Test du Xiaomi Mi 11 Ultra, le roi de la photo ?

Le Xiaomi Mi 11 Ultra sortira bientôt en France, mais il m’accompagne depuis maintenant un peu plus d’une semaine. Une semaine passée à manipuler ce qui s’impose comme un smartphone hors norme, un smartphone qui affiche de solides arguments, et ce tant sur le plan de la puissance que de la photo.

En début d’année, j’ai eu la chance de pouvoir passer deux semaines en compagnie du Mi 11. Un appareil looké, puissant, mais qui m’avait laissé comme un goût d’inachevé sur le terrain de la photo.

Le Xiaomi Mi 11 Ultra ne passe pas inaperçu, mais cela fait partie de son charme
Le Xiaomi Mi 11 Ultra ne passe pas inaperçu, mais cela fait partie de son charme

Le Mi 11 Ultra a ensuite été dévoilé, avec un gros focus sur cette dimension. Un choix qui a été profitable à Xiaomi puisque l’appareil a décroché récemment la première place du classement DxOMark.

Il me tardait donc de le tester, et je n’ai pas été déçu du voyage.

Design & Ergonomie

Le Xiaomi Mi 11 Ultra n’est pas le genre de smartphone à passer inaperçu et il suffit de le retirer de sa boîte pour réaliser qu’on se trouve en présence d’un appareil hors norme.

A commencer par ses dimensions. Proprement immense, il vient en effet se ranger dans la catégorie des très gros téléphones. Idem du côté du poids, avec pas moins de 239 grammes sur la balance. A titre de comparaison, c’est plus que l’iPhone 12 Pro Max et ses 228 grammes.

De face, le Xiaomi Mi 11 Ultra est proprement renversant avec un écran immense et surtout encadré par de très fines bordures. Xiaomi a opté pour une dalle courbe qui viendra recouvrir une partie des tranches du téléphone.

Avec une subtilité intéressante : par défaut, la couche tactile des côtés de la dalle sera désactivée pour éviter les risques de mauvaises manipulations. Mieux encore, en allant dans les réglages, vous pourrez même définir la taille de la zone à ignorer. Très futé.

Le poinçon répond présent et il est placé là où tous les poinçons devraient être, soit le coin supérieur gauche de l’écran. Une fois le téléphone couché, il disparaîtra donc sous nos doigts et nous pourrons alors nous focaliser sur ce qui compte vraiment. A savoir ce qui est affiché à l’écran.

Le dos du téléphone sort lui aussi de l’ordinaire. Xiaomi a opté pour une plaque en céramique, une plaque de couleur blanche pour mon modèle, mais c’est surtout le module photo qui surprend. La pièce est immense et elle recouvre presque toute la partie supérieure. Elle ressort aussi pas mal de la plaque.

Ce module est peut-être énorme, mais il permet au Mi 11 Ultra de briller en photo
Ce module est peut-être énorme, mais il permet au Mi 11 Ultra de briller en photo

Alors oui, au départ, ça fait assez bizarre et mon premier réflexe a été de me dire que Xiaomi avait eu la main un peu trop lourde. 

Ceci étant, si ce module fait cette taille, ce n’est pas par hasard. Il abrite en effet pas mal de choses, à commencer par… un deuxième écran.

Cet écran est placé à droite des capteurs et il est presque invisible lorsqu’on tient le téléphone face à soi. Il suffira néanmoins de tapoter dessus deux fois pour voir s’afficher l’heure, la date ainsi que l’état de la batterie.

Et on verra plus loin que ce deuxième écran ne sert pas uniquement à ça.

Xiaomi a également mis l’accent sur le son. Le Mi 11 Ultra est donc équipé de deux haut-parleurs qui sont placés sur les tranches supérieures et inférieures. Et s’ils ne sont pas situés au même niveau, ils seront tout de même en mesure de générer un son ample, profond et très bien équilibré. Avec de belles basses en prime.

La connectique se résume à un port USB Type-C placé sur la tranche inférieure. Quant à la trappe des cartes, elle pourra uniquement accueillir deux cartes Nano SIM et il ne sera donc pas possible d’étendre la capacité de stockage du téléphone.

Le Xiaomi Mi 11 Ultra est un téléphone finalement assez paradoxal. En dépit de sa taille et de son poids, il reste confortable à manipuler, notamment grâce à la taille de son module photo. 

Lorsqu’on tient le téléphone en main, nos doigts viennent en effet naturellement se placer sous le module, ce qui lui confère une bonne préhension.

De face, le Xiaomi Mi 11 Ultra nous fait oublier ses bordures
De face, le Xiaomi Mi 11 Ultra nous fait oublier ses bordures

Ecran, Puissance & Autonomie

Le Xiaomi Mi 11 Ultra n’a pas d’ultra que le nom. Xiaomi a également mis le paquet sur la partie technique, avec des choix finalement très pertinents.

L’écran est indéniablement un des points forts du téléphone. La dalle AMOLED atteint les 6,81 pouces de diagonale et elle peut afficher une définition en QHD+ avec un taux de rafraîchissement de 120 Hz et un taux d’échantillonnage tactile de 480 Hz. Le téléphone prend aussi en charge le HDR10+, le Dolby Vision et l’intégralité de l’espace colorimétrique DCI-P3.

Et clairement, cet écran est difficile à critiquer. La dalle est lumineuse, avec une colorimétrie qui tape juste et de beaux contrastes. 

Ce sera un plus, et pas uniquement pour le multimédia ou Netflix. Cet écran se prête aussi bien à la retouche photo.

Pour animer son téléphone, Xiaomi n’a pris aucun risque. La marque a opté pour un Snapdragon 888 couplé à 12 Go de RAM en LPDDR5 et à 256 Go de stockage.

Cette puce, vous la connaissez déjà, elle est la plus puissante que l’on peut trouver sur Android et cela se traduit bien entendu par des performances sans accroc.

Le Xiaomi Mi 11 Ultra tourne donc très bien et je n’ai constaté aucune latence particulière dans un usage courant. Même en faisant appel au multitâche et en jonglant entre des applications très gourmandes.

Aucun problème non plus dans les jeux. Le téléphone se montre réactif et il répond au doigt et à l’oeil. Un sentiment de fluidité accru par l’utilisation conjointe d’un taux de rafraichissement de 120 Hz et d’un taux d’échantillonnage tactile de 480 Hz.

Précision qui a son importance, j’ai testé le Xiaomi Mi 11 Ultra en version 12.0.6. Or vous le savez peut-être, mais en Chine, la marque a commencé à déployer MIUI 12.5.4.0 sur le terminal, avec à la clé de meilleures performances.

Le Xiaomi Mi 11 Ultra ne craint aucun jeu
Le Xiaomi Mi 11 Ultra ne craint aucun jeu

Ce qui est évidemment très prometteur.

L’autonomie est assurée par une batterie de 5 000 mAh, soit l’une des plus grosses batteries du marché. Le Mi 11 Ultra tient donc en moyenne entre une journée et une journée et demie avec mes usages.

Sur PC Mark, en 120 Hz et avec le QHD+ d’activé, le terminal a atteint les 10h02 heures, contre 11h38 heures en 60 Hz et en Full HD+.

Mais le Xiaomi Mi 11 Ultra a encore un autre atout : la charge. Elle atteint en effet les 67W en filaire… et en sans fil. Il lui faudra donc moins de 40 minutes pour se recharger complètement, ce qui reste très appréciable.

La 5G répond bien entendu présente, ce qui ne surprendra absolument personne. En prime, on a aussi droit au WiFi 6 et au Bluetooth 5.2, mais aussi à une puce NFC et à un émetteur infrarouge qui permettra de piloter les appareils compatibles à distance.

Le poinçon répond présent et il est très bien placé
Le poinçon répond présent et il est très bien placé

Photo & Vidéo

Il nous reste encore à parler de la photo et de la vidéo. 

Et là, autant vous prévenir, Xiaomi a frappé très fort. Mais avant de poursuivre, une info très importante. Ce test a été réalisé à partir de MIUI 12.0.6. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de le tester avec MIUI 12.5 puisque la MAJ n’a pas été déployée sur mon modèle de prêt.

Techniquement, on va retrouver un module triple à l’arrière.

Le module principal atteint les 50 millions de pixels et il est un peu particulier. Il résulte en effet d’une collaboration poussée entre Samsung et Xiaomi. Il s’agit ainsi d’un capteur GN2 atteignant une taille de 1/1,12’’ et capable de produire des pixels de 2,8 um par le biais du pixel binning. 

Des pixels plus grands, donc, et qui seront capables de récupérer plus de lumière. Pour accompagner ce capteur, on a un grand angle ouvrant à f/1.95 et composé de 8 pièces, avec en prime un OIS et un autofocus laser.

Le second capteur atteint les 48 millions de pixels. Il est un peu plus conventionnel et il est associée à un ultra grand angle ouvrant à f/2.2. A noter que l’optique se compose de 7 pièces et qu’elle peut aussi capturer de la macro.

Le troisième capteur propose la même définition, mais il est cette fois associé à un téléobjectif ouvrant à f/4.1 et pourvu d’un OIS, un téléobjectif capable de proposer un zoom optique 5x, un zoom hybride 10x et un zoom numérique 120x.

Vous l’aurez compris, cette fois, Xiaomi a clairement mis les petits plats dans les grands, et cela s’en ressent bien entendu sur les photos prises par le biais du téléphone.

En pleine journée, le Xiaomi Mi 11 Ultra est proprement redoutable, et pas uniquement pour les raisons que vous pensez. Certes, il est capable d’obtenir des images extrêmement nettes avec une très belle dynamique et une colorimétrie naturelle, mais c’est surtout au niveau de la profondeur de champ qu’il m’a surpris.

Ici, l’appareil s’avère proprement surprenant, même sur des scènes très complexes avec beaucoup de végétaux.

La photo montrant un muret devant une usine, par exemple, a été shootée sans aucune préparation et à main levée. En dépit de ces conditions, le Mi 11 Ultra n’a commis aucune faute et il a su restituer un effet de profondeur auquel je ne m’attendais absolument pas.

Autre très bonne surprise, la mise au point. Elle est précise, rapide et elle tombe juste à chaque fois, même avec des sujets en mouvement. Comme sur la photo où ma femme et Romy étaient en train d’avancer.

J’étais accroupi, j’ai shooté sans prendre le temps de stabiliser l’appareil et le Mi 11 Ultra n’a commis aucun impair.

En intérieur, je m’attendais évidemment à ce que le Xiaomi Mi 11 Ultra montre des signes de faiblesse, mais cela n’a pas été le cas. Encore une fois, il a su rester précis et efficace, avec un très beau piqué et une belle gestion de la montée en sensibilité.

Même avec peu de lumière, on conserve donc des images détaillées et parfaitement exploitables, sans effet de moiré disgracieux. Rien à dire non plus de la balance des blancs, qui est toujours tombée juste.

Sur le papier, le Mi 11 Ultra est capable de shooter avec un grossissement de 120x. Attention en revanche, car il s’agira d’un grossissement opéré de manière numérique, le zoom optique restant limité à du 5x. 

Concrètement, en pleine journée ou en intérieur avec de la lumière, vous pourrez monter à du 10 ou 20x sans problème. Une belle plage focale, donc. Au-dessus, vos photos perdront inévitablement en détails, surtout sur des scènes mal éclairées.

L’ultra grand angle est efficace, mais il reste très sujet à la déformation et il aura tendance à arrondir un peu les lignes. Les couleurs, de leur côté, restent homogènes d’une focale à l’autre.

Rien à dire pour les portraits, si ce n’est que le Mi 11 Ultra reste une fois de plus d’une efficacité redoutable. Même en intérieur, il s’en tire avec tous les honneurs. Y compris en situation de contrejour comme ici avec le portrait improvisé de Romy. Les conditions n’étaient pas facile, mais le téléphone a su saisir le moment. Il faut dire aussi que le modèle était exceptionnel.

Même chose sur cet autre portrait, shooté complètement à l’arrache pendant que Romy comatait sur le canapé. Encore une fois, le téléphone a su saisir le sujet avec une précision redoutable. Le flou d’arrière plan est pour sa part naturel et homogène.

J’avais de gros doutes sur la macro, mais le Mi 11 Ultra s’en sort une fois encore bien. 

Le seul bémol viendra en revanche de la distance de mise au point. Le téléphone devra être assez éloigné du sujet, ce qui casse un peu l’intérêt du mode.

Soyons clairs, le Xiaomi Mi 11 Ultra est aussi redoutable en vidéo qu’il l’est en photo. Encore une fois, il peut produire des images précises avec une belle dynamique et des couleurs qui tapent juste.

La stabilisation est en revanche très perfectible lorsqu’on filme en 4K 60 fps ou en 8K. C’est évidemment un problème, d’autant que les modes de stabilisation proposés nous feront automatiquement passer en 1080p. Reste qu’avec un bon stabilisateur, le terminal sera capable de faire des étincelles.

Le volet logiciel réserve aussi de bonnes surprises. L’application est claire et elle propose surtout une belle collection de modes.

Je pense notamment au mode Pro qui vous permettra de shooter en RAW, mais aussi de prendre la main sur tous les paramètres liés à l’exposition, comme la sensibilité, la vitesse ou même la balance des blancs. J’ai bien aimé aussi le fait de pouvoir faire la mise au point à l’infini, ce qui devrait beaucoup intéresser les amateurs de paysages.

Je le disais tout à l’heure, mais l’écran placé à l’arrière ne sert pas uniquement à connaître la date ou l’heure. Il est aussi possible de l’utiliser pour se prendre en photo. 

En revanche, il faudra impérativement se rendre dans les paramètres du mode photo automatique pour l’activer, ce qui gâche un peu l’expérience. J’aurais aimé pouvoir l’activer directement à partir de l’écran secondaire et j’espère que Xiaomi fera le nécessaire par le biais des prochaines mises à jour.

Dans l’ensemble, en tout cas, on trouve assez facilement ce que l’on cherche et la belle variété de modes et d’options offre une belle souplesse au Mi 11 Ultra sur le plan créatif.

Le module photo abrite un deuxième écran
Le module photo abrite un deuxième écran

En Conclusion

Tout ce qui manquait sur le Mi 11 figure donc sur le Mi 11 Ultra. Certes, le nouveau vaisseau amiral de Xiaomi n’est pas un poids plume et ses dimensions généreuses pourront poser problème à celles et ceux qui sont à la recherche d’un téléphone léger et discret, mais il reste redoutable dans tous les usages, et notamment en photo.

Ici, on appréciera bien entendu la belle polyvalence du téléphone, mais aussi et surtout la qualité de ses capteurs. Xiaomi a su faire les bons choix et le Xiaomi Mi 11 Ultra n’aura pas à rougir face à ses concurrents.