Test du Xiaomi Redmi Note 9 Pro, le meilleur de la gamme ?

Xiaomi a décidé d’apporter un souffle nouveau sur le milieu de gamme en lançant une toute nouvelle famille de smartphones composée de trois appareils : le Redmi Note 9, le Redmi Note 9S et le Redmi Note 9 Pro.

Le premier a déjà eu droit à son test, un test un peu en demie teinte.

Le Redmi Note 9 Pro et son écran poinçonné

Le Redmi Note 9 Pro et son écran poinçonné

Le moment est désormais venu de nous pencher sur le modèle le plus cher et donc sur le Redmi Note 9 Pro.

Design & Ergonomie

Le risque, lorsqu’on teste d’un coup une nouvelle gamme de produits, c’est bien entendu de ressentir une certaine forme de lassitude. Après tout, qui dit nouvelle gamme dit aussi des produits qui se ressemblent.

Fort heureusement, ici, ce n’est pas tout à fait le cas.

Je vais être franc, en ouvrant la boîte du Redmi Note 9 Pro, je m’attendais à tomber sur une copie du Redmi Note 9.

Mais Xiaomi a été plus malin que moi. Le Redmi Note 9 Pro reprend bien entendu les fondamentaux de la gamme, sans pour autant s’aligner totalement sur son petit frère.

De face, on retrouve donc toujours une dalle borderless et poinçonnée. L’écran du modèle « pro » est cependant un peu plus grand que celui du modèle de base. Le poinçon n’est pas non plus placé au même endroit et la marque a choisi de le centrer.

Mais la plus grosse différence vient du dos. La plaque arrière est toujours incurvée, mais la comparaison s’arrête là et Xiaomi a ainsi opté pour une finition en deux tons. La partie haute de la plaque est donc de couleur unie, et brillante, tandis que le bas laisse apparaître une série de motifs formant une texture. Il est évidemment très difficile de ne pas penser aux Pixel 3 ou Pixel 2.

Le module photo est toujours de forme carrée, mais il n’est plus entouré d’une plaque noire. D’ailleurs, le lecteur d’empreintes n’est plus non plus placé à l’arrière, mais plutôt sur la tranche de l’appareil. Il est directement intégré au bouton de mise sous tension, ce qui surprend pas mal au premier abord.

Xiaomi propose en revanche la même chose du côté de la connectique et on va donc trouver un connecteur USB Type-C et une prise casque sur la tranche inférieure, aux côtés du haut-parleur.

Le Redmi Note 9 Pro est un peu plus imposant que le Redmi Note 9 en main, mais le confort d’utilisation reste similaire. Le seul bémol vient finalement du poinçon. A choisir, j’aurais préféré qu’il soit placé dans le coin afin de disparaître totalement en jeu.

Le poinçon n'est pas très grand, mais il est difficile de le louper vu son positionnement

Le poinçon n’est pas très grand, mais il est difficile de le louper vu son positionnement

Le menton du Redmi Note 9 Pro n'est pas très prononcé

Le menton du Redmi Note 9 Pro n’est pas très prononcé

Ecran, Processeur & Autonomie

En règle générale, les modèles « pro » sont toujours mieux armés que les modèles de base. Et bien sûr, le Redmi Note 9 Pro ne vient pas faire mentir l’adage.

Le Redmi Note 9 Pro a droit à une belle diagonale. Il atteint en effet les 6,67 pouces, contre 6,53 pouces pour son petit frère. La définition ne change pas et on reste sur du Full HD+ avec une résolution en 2400 x 1080.

Pas d’AMOLED au programme, bien sûr, mais la dalle reste de bonne qualité et elle sera même en mesure d’afficher des images très contrastées, avec une colorimétrie des plus honnêtes et couvrant environ 84 % du NTSC.

Et clairement, si vous êtes mordus de vidéo et de multimédia, alors vous vous sentirez comme chez vous. L’écran est de très bonne qualité et il se prête bien à cette utilisation.

Le son n’est pas mauvais non plus, mais il repose sur un seul et unique haut-parleur. Pire encore, ce dernier est situé sur la tranche inférieure et on aura donc souvent tendance à le recouvrir de la paume de la main lorsqu’on tiendra le téléphone à l’horizontale. Résultat des courses, il sera clairement préférable de passer par un casque ou des écouteurs.

Contrairement au Redmi Note 9, le « pro «  n’est pas livré avec une puce de MediaTek. L’appareil tourne en effet sous un Snapdragon 720G, une puce octo-core atteignant les 2,3 GHz de fréquence. Et pour l’accompagner, on a un GPU Adreno 618 et pas moins de 6 Go de mémoire vive. Le stockage va pour sa part de 64 à 128 Go.

Et si vous êtes du genre à empiler les films et les séries sur votre smartphone, alors soyez rassurés, car le Redmi Note 9 Pro est aussi équipé d’un lecteur de cartes micro SD.

Et le truc très cool, c’est que la trappe pourra accepter simultanément deux Nano SIM et une micro SD, ce qui veut dire que vous n’aurez pas besoin de choisir entre une deuxième ligne et un stockage étendu.

Quoi qu’il en soit, les résultats sont là. Le Redmi Note 9 Pro tourne très bien et je n’ai pas réussi à le prendre en défaut durant ces quelques semaines de test. Mieux encore, s’il est très à l’aise dans la vie de tous les jours, il l’est aussi dans les jeux.

Ce qui n’est finalement pas très surprenant puisque le Redmi Note 9 était déjà capable de faire tourner des titres comme Call of Duty Mobile.

Côté batterie, on retrouve un accumulateur de 5020 mAh, soit la même capacité que celle de la batterie présente à bord du Redmi Note 9.

Le modèle pro a cependant un petit truc en plus : la charge rapide à 30W. Sur la version de base, on est limité à 22,5 W. Le Redmi Note 9 Pro se chargera donc un peu plus vite, ce qui est plutôt une bonne chose pour une batterie de cette taille.

Je n’ai pas vu de grosses différences au niveau de l’autonomie en revanche. Avec mes usages, on reste sur une autonomie moyenne tournant autour des 2 jours. PC Mark, pour sa part, a placé son autonomie à 19h24 et on gagne donc quelques heures par rapport au modèle de base. Surtout qu’au terme du test, il restait encore 19 % de batterie. On est donc sur une autonomie, écran allumé, supérieure à 20 heures.

Le Redmi Note 9 Pro est assez imposant, mais il reste confortable en main

Le Redmi Note 9 Pro est assez imposant, mais il reste confortable en main

Le dos arbore deux finitions différentes, pour un résultat très premium

Le dos arbore deux finitions différentes, pour un résultat très premium

Photo & Vidéo

Si vous avez lu mon test du Redmi Note 9, alors vous savez déjà que ce dernier ne m’a pas totalement convaincu sur le terrain de la photo.

En ira-t-il de même pour la version « pro » ?

Tout comme son petit frère, le module photo arrière du Redmi Note 9 Pro repose sur quatre capteurs.

Le capteur principal atteint les 64 millions de pixels de définition et il s’accompagne d’une optique ouvrant à f/1.89. On perd donc un peu en ouverture par rapport au Note 9, mais on gagne en définition.

Ensuite, on a un capteur de 8 millions de pixels placé sous un ultra grand angle offrant un champ de vision de 119° et ouvrant à f/2.2. Attention cependant, car ce capteur croppera l’image pour limiter la distorsion et on perdra un peu en champ de vision.

Le troisième capteur atteint les 5 millions de pixels et il est accompagné d’une optique macro ouvrant à f/2.4. On avait aussi une optique macro sur le Redmi Note 9, mais elle était accompagnée d’un capteur de 2 millions de pixels seulement.

Enfin, le dernier capteur ne change pas et il atteint les 2 millions de pixels. Il se focalisera bien entendu sur la profondeur de champ.

L’offre ne manque pas d’intérêt sur le papier, mais il y a parfois un gouffre ou même un canyon entre ce que les constructeurs promettent sur le papier et la réalité.

Il faut bien le reconnaître, s’il ne sera jamais au niveau d’un Pixel 4, d’un iPhone 11 Pro ou même d’un Xiaomi Mi Note 10, le Redmi Note 9 Pro s’en tire avec tous les honneurs lorsque la lumière est là.

Il sera en effet en mesure de produire des images piquées avec une belle colorimétrie et une dynamique bien plus convaincante que sur le Redmi Note 9. Du moins sur le grand angle, l’ultra grand angle ayant malheureusement tendance à cramer les hautes lumières.

Le constat est similaire dans les environnements sombres. Certes, on perdra un peu en qualité, mais les images resteront exploitables. Les contours des objets seront plutôt nets et on évitera même les ombres bouchées du modèle de base.

De même pour la balance des blancs, qui est très juste.

En tout, le Redmi Note 9 Pro propose trois vraies focales : le grand angle, l’ultra grand angle et la macro. L’appareil est dépourvu de téléobjectif, mais on pourra tout de même profiter d’un zoom numérique 2x.

Et en toute franchise, ça passe. Le piqué reste homogène d’une focale à l’autre, de même pour la colorimétrie. En dehors du problème de lumière cramée de l’ultra grand angle, on conserve donc une certaine cohérente.

Le Redmi Note 9 Pro est à l’aise sur ces trois focales et la seule chose qui lui fait vraiment défaut, finalement, c’est la macro. Il faudra en effet se montrer très précis sous peine de se retrouver avec des images floues.

Les portraits m’ont plutôt convaincu. Les photos sont beaucoup plus nettes que sur le Redmi Note 9 et on peut donc obtenir un niveau de détail élevé. La plage dynamique est plutôt large, ce qui nous donnera un peu de souplesse en post prod.

Vous le savez, le Redmi Note 9 ne m’a pas du tout convaincu sur le terrain de la vidéo. Les images manquaient de piqué et la colorimétrie était très perfectible.

Fort heureusement, le Redmi Note 9 Pro s’en sort un peu mieux et il sera donc en mesure de sortir des vidéos de meilleure qualité. La stabilisation reste en revanche anecdotique et il sera impératif d’investir dans un stabilisateur.

Le Redmi Note 9 Pro fait tourner les jeux les plus gourmands

Le Redmi Note 9 Pro fait tourner les jeux les plus gourmands

Le Redmi Note 9 Pro n'est pas le genre de téléphone qu'on utilise à une seule main

Le Redmi Note 9 Pro n’est pas le genre de téléphone qu’on utilise à une seule main

Plateforme & Fonctions

Le design et le hardware ne font pas tout. Le volet logiciel occupe lui aussi une place importante et il m’était donc impossible de ne pas évoquer MIUI 11.

Si vous avez lu, encore une fois, mon test du Redmi Note 9, alors vous savez que ce dernier ne m’a pas totalement conquis sur le plan logiciel.

MIUI 11 est une plateforme très agréable à utiliser, c’est indéniable, mais le Redmi Note 9 souffrait malheureusement de nombreux bogues qui sont venus entacher mon expérience.

J’appréhendais donc un peu de passer une semaine complète sur le Redmi Note 9 Pro.

Contre toute attente, l’expérience a été plutôt positive. Les bogues rencontrés sur le Redmi Note 9 ne se sont pas posés et je n’ai pas non plus eu de souci de latence particulier. En réalité, l’appareil est resté réactif en toute occasion.

En revanche, les bloatwares sont toujours autant présents et MIUI 11 est ainsi livré avec pléthore de jeux et d’outils qui ne servent pas à grand-chose. Fort heureusement, ces derniers sont assez faciles à désinstaller et on finit par les oublier.

Il y a par contre un détail qui m’a beaucoup surpris. Le Redmi Note 9 Pro ne propose pas le tiroir d’applications, alors que ce dernier est bien présent sur le modèle de base.

J’avoue que ce détail m’a pas mal surpris. Maintenant, les deux appareils ne fonctionnent pas sous la même ROM et cela vient sans doute de là.

Plus globalement, cette semaine supplémentaire passée sous MIUI 11 m’a permis de me conforter dans ce que je pensais, à savoir que la plateforme évolue dans le bon sens.

Les anciennes versions de MIUI faisaient un peu vieillottes sur le plan visuel et leur ergonomie laissait clairement à désirer, mais Xiaomi a gommé petit à petit tous les défauts de son fork. Et c’est vraiment ce qui ressort de cette onzième version et il me tarde d’avoir la prochaine mouture entre les mains.

Aucun bug n'est venu entacher l'expérience

Aucun bug n’est venu entacher l’expérience

Le Redmi Note 9 Pro ne manque pas de répondant

Le Redmi Note 9 Pro ne manque pas de répondant

En Conclusion

Je ne m’attendais clairement pas à ce que le Redmi Note 9 et le Redmi Note 9 Pro soient aussi différents, mais c’est finalement le constat qui s’est imposé à moi après ces deux semaines passées en leur compagnie.

Le Redmi Note 9 m’avait laissé un goût d’inachevé. La faute au volet photographique, peu convaincant, et aux bogues rencontrés sur la plateforme.

La version « Pro » m’a réconcilié avec MIUI 11, mais aussi avec la gamme. Elle rend la proposition de Xiaomi beaucoup plus séduisante et je pense que la marque touchera une cible très large avec ces deux modèles.

Mais voilà, entre le Redmi Note 9 et le Redmi Note 9 Pro, on trouve un troisième appareil : le Redmi Note 9S. Et nous en reparlerons très prochainement.

Xiaomi Redmi Note 9 Pro

299 €
8.6

Ecran

8.5/10

Design & Ergonomie

9.0/10

Puissance & Autonomie

9.0/10

Photo & Vidéo

8.5/10

Fonctions

8.0/10

Pour

  • L'écran, très agréable
  • Une puce véloce
  • Du bon pour la photo
  • Une bonne autonomie

Contre

  • L'emplacement du poinçon
  • Les bloatwares