Test du Xiaomi Mi Note 10, le photophone le plus polyvalent du marché

Xiaomi a surpris tout le monde en novembre en levant le voile sur le Xiaomi Mi Note 10, un photophone qui brille par son extrême flexibilité. Non content d’embarquer un module arrière composé de cinq capteurs, il se paye en effet le luxe d’abriter un capteur de 108 millions de pixels !

Et après plusieurs semaines passées en sa compagnie, le moment est venu de vous présenter son test.

Le Xiaomi Mi Note 10 en version blanche

Le Xiaomi Mi Note 10 en version blanche

Comme d’habitude, ce test va s’arrêter sur pas mal d’aspects différents. On va commencer par revenir sur le design et l’ergonomie du terminal. Ensuite, on s’attardera sur l’aspect un peu plus technique. Et puis, bien sûr, on parlera aussi de son module photo ainsi que de sa plateforme.

Design & Ergonomie

Le Xiaomi Mi Note 10 se positionne à la base sur un segment milieu de gamme, mais cela ne se ressent pas du tout lorsqu’on a le téléphone en main.

Xiaomi a une fois de plus fait de l’excellent travail, en apportant un soin tout particulier aux matériaux et aux finitions de son téléphone. Ce dernier est donc doté d’un beau boîtier en verre avec une armature métallique finement travaillée.

L’ensemble est très joli, mais aussi très confortable en main grâce à un dos en verre légèrement bombé qui épousé parfaitement le creux de la main… et qui améliore ainsi grandement la préhension de l’appareil.

Il n’y a d’ailleurs pas que la plaque arrière qui soit incurvée.

Xiaomi a effectivement procédé de même à l’avant en sélectionnant une dalle incurvée elle aussi. Et donc une dalle poursuivant sa course sur les bordures de l’appareil. Sans être totalement borderless non plus, le Xiaomi Mi Note 10 offre un ration affichage/façade des plus respectables.

De même, s’il ne fait pas l’impasse sur l’encoche, cette dernière a au moins le mérite d’être assez discrète et de prendre la forme d’une goutte d’eau. Elle ne nous gênera donc pas lorsque nous jouerons ou lorsque nous regarderons des vidéos.

Certains d’entre vous auraient peut-être préféré une caméra pop up ou un poinçon, c’est vrai, mais il ne faut pas oublier que l’on parle ici d’un téléphone qui a un positionnement tarifaire milieu de gamme, un téléphone qui propose en plus, et comme nous le verrons un peu plus tard, de très jolies choses sur la photo.

Les écrans à poinçon et les caméras pop up coûtant encore assez cher à produire, on comprend évidemment ce qui a poussé Xiaomi à se tourner vers l’encoche.

En revanche, et c’est une bonne nouvelle, le lecteur d’empreintes n’a pas disparu, et il est en plus placé sous la dalle. Je l’ai trouvé très réactif durant ces deux semaines de test et je n’ai pas noté de bugs particuliers.

Le reste de l’offre est assez classique. Les boutons physiques sont tous placés sur la tranche droite, de même pour l’emplacement des cartes SIM. Et là, malheureusement, on trouvera seulement deux emplacements pour nano SIM, le Mi Note 10 faisant l’impasse sur l’emplacement micro SD.

Ce manque sera bien entendu compensé par le généreux espace de stockage interne, un espace atteignant les 128 Go.

Maintenant, il ne faut pas oublier que derrière, on a aussi un capteur photo de 108 millions de pixels, un capteur qui va générer, lorsqu’on shootera en pleine résolution, des photos de plus de 30 Mo. Du coup, j’aurais aimé pouvoir étendre la mémoire interne de l’appareil.

Bon point en revanche, si le Mi Note 10 embarque un émetteur infrarouge sur la tranche inférieure, il est aussi doté d’une prise casque ! Une prise située sur la tranche inférieure, aux côtés du connecteur USB Type-C.

Le Xiaomi Mi Note 10 a beaucoup de charme, c’est indéniable, mais il y a tout de même un point noir à relever au niveau de la prise en main.

Ce point, il est lié à la disposition des capteurs composant le module photo arrière. Xiaomi a opté pour un alignement vertical et le tout dernier capteur est du coup situé assez bas. De ce fait, on aura souvent tendance à le recouvrir de notre main lorsque nous tiendrons notre téléphone, ce qui aura évidemment pour effet de salir sa lentille. La sienne, mais aussi celle du capteur situé au-dessus.

Il faudra donc penser à nettoyer régulièrement les optiques du module, notamment avant de se lancer dans de longues sessions de shoots.

Mais quel module photo !

Mais quel module photo !

L'écran borderless du Xiaomi Mi Note 10

L’écran borderless du Xiaomi Mi Note 10

Écran, Processeur & Autonomie

Le Xiaomi Mi Note 10 est un bel objet, mais nous allons voir que ce bel écrin cache aussi de jolies choses sur le plan technique.

L’écran, pour commencer, est de type AMOLED et il atteint les 6,47 pouces avec une résolution en 2340 x 1080, une densité de pixels de 398 ppp, une luminosité de 600 nit, un contraste de folie et le support du DCI-P3.

Lorsque Xiaomi a présenté son téléphone, beaucoup ont supposé que la marque avait été se fournir chez Samsung pour sa dalle. Mais en réalité, ce n’est pas le cas, la pièce est fournie par Visionox, une boîte chinoise.

Cet écran a également une autre particularité : il est incurvé et la dalle s’étend donc jusqu’à une partie des tranches de l’appareil. L’effet est plutôt joli et Xiaomi a bien étudié le form factor de son téléphone afin de limiter le risque de mauvaise manipulation.

Cette dalle est de très bonne qualité. Il m’est souvent arrivé de regarder des vidéos YouTube ou des séries sur Netflix sur le Mi Note 10 et je n’ai ressenti aucune gêne. Les couleurs sont assez naturelles et on a en plus de très beaux contrastes grâce à l’AMOLED, le tout avec une luminosité suffisante pour utiliser l’appareil en plein soleil.

Et si la couleur ne vous plaît pas, bien sûr, vous aurez toujours la possibilité de vous rendre dans les réglages du téléphone pour changer de profil et opter pour des teintes plus chaudes ou plus froides.

Il faut également noter que Xiaomi a fait en sorte de rendre la dalle de son téléphone compatible avec le HDR, ce qui prouve bien entendu que le Mi Note 10 vise aussi un usage multimédia.

Pour animer son téléphone, le constructeur s’est tourné vers un Snapdragon 730G couplé à un GPU Adreno 618 et à 6 Go de mémoire vive au format LPDDR4x, avec 128 Go de stockage.

Cette architecture est des plus correctes et elle assure de bonnes performances générales au téléphone, que ce soit lors de la lecture de vidéo ou même en jeu. Attention cependant à ne pas vous montrer trop gourmands au niveau des détails, le Snapdragon 730G est en effet loin d’égaler un Snapdragon 855 et il ne vous permettra pas jouer avec un maximum de détails.

En revanche, et nous aurons l’occasion d’en reparler un peu plus tard, ce processeur montre rapidement ses limites… en photo.

Le Xiaomi Mi Note 10, vous le savez, a pour principale particularité d’embarquer un capteur de 108 millions de pixels. Et autant le dire franchement, le Snapdragon 730G est un peu juste pour gérer une telle définition et j’ai noté des ralentissements systématiques lorsqu’on shoote en pleine résolution, ce qui gâche un peu l’expérience utilisateur.

Est-ce que Xiaomi pourra corriger le tir au travers des futures MAJ de sa plateforme ? J’en doute un peu. La dernière n’a pas changé grand-chose en tout cas. Concernant AnTuTu, le téléphone a tout de même atteint les 256 000 points, ce qui montre qu’il a tout de même de la ressource.

Mais le Xiaomi Mi Note 10 a un autre avantage : sa batterie. Xiaomi n’a pas lésiné et la firme a opté pour une batterie de 5260 mAh. Et devinez quoi ? L’autonomie du téléphone est excellente et il sera en mesure de tenir deux jours sans la moindre difficulté. Parfois plus.

J’ai évidemment fait tourner PCMark sur le téléphone. Et le résultat parle de lui même. Le terminal a en effet tenu 18h18 sur le benchmark consacré à l’autonomie et il lui restait 10 % de batterie derrière.

On aura donc clairement de quoi faire.

En revanche, pour la charge, il faudra se montrer patient. Le Mi Note 10 ne monte pas au-delà des 30W et il lui faudra donc plus d’une heure et demie pour recharger complètement le téléphone. Bon point en revanche, il est livré avec un chargeur rapide et il est en plus équipé d’un connecteur réversible, ce qui veut dire… qu’il pourra aussi recharger d’autres appareils.

Et on termine avec le modem. Un modem qui a été testé, comme à chaque fois, avec Nperf et une SIM Sosh, le tout depuis la région parisienne. J’ai évidemment lancé plusieurs tests pour calculer une moyenne.

Le Mi Note 10 a donc atteint les 106 mbps en réception et les 9 mbps en émission, avec une latence de 25 ms. Pour les scores, on est à 75 % en web et à 95 % en vidéo, avec un score total de 100 049 points.

Une encoche qui ne gâche pas la vue

Une encoche qui ne gâche pas la vue

Le Xiaomi Mi Note 10 peut faire tourner de gros jeux, mais pas avec les détails à fond

Le Xiaomi Mi Note 10 peut faire tourner de gros jeux, mais pas avec les détails à fond

Photo, Vidéo & Son

Le Xiaomi Mi Note 10 a un positionnement assez particulier. Non content de proposer un design soigné et une fiche technique solide, il met aussi l’accent sur la photo en proposant un module arrière composé de pas moins de 5 capteurs différents.

Ce n’est pas vraiment une révélation, mais les smartphones sont tributaires de leur petite taille. Compte tenu de leur encombrement, ils n’ont pas la possibilité d’embarquer de gros capteurs.

Pour améliorer les conditions de prise de vue, les constructeurs ont donc commencé à opter pour des modules composés de plusieurs capteurs. Des capteurs capables de fonctionner indépendamment les uns des autres, ou même ensemble sur certains modes.

Et bien sûr, plus les années passent et plus les constructeurs ajoutent des capteurs. Xiaomi est cependant le premier à atteindre le seuil des 5 capteurs pour le module arrière.

Mais ce n’est pas la seule particularité du Mi Note 10 sur le terrain de la photo. L’appareil est aussi le tout premier smartphone du marché à embarquer un capteur de 108 mpx, un capteur bien entendu fourni par Samsung. Il s’agit du HMX. Et pour l’accompagner, on trouve un grand angle ouvrant à f/1.69 et équipé d’un OIS.

Nous le verrons plus loin, mais ce capteur s’accompagne de la technologie Super Pixel 4. Il sera donc capable de fusionner 4 pixels en un pour récupérer plus de lumière. Mais le Mi Note 10 nous permettra également de shooter en pleine définition, par le biais d’un mode de prise de vue dédié.

Pour l’accompagner, on va trouver pour commencer un capteur de 12 millions de pixels surmonté d’un zoom ouvrant à f/2.0 et offrant un grossissement en 2x. Ce capteur servira principalement aux portraits.

Le troisième capteur atteint une définition de 20 millions de pixels, avec un ultra grand angle offrant un champ de vision de 117° et ouvrant à f/2.2.

Ensuite, nous avons un capteur de 5 millions de pixels. Plus modeste, ce dernier s’accompagne d’un téléobjectif offrant un niveau de grossissement 5x, avec une ouverture à f/2.0. L’ensemble est bien entendu stabilisé optiquement.

Et puis, pour finir, on trouve un capteur de 2 millions de pixels accompagné d’une optique conçue pour les prises de vue en macro.

Comme vous pouvez le voir, Xiaomi a sorti l’artillerie lourde, d’autant que ces cinq capteurs s’accompagnent d’un focus laser et d’un double autofocus à détection de phase et de contraste, sans oublier l’habituel flash LED.

Il y a du level, comme on dit, mais les specs ne font pas forcément tout. Et le moment est donc venu de nous pencher sur ce que propose le Mi Note 10 dans la pratique et de voir si Xiaomi a bien respecté toutes ses promesses.

En pleine lumière, le Xiaomi Mi Note 10 en impose quelque chose de bien. Le téléphone est en effet capable de sortir des clichés très détaillés, avec une dynamique impressionnante et une colorimétrie étonnamment très naturelle.

Contrairement à beaucoup de constructeurs, Xiaomi a en effet choisi de ne pas saturer les couleurs et c’est un choix très judicieux puisque cela nous permettra d’obtenir des images plus neutres et plus réalistes… mais aussi plus faciles à retoucher derrière.

Mais le Mi Note 10 n’est pas uniquement impressionnant sur la couleur, la dynamique ou le contraste, il m’a aussi beaucoup surpris au niveau de la profondeur de champ. Elle est parfaitement maîtrisée et elle permet d’obtenir des flous très doux et très naturels, et ce même sur des sujets complexes comme de la végétation par exemple.

Cela n’a l’air de rien, mais il faut saluer la performance. Les smartphones sont en effet handicapés par la petite taille de leurs capteurs et les constructeurs utilisent donc des traitements logiciels pour émuler la sensation de flou.

Et en règle générale, ils ont tendance à forcer un peu la chose. Ici, ce n’est pas le cas, on a des flous aussi naturels que sur les Pixel 4.

Je m’attendais évidemment à ce que les performances du Mi Note 10 s’écroulent en intérieur ou à la nuit tombée, mais ce n’est pas le cas.

En intérieur et avec les modes de prise de vue normaux, le terminal sera en effet capable une fois de plus de produire des clichés détaillés avec une belle dynamique et une colorimétrie naturelle. La belle ouverture du grand angle nous permettra en effet de compenser le manque de lumière.

Mais en plus, on trouve aussi un mode nuit, un mode que j’ai eu l’occasion de tester lors de ma visite de la cathédrale de Reims. Les conditions lumineuses étaient en effet très compliquées, mais le Mi Note 10 a su s’en sortir avec tous les honneurs grâce à ce fameux mode.

Un mode qui fonctionne très bien, même lorsqu’on tient le téléphone à main levée. Le stabilisateur intégré permettra en effet de compenser la plupart de nos mouvements involontaires. Et là, en l’occurrence, il y en a eu beaucoup puisqu’il faisait très froid dans la cathédrale.

Mais le maître mot du Mi Note 10, c’est sans doute de la flexibilité. En dehors du grand angle, on trouve en effet un ultra grand angle et pas moins de deux téléobjectifs, avec un zoom optique x2 dans un cas et un zoom hybride 10x dans l’autre.

Grâce à ces focales différentes, il est donc possible de recadrer une scène à la volée sans avoir besoin de se déplacer. Ce qui permet bien entendu d’obtenir de très jolies choses derrière.

D’autant que le rendu, lui, reste plus ou moins le même, que ce soit au niveau du piqué, de la dynamique ou de la colorimétrie. Du moins à condition d’avoir une belle lumière, les téléobjectifs étant beaucoup moins lumineux que le grand angle.

Si vous avez écouté avec soin toute la vidéo, alors vous savez que le Mi Note 10 propose aussi une optique macro, une optique placée sur un petit capteur de 2 millions de pixels. J’avais peu d’espoir compte tenu de la faible définition du capteur, mais ce dernier nous permettra tout de même d’obtenir de bons résultats dans la plupart des situations, même en intérieur.

En revanche, et c’est un avis complètement objectif, je l’ai tout de même trouvé un peu plus mou que le mode macro embarqué à bord des OnePlus 7T (testé ici) et 7T Pro (testé là).

Le Mi Note 10 est le premier smartphone à embarquer un capteur de 108 millions de pixels, un capteur qui est fourni par Samsung et que l’on devrait aussi retrouver sur les futurs flagships de la marque. Et Xiaomi a bien entendu intégré un mode spécial à l’application photo afin de nous permettre de shooter en très haute définition.

Si l’attention est louable et le chiffre impressionnant, le Mi Note 10 ne permettra pas réellement de shooter à pleine définition. En réalité, le capteur repose sur la technologie Super Pixel qui associe 4 pixels pour n’en former qu’un afin de récupérer un maximum de lumière.

Concrètement, cela veut dire que le téléphone ne dépassera pas les 27 millions de pixels de définition dans ce mode. Ce qui laisse tout de même pas mal de marge, notamment en matière de recadrage.

Maintenant, je vais être franc avec vous, ce mode ne m’a pas totalement convaincu. Et ce pour deux raisons différentes.

La première, c’est que les blancs des clichés shootés en 108 mpx auront tendance à tirer un peu trop vers le rose, pour un résultat finalement assez mitigé.

Mais le vrai problème vient surtout du traitement. Lorsque vous shooterez dans ce mode, le Mi Note 10 aura besoin d’une ou de deux secondes pour générer l’image. Et tant que cela ne sera pas fait, l’application photo sera inutilisable. Il sera donc impossible de prendre une autre photo ou même de changer de mode. Pas tant que le traitement n’est pas terminé.

Et ce problème, il est bien entendu lié à un manque de puissance. Xiaomi a choisi d’équiper son téléphone d’un Snapdragon 730G pour baisser le coût de fabrication et cette puce ne dispose pas d’une puissance de calcul suffisante pour avaler des traitements sur des clichés de cette définition. Un Snapdragon 855 aurait sans doute été plus judicieux.

Maintenant, cela ne veut pas non plus dire que le Mi Note 10 est un échec. En réalité, si vous restez sur les autres modes, vous n’aurez pas le moindre problème de latence.

En plus de tous les modes évoqués jusque là, le Mi Note 10 intègre un mode portrait. Non content d’être capable de mettre en valeur votre sujet, il vous permettra également de modifier l’effet lumineux, un peu à la manière de ce que propose l’iPhone depuis quelques générations.

Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces effets lumineux ne sont pas gadget et ils permettent de sortir des clichés assez variés.

En revanche, il sera impératif de réduire au maximum l’effet de lissage sous peine de se retrouver avec des photos trop lissées.

Je vais être franc avec vous, au début de mon test, j’ai beaucoup placé le focus sur la photo.

Je m’attendais en effet à des performances moyennes en matière de vidéo. Après tout, en règle générale, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Mais au final, le Xiaomi Mi Note 10 s’en sort très bien. On conserve le piqué et la belle dynamique du capteur sur le grand angle, avec toujours cette colorimétrie très neutre, mais on a en plus droit à une très belle stabilisation.

Si cette dernière n’égalera pas celle de l’iPhone 11 Pro, elle n’en est pas très loin et elle nous permettra donc de réaliser des plans à main levée sans avoir forcément besoin de passer par un stabilisateur. Du moins pas à condition de rester immobile. Si vous marchez pour suivre un sujet, par exemple, alors des tremblements intempestifs finiront par survenir. Et là, il sera clairement préférable de passer par un stabilisateur à main.

Pour en finir avec ce gros morceau, le moment est venu d’aborder la question du son.

La première chose à souligner, c’est que le Mi Note 10 est doté d’une prise casque. Et ça, bien sûr, cela fera très plaisir à tous les inconditionnels du filaire. Derrière, en revanche, la qualité dépendra pour beaucoup de ce que vous connectez sur le téléphone.

Là, on est plutôt bien, mais ce n’est pas pareil pour le haut-parleur. En réalité, le problème du Mi Note 10, c’est qu’il embarque un seul haut-parleur. Pire encore, ce dernier est placé sur la tranche inférieure et on aura donc souvent tendance à le recouvrir de la paume de notre main.

Petit bémol, donc. Maintenant, si vous voulez le fond de ma pensée, cet oubli ne représente pas grand-chose par rapport à tout ce que le terminal propose derrière.

Le mode nuit du Xiaomi Mi Note 10

Le mode nuit du Xiaomi Mi Note 10

Xiaomi propose de nouvelles icônes sur MIUI 11

Xiaomi propose de nouvelles icônes sur MIUI 11

Plateforme & Fonctions

On a bien enchaîné jusque là, mais il nous reste encore un gros morceau à traiter, à savoir la plateforme et ses fonctions.

Et là, on a pas mal de choses à dire puisque le Mi Note 10 s’accompagne d’une toute nouvelle version de MIUI, la onzième.

Premier point et pas des moindres, MIUI 11 est extrêmement fluide et il tourne aux petits oignons.

En deux semaines de test intensif, je ne l’ai pas pris en défaut une seule fois, et ce même en jonglant avec une tonne d’application.

L’interface est également un peu différente. Xiaomi a tout mis en oeuvre pour simplifier au maximum les différents écrans de la plateforme. Cela vaut notamment pour les réglages, dont l’organisation a été repensée de zéro.

Autre nouveauté notable, l’arrivée d’un mode nuit qui s’étendra à toute la plateforme, mais aussi à certaines applications natives comme les notes, par exemple. Et le plus beau, c’est qu’il sera aussi possible de configurer l’appareil pour qu’il passe automatiquement d’un mode à l’autre en fonction de la plage horaire.

On a aussi de nouvelles options sur le mode Always on Display. Il sera ainsi possible de choisir le type d’horloge, mais aussi de configurer la forme que prendront les notifications.

Derrière, Xiaomi a aussi mis en place de nouveaux outils et le plus intéressant de tous, de mon point de vue, c’est sans doute celui des partages. Il fonctionne en effet un peu comme AirDrop et il facilitera donc le partage de fichiers. Du moins en partie. Le gros bémol, c’est que le système prend uniquement en compte les appareils de Oppo, Vivo et Xiaomi. On est donc très loin d’un outil universel.

En prime, le constructeur a dépoussiéré certains outils, comme celui consacré à la prise de notes qui s’avère beaucoup plus agréable à l’usage, ou comme la calculatrice que l’on pourra épingler à l’écran pour plus de commodités.

En revanche, Xiaomi a eu la main lourde au niveau des applications et une dizaine d’outils sont ainsi pré installés sur le terminal. Maintenant, ces derniers ne sont pas des bloatwares et ils apportent réellement une plu value à la plateforme.

On sent donc que le constructeur a cherché à écrémer sa plateforme et c’est bien entendu une très bonne chose.

Par contre, on aura toujours l’écran intermédiaire qui apparaîtra à l’installation d’une nouvelle application, avec en prime un magnifique encart publicitaire. Il sera cependant possible de le faire sauter en allant dans les réglages de l’écran.

Il y a du neuf pour le mode Always on Display

Il y a du neuf pour le mode Always on Display

En Conclusion

Le moment est donc venu de conclure.

En toute franchise, ces deux semaines intensives passées en compagnie du Mi Note 10 n’ont fait que confirmer ce que je savais déjà, à savoir que l’on est ici en présence d’un très bon téléphone.

Alors c’est vrai, le coquin n’est pas donné. 550 €, c’est une somme. Maintenant, à mes yeux, le prix est clairement justifié.

Pour commencer, on a un téléphone qui a de l’allure, avec un écran OLED incurvé et des finitions irréprochables. Le Mi Note 10 est un très bel objet et il ne laissera personne indifférent.

Ensuite, on a une fiche technique qui n’est pas surpuissante, mais qui a au moins le mérite d’être équilibrée, avec une batterie proprement démentielle.

Et puis il y a la photo. Xiaomi s’est clairement surpassé. Le module embarqué est extrêmement flexible, et surtout très capable. Entre le piqué omniprésent, la dynamique complètement folle et la colorimétrie qui tape juste, le Mi Note 10 ne semble avoir que des avantages et je comprends du coup ce qui lui a valu de se retrouver à la première place du classement de DxOMark.

Quant à MIUI 11, s’il ne révolutionne pas le genre, il a au moins le mérite d’améliorer l’existant, ce qui est déjà pas mal.

Au final, donc, ce Mi Note 10 est une excellente surprise. Et je tiens une nouvelle fois à remercier Gearbest de son aide. Grâce à la boutique, j’ai vraiment pu prendre mon temps pour tester ce téléphone.

A noter que le Xiaomi Mi Note 10 est proposé autour des 450 € en ce moment chez Gearbest, et donc en import. Il suffit d’utiliser le code GBXMNTFR01 pour bénéficier de la réduction mise en place. L’exemplaire qui m’a permis de réaliser ce test vient d’ailleurs de ce revendeur.

DESIGN9.5
ECRAN9
PROCESSEUR & AUTONOMIE8
PHOTO & VIDEO9.5
FONCTIONS9
RAPPORT QUALITE/PRIX9
Le Xiaomi Mi Note 10 est une excellente surprise. Certes, son processeur montre rapidement ses limites lorsqu'on shoote en pleine définition, et on regrettera aussi la présence d'un seul haut parleur, mais pour tout le reste c'est carton plein. Surtout pour la photo d'ailleurs.
9