tout de même un petit peu de marge. Et si vraiment ce n’est pas suffisant pour vos usages, alors vous pourrez vous tourner vers la version 256 Go.

L’écran impressionne

Ecran, Processeur & Autonomie

Le Xiaomi Mi 11 est donc très looké, mais vous vous demandez sans doute si sa fiche technique est à la hauteur de ses prétentions. On va justement se pencher sur cette délicate question.

L’écran a tout ce qu’il faut pour séduire. Xiaomi a en effet opté pour une dalle AMOLED de 6,81 pouces, une dalle qui a pour particularité d’afficher une définition en QHD+ et de monter jusqu’à un taux de rafraichissement de 120 Hz, avec un taux d’échantillonnage tactile de 480 Hz.

Concrètement, donc, il est capable d’afficher des images très contrastées, avec des noirs vraiment noirs et une colo aux petits oignons, le tout avec une sensation de fluidité accrue lorsque le 120 Hz est activé. Une sensation de fluidité qui ne s’arrête d’ailleurs pas à l’affichage, et que l’on ressent également sur la partie tactile. Le moindre geste, le moindre effleurement, est immédiatement retranscrit par le téléphone et c’est vraiment une sensation très agréable.

Surtout que derrière, on a aussi droit à une grosse puce.

Le Mi 11 embarquent deux haut-parleurs
Le Mi 11 embarquent deux haut-parleurs

Ici, Xiaomi n’a pris aucun risque et le constructeur a opté pour un Snapdragon 888 et donc pour la puce la plus puissante de Qualcomm. Une puce épaulée par 8 Go de mémoire vive en LPDDR5 et par 128 ou 256 Go de stockage en UFS 3.1.

Et clairement, ce combo est imparable. Le Mi 11 est rapide, et ce dans tous les usages. Rien ne lui résiste. La photo, la vidéo, le multimédia, les jeux, on passe d’un usage à un autre en toute fluidité et sans la moindre latence.

Cette impression de rapidité est extrêmement grisante, c’est un fait. D’autant que l’on sait que le Snapdragon 888 sera suffisamment puissant pour affronter sereinement les années à venir. Et ce que ce soit au niveau de la plateforme ou des futurs jeux qui débarqueront sur le Play Store.

Ce qui est évidemment très important lorsqu’on investit dans un smartphone et qu’on n’a pas pour habitude de le renouveler tous les ans.

Les haut-parleurs sont placés sur les tranches
Les haut-parleurs sont placés sur les tranches

L’autonomie m’a un peu laissé sur ma faim. La batterie de 4 600 mAh semble plutôt prometteuse sur le papier, mais le Mi 11 a tendance à pas mal consommer en QHD+ et avec le 120 Hz d’activé. 

Avec des usages très gourmands, comme le jeu, il tiendra au mieux une journée. En revanche, avec une utilisation plus modérée et avec le 120 Hz de désactivé, on pourra atteindre une journée et demie sans trop de difficultés. Côté PC Mark, on est sur du 8h48 en QHD+ et en 120 Hz, contre 11h38 en FHD+ et 60 Hz.

Mais voilà, le Mi 11 a un atout de taille dans sa manche : la puissance de sa charge. Elle atteint en effet les 55 W en filaire avec le bloc chargeur fourni et les 50 W en sans fil avec la station de charge de Xiaomi. Avec du 10 W en charge sans fil inversée.

Et cette charge rapide, au final, elle change tout, car elle nous permet de redonner très vite des couleurs à la batterie. Comptez environ 45 minutes pour la charger à 100 %.

Il faut également signaler que le Mi 11 prend en charge la 5G. Je n’ai en revanche pas pu le tester dans ce cadre d’usage et je m’abstiendrai donc de tout commentaire.

Le Mi 11 tient bien en main
Le Mi 11 tient bien en main

Photo & Vidéo

Le moment est à présent venu de parler d’aborder la photo et la vidéo.

A l’arrière du Xiaomi Mi 11, vous allez trouver pas moins de trois capteurs différents.

Le premier atteint les 108 millions de pixels et il est associé à une optique de type grand angle ouvrant à f/1.8. Il s’agit du capteur principal.

Le second capteur atteint les 13 millions de pixels. Cette fois, Xiaomi l’a couplé à un ultra grand angle ouvrant à f/2.4.

Le troisième capteur ne dépasse pas les 5 millions de pixels et, cette fois, il est associé à une optique de type macro.

Vous l’aurez compris, le Xiaomi Mi 11 fait l’impasse sur le téléobjectif et il n’est donc pas en mesure de proposer un zoom optique. Ce qui a bien entendu déçu pas mal de monde. La macro, c’est bien, mais ce n’est pas la focale que l’on utilise le plus. 

De jour, le Xiaomi Mi 11 obtient des images finalement assez moyennes. 

Le niveau de détail reste correct et les couleurs sont assez naturelles pour peu que l’on désactive l’IA, une IA qui a clairement tendance à trop saturer les couleurs, mais les photos restent tout de même assez fades. La faute, sans doute, à un effet de lissage un peu trop prononcé et à une dynamique perfectible lorsque les conditions lumineuses deviennent compliquées.

Bon point en revanche, l’autofocus est précis et réactif. Je n’ai pas non plus noté de problèmes sur la balance des blancs et le Mi 11 est aussi capable de produire des effets de flou assez homogènes sur le mode de prise de vue normal.

De nuit, la situation empire. Les images ne sont pas à jeter, mais elles ne sont pas non plus au niveau d’un Pixel 5, d’un iPhone 12 ou d’un Galaxy S21.

Le Xiaomi perd en effet pas mal en détails et il semble avoir du mal à gérer la montée en sensibilité. Des artefacts apparaissent en effet très vite dans les ombres.

J’ai également noté une sensibilité marquée aux flares, ce qui se traduit parfois par l’apparition de trainées lumineuses pas toujours très jolies.

Le Xiaomi Mi 11 propose trois vraies focales : un grand angle, un ultra grand angle et une optique macro.

Premier point et pas des moindres, on conserve une belle homogénéité au niveau des couleurs d’une focale à l’autre. 

En revanche, l’ultra grand angle manque une fois de plus de piqué et les images qu’il produit sont finalement assez fades elles aussi. On pourra toujours corriger le tir en post production et en augmentant manuellement le niveau de détails, mais cela reste tout de même regrettable.

Le zoom, comme on l’a vu, est numérique, mais il n’est pas forcément à jeter. Il y a finalement peu de pertes lorsqu’on bascule sur un niveau de grossissement en 2x, du moins lorsque la lumière est au rendez-vous. On peut même pousser jusqu’au 5x sans trop de dégâts et c’est finalement à partir du 10x que la qualité chute drastiquement.

Le Mi 11 n’est pas mauvais en macro non plus. Encore une fois, il est capable d’obtenir des images correctes lorsque la lumière est là, avec un niveau de détails intéressant et  qui permettra d’apprécier les textures de nos sujets à leur juste valeur. 

Par contre, dès que la lumière commencera à baisser, la qualité chutera d’un coup. Il pourra donc être judicieux d’investir dans une lampe d’appoint si vous voulez obtenir les meilleurs résultats possible.

Le Mi 11 ne se débrouille pas mal au jeu du portrait, sans pour autant réussir à faire de l’ombre aux gros flagships du marché. Les images sont une fois encore un peu ternes et elles manquent de détails.

La gestion du flou m’a laissé aussi perplexe. Xiaomi permet bien entendu de le doser, mais je trouve que le Mi 11 a la main un peu lourde au niveau du détourage, ce qui donne un aspect parfois très artificiel aux photos.

Côté selfies, le Mi 11 s’en sort assez bien, du moins en pleine journée. De nuit, les images deviendront vite brouillonnes. 

Bon point, le téléphone propose plusieurs modes, dont un optimisé pour les portraits. 

Et là, il sera en mesure de générer un flou d’arrière plan autour du sujet pour le faire ressortir, et ce sans avoir besoin d’un second capteur. Reste que le flou en question est assez brutal et il manque un poil de naturel.

Le Xiaomi Mi 11 a pour particularité de pouvoir filmer en 8K à 30 images par seconde.

Certes, la prouesse est évidente, mais peu de gens auront réellement l’utilité d’une telle définition, faute d’écrans et de téléviseurs la prenant en charge. En revanche, côté 4K, rien à dire, on pourra même monter à 60 images par seconde sans sourciller.

Et une fois encore, le Mi 11 pourra obtenir des images correctes, mais un peu trop ternes à mon goût. Gros bémol également, les stabilisateurs ne sont disponibles qu’en 1080p, ce qui limite leur intérêt.

Je vous avoue que le Mi 11 m’a un peu déçu sur la photo. Finalement, ce n’est pas l’absence d’un zoom optique qui m’a le plus dérangé, mais plutôt le rendu assez terne de ses images.

C’est assez difficile à expliquer, mais j’ai vraiment le sentiment qu’il lui manque un truc et j’espère sincèrement que cela pourra être corrigé par le biais d’une mise à jour.

Le dos change de couleurs en fonction de la lumière
Le dos change de couleurs en fonction de la lumière

Plateforme & Fonctions

Le Xiaomi Mi 11 est livré sous MIUI 12.0.2, qui est lui-même basé sur Android 11. Et autant le dire d’entrée de jeu, cette version est une très bonne surprise.

De manière générale, l’interface est soignée et elle reste surtout cohérente d’une icône et d’une application à l’autre. Xiaomi a fait en sorte de rationaliser l’identité visuelle de sa plateforme et le résultat est très agréable.

Je m’étais déjà fait la réflexion avec le Redmi Note 9T, mais MIUI 12 donne vraiment le sentiment que la marque est entrée dans une nouvelle ère. 

Enfin presque. Les bloatwares, eux, se font toujours aussi présents et le Mi 11 est donc livré avec une quantité surprenante d’applications et de jeux dont on se serait bien passé.

Et ça, pour moi, c’est totalement incompréhensible. Que Xiaomi applique cette stratégie sur des appareils entrée ou milieu de gamme, je peux comprendre. C’est aussi une façon pour l’entreprise de rentrer dans ses frais.

Les boutons sont tous placés sur la même tranche
Les boutons sont tous placés sur la même tranche

Mais là, on parle d’un téléphone qui est proposé à partir de 749 €. Et en toute franchise, lorsque j’achète un téléphone à ce prix, ce n’est pas pour avoir une copie bon marché de Tétris ou de Parodius dessus. Et d’ailleurs, lorsqu’on investit autant, on est aussi en droit de ne pas se manger de la pub dès qu’on installe une application depuis le Play Store.

MAJ : Xiaomi a déployé un nouveau firmware sur le Mi 11. Il supprime les publicités intégrées à l’antivirus. Un beau pas en avant, qui mérite d’être signalé.

Encore que, dans ce cas précis, Xiaomi nous laisse au moins la possibilité de la désactiver.

Toujours est-il que MIUI 12 s’avère tout de même très agréable à l’usage. Les visuels, comme je le disais, sont clairs et forment un tout cohérent, mais les animations ne sont pas en reste non plus. Et combinées au taux de rafraichissement de la dalle, elles participent même grandement au confort d’utilisation du téléphone.

Un téléphone qui a également le mérite de proposer toutes les options habituelles. Cela vaut notamment pour le tiroir d’applications ou encore pour le mode nuit. Sans oublier, bien entendu, le mode Always-On-Display qui offre de nombreuses options de personnalisation possible.

Et puis, à côté, on a aussi quelques options moins flagrantes, mais qui apportent une vraie plu-value à l’expérience délivrée par le téléphone.

Le Xiaomi Mi 11 ne craint aucun jeu
Le Xiaomi Mi 11 ne craint aucun jeu

Parmi ces pépites qui méritent d’être nommées se trouve notamment l’option permettant d’ignorer le toucher accidentel sur les bords. Cette dernière vous permettra de couper le tactile sur les tranches de la dalle pour éviter les manipulations malencontreuses, avec en prime la possibilité de définir la taille de la zone à ignorer. 

J’ai aussi beaucoup aimé le mode Game Turbo qui permet de libérer des ressources pour les jeux lancés et de mieux gérer les interruptions potentielles.

Même chose pour les fenêtres volantes, que l’on peut activer directement à partir d’une notification et qui permettent par exemple de répondre tranquillement à un message sans pour autant devoir cesser ce que l’on est en train de faire.

De même pour le centre de commandes. Une fois l’option activée, il n’apparaîtra plus dans le centre des notifications, mais à part. Il suffira alors d’effectuer un glissement du haut vers le bas à partir de la droite pour le faire apparaître. Et même si la fonction est un peu inspirée de ce que l’on trouve sur iOS, elle reste très pratique au quotidien puisqu’elle permet d’afficher directement un grand nombre de réglages.

Et bien sûr, je m’en tiens uniquement aux fonctions et aux options qui m’ont le plus tapé dans l’oeil. MIUI 12 ne s’arrête pas là et la plateforme propose énormément de choses. 

Le module photo a un look sympa
Le module photo a un look sympa

En Conclusion

Et on en vient donc à la conclusion de test. Après deux semaines passées en sa compagnie, il n’y a finalement que deux choses qui m’ont vraiment déçu sur le Mi 11.

La première a trait à la photo. Proposer de la macro, c’est sympa, mais faire l’impasse sur le zoom optique, ça déçoit un peu. Alors on sait que le Mi 11 Ultra aura droit à un zoom périscopique, mais je vous avoue que je n’aurais pas craché sur un petit zoom, même avec un grossissement optique en 2 ou 3x. De même, la qualité des photos laisse trop à désirer pour un téléphone positionné sur ce segment. A noter qu’il sera d’ailleurs préférable de rester sur un format 4:3 pour maximiser la qualité des images.

Et le second point, vous l’avez deviné, c’est cette histoire de bloatware. 

C’est d’autant plus agaçant que derrière on a une plateforme qui se bonifie au fil des versions et qui devient de plus en plus agréable. J’aurais donc aimé que Xiaomi se montre un peu plus raisonnable de ce côté. Sur un smartphone proposé à plus de 700 €, ça fait quand même un peu tache.

Après, au-delà de ces deux débuts, on a quand même un design extrêmement premium, un très écran et un processeur de folie, le tout avec une charge vraiment rapide et une plateforme agréable à utiliser. 

En dépit de ses quelques défauts, le Mi 11 est donc une bonne surprise et je vous avoue que j’ai hâte de voir ce que nous réserve la version Ultra.

Mots-clés xiaomixiaomi mi 11