Test : Nokia Lumia 520

Officialisé au MWC 2013 de Barcelone, le Lumia 520 prend sa place parmi la gamme phare de Nokia. De par son prix, le smartphone s’impose comme l’un des meilleurs rapports qualité/prix du marché Windows Phone. Proposé pour la modique somme de 189€ sans abonnement, il vient concurrencer d’autres terminaux tels que le HTC 8S ou encore l’entrée de gamme Android. Profitant de la stabilité de son OS et du suivi de son fabricant, le terminal s’avère être le bas de gamme idéal !

Nokia Lumia 520 : une première image

Le Nokia Lumia 520 profite d’une coque amovible.

Caractéristiques techniques

  • Écran IPS-LCD de 4 pouces super-sensitif en résolution WVGA (800 x 480) offrant 235 ppi
  • Processeur Qualcomm Snapdragon S4 double-coeur cadencé à 1GHz
  • 512Mo de mémoire vive
  • 8Go d’espace de stockage extensible jusqu’à 64Go supplémentaires via microSD
  • Capteur photo dorsal de 5 mégapixels avec autofocus et zoom numérique 4x
  • Enregistrement de vidéos en définition HD (1280 x 720) à 30 fps
  • WiFi 802.11 b/g/n, Bluetooth 3.0, puce aGPS
  • Compatibilité avec les réseaux 3G
  • MicroSIM, microUSB
  • Batterie de 1 430 mAh
  • Windows Phone 8
  • Dimensions : 119.9 x 64 x 9.9 mm
  • Poids : 124 grammes

Il faut se l’avouer, le Lumia 520 n’est pas le mobile le plus intéressant sur le papier. Cependant, les spécifications techniques les plus importantes sont bel et bien présentes. L’écran offre une qualité correcte bien que la résolution ne soit pas exceptionnelle. Le processeur, quant à lui, s’en sort haut la main et ce, grâce à la stabilité de Windows Phone. Cependant, les 512Mo de mémoire vive ne seront pas suffisants pour de gros jeux gourmands en ressources. Néanmoins, on notera que le Store ne comprend pas énormément de hits vidéo-ludiques.

Le market d’applications, tiens, parlons-en. Bien que les applis les plus importantes y sont presque toutes disponibles, il en manque certaines devenues incontournables sur d’autres OS. Pour ce qui est du stockage interne, les 8Go pourront vite être remplis. D’autant plus que le système d’exploitation est assez lourd. Les amateurs de multimédias pourront, tout de même, être rassurés par le slot microSD. Mais l’on attend toujours un moyen de transférer les applications sur la carte microSD. En outre, le capteur de 5 mégapixels offre des photos et vidéos de qualité correcte. Attention, ne vous attendez pas non plus à un résultat excellent. La connectivité, elle, est plutôt bien fournie avec les éléments principaux. Les utilisateurs nomades ressentiront quand même la non-compatibilité avec la 4G.

Pour continuer, la batterie n’est pas incroyable mais elle pourra tenir jusqu’à une journée en utilisation normale. Petit bonus, cette-dernière est amovible. Enfin, le terminal est d’un poids relativement léger, un détail important pour la prise en main.

Nokia Lumia 520 : une seconde image

Photo de famille : le Lumia 520 et ses différents accessoires.

Design & Ergonomie

Qu’on se le dise, le véritable point fort de ce smartphone est son design. Coloré, sobre, original, élégant : les adjectifs ne manquent pas pour décrire cette réussite de Nokia. Sans compter la touche de fantaisie qui sort de l’ordinaire. Évidemment, on retrouve le même style que toute la série Lumia mais on ne change pas une équipe qui gagne. De plus, l’appareil est disponible en cinq coloris : jaune, rouge, bleu, blanc et noir. On repassera, cependant, pour les matériaux utilisés : du plastique et du verre. On ne peut plus classique… Par ailleurs, j’ai été surpris en découvrant que la coque arrière était spongieuse. Un toucher agréable, donc, mais que l’on ne retrouve que sur les coloris jaune et noir.

Dommage que le constructeur n’ait intégré qu’une coque rigide glissante aux modèles bleu, blanc et rouge. Les possesseurs d’une de ces trois déclinaisons peuvent se consoler : la coque est amovible. De plus, la firme finlandaise vend des coques pour Lumia 520. Les modèles spongieux bénéficient donc d’une ergonomie optimale tandis que les déclinaisons rigides se contentent d’une prise en main moins agréable.

Faisons, dès à présent, le tour du mobile. On retrouve la prise Jack 3.5 mm sur la tranche du haut, le haut-parleur en bas de la façade arrière, le logo Nokia au centre à l’arrière, le capteur photo au dos, les boutons On/Off, volume +/- et le déclencheur de l’appareil photo en façade gauche et le port microUSB sur la tranche du bas. En outre, notons que la coque arrière arbore un effet arrondi agréable en main. Cependant, cette coque semble légèrement trop souple de l’extérieur. Cela se ressent aussi avec les boutons qui sont très fragiles. Ceci dit, l’intérieur de la coque à l’air plutôt robuste.

Nokia Lumia 520 : une troisième image

Le Nokia Lumia 520 vu de profil.

Écran & Multimédia

L’écran du Lumia 520 n’est pas son principal atout mais il reste satisfaisant. Bien que la résolution ne soit pas exceptionnelle, la dalle se rattrape avec la technologie super-sensitive. Grâce à celle-ci, Nokia promet une utilisation avec des gants ou le bout des ongles. En revanche, les traces de doigts se déposent rapidement sur l’écran. L’utilisation d’un film plastique, ne serait-ce que pour protéger l’écran qui n’est pas anti-rayures, est conseillée. De plus, il convient d’avouer que la résolution WVGA ne fait pas tâche car, l’écran étant de taille classique, la densité de pixels (235 ppi) est satisfaisante. Par ailleurs, notons que la dalle reste assez lisible en plein soleil.

Quant au multimédia, mon avis est relativement positif. La lecture des photos, des vidéos et de la musique est agréable. De plus, elle est enrichie par l’expérience Nokia et ses applications. Le son, lui, est bien équilibré : les basses sont assez présentes, les aigus également. L’écoute au casque est, elle aussi, satisfaisante. Cependant, à peine la moitié du volume dépassée, le son sature. Et au maximum, cette saturation est presque gênante. En outre, la navigation web n’est pas mauvaise : Internet Explorer 10 est accompagné par le moteur de recherche Bing et l’expérience Internet est agréable. Cependant, le navigateur de Microsoft est assez rapide sans l’être trop. Cela peut être expliqué par le fait que, la résolution étant trop faible, celle-ci l’oblige à zoomer sur les textes à chaque chargement pour une meilleure lecture.

Nokia Lumia 520 : une quatrième image

Le capteur du Nokia Lumia 520.

Performances & Capture Photo / Vidéo

Il est temps d’analyser les performances brutes du smartphone. Pour ce faire, je me suis appuyé sur l’outil AnTuTu Benchmark. Celui-ci m’a livré des résultats corrects : ceux-ci restent, à l’image du processeur, dans la moyenne des Windows Phone. Même si la stabilité de l’OS joue une majeure part de ces scores, je veux bien croire en cette puissance correcte. Effectivement, le mobile arrive à faire tourner des jeux classiques mais pourrait faiblir sur des gros jeux gourmands en ressources. Mais, étant donné que ces gros hits ne sont pas disponibles à cause du manque de mémoire vive, on ne peut pas s’en rendre compte.

En conclusion, le terminal est assez véloce même si la stabilité du système d’exploitation joue beaucoup à ce niveau là. En outre, la capture photo/vidéo est intéressante bien que les amateurs de photographie ressentiront un manque. Ce manque, il s’agit des 5 mégapixels qui ne sont pas suffisants pour pouvoir prendre des clichés d’excellente qualité. Mais il faut relativiser, les photos et vidéos prises sont de très bonne qualité… à la lumière.

En effet, il aurait fallu un flash pour que les photos prises en basse luminosité soient au même niveau que les clichés normaux. L’appareil photo bénéficie d’une résolution de 2592 x 1936 pixels, d’un autofocus, d’un zoom numérique 4x, mais aussi d’un objectif de 1/4 pouces d’une ouverture de f/2,4. Néanmoins, un point crucial vient tout gâcher : le capteur photo frontal. Et oui, Nokia n’a pas intégré d’APN en face avant, un choix bien triste. Enfin, il faut se rendre à l’évidence, la partie photo/vidéo aurait pu être quasiment parfaite si le capteur photo frontal n’avait pas été oublié ! Néanmoins, on note tout de même le manque de flash pour les photos de basse luminosité.

Nokia Lumia 520 : une cinquième image

Le Nokia Lumia 520 posé sur une table.

Interface & Autonomie

L’interface Windows Phone 8 est enrichie par les applications Nokia. De plus, la stabilité de ce système d’exploitation et sa faible gourmandise en ressources assurent une fluidité impressionnante. Cependant, il est évident que l’interface de l’OS ne plaît pas à tout le monde. Ce phénomène est, en plus, amplifié par le fait que Windows Phone 8 est peu personnalisable. Malgré tous ces détails, il s’agit d’une interface très intuitive qui est idéale pour, notamment, un premier smartphone.

Pour couronner le tout, le Lumia 520 est riche de son mélange : celui de l’association entre Nokia et Microsoft. L’univers du premier comprenant des applis telles que Here Drive, Nokia Musique et Here Maps s’ajoute aux nombreux services Microsoft comme Office ou Jeux (service de Xbox). La sécurité est également respectée puisque l’écran de déverrouillage est bien conçu. Il comprend, entre autres, la possibilité de bloquer le smartphone à l’aide d’un mot de passe obligatoire. Le Store, quant à lui, comprend la plupart des applis indispensables mais certains services célèbres manquent. Pour citer les plus importantes absences, je me contenterais de Chrome, Firefox, Feedly, un célèbre antivirus (du genre Avast, Avira, AVG ou bien McAfee), les services Google officiels (tel que Maps ou Earth) et même Instagram. Cela est aussi dû au fait que la communauté Windows Phone doit encore s’agrandir. Quant aux jeux vidéos, il ne faut pas espérer obtenir autant de hits que sur iOS ou Android. De toute façon, le Lumia 520 ne serait pas assez puissant pour faire tourner d’aussi gourmands processus.

Côté autonomie, la « faible » batterie fait contraste avec les aspects « smart » et simple de l’appareil. Avec seulement 1430 mAh, la batterie ne pourra pas tenir plus d’une journée en utilisation classique. Pour y remédier, il existe quelques solutions. Deux d’entre elles sont, pour moi, les plus efficaces : veiller à désactiver le GPS lorsque l’on ne s’en sert pas et activer le mode économiseur de batterie lorsque celle-ci faiblit. La dernière méthode, bien que pratique, ne fera gagner, néanmoins, que quelques pourcents. En outre, notons que la batterie atteint des temps de rechargement complet impressionnants : 2h à 2h30 suffisent pour charger entièrement la batterie. Enfin, la batterie est amovible, un détail qui a de l’importance.

Nokia Lumia 520 : une sixième image

Les boutons sensitifs du Nokia Lumia 520.

Conclusion

De manière générale, le Lumia 520 respecte les principales conventions nécessaires à un smartphone pour être complet. Bien conçu, élégamment fini, coloré, original, sobre, le design est tout sauf classique. On oubliera tout de même les matériaux utilisés qui noircissent ce style pourtant franchement réussi. L’écran est, quant à lui, correct et même si la résolution n’est pas suffisante à mon goût, la technologie super-sensitive et la densité de pixels rattrapent ce raté. Gardons, cependant, en tête que les traces de doigts se déposent facilement sur la dalle. Dans l’ensemble, les caractéristique techniques sont appréciables si ce n’est une mémoire vive trop faible. Le processeur est largement suffisant : la stabilité de l’OS lui confère une fluidité sans failles ! Côté multimédia, rien n’est à signaler à part la saturation du son à peine la moitié du volume dépassée. Au niveau de performances, il n’y a qu’un seul moyen de les analyser : le benchmark. Le catalogue de jeux gourmands étant quasiment vide à cause du manque de RAM.

Qu’on se le dise, le capteur photo et de bonne qualité en général. Il manque juste une webcam frontale et un flash pour les clichés de basse luminosité. Par ailleurs, l’interface Windows Phone étant fluide et intuitive, il n’y a rien à rajouter à ce sujet. Néanmoins, l’OS est peu personnalisable et le Store manque cruellement d’applications. Même si les indispensables ne manquent pas à l’appel, certains services y sont encore attendus de pied ferme. Petite déception, donc, mais je pense que cela va s’arranger avec le temps. L’écran de déverrouillage est, de son côté, bien conçu. En outre, les 1430 mAh de la batterie ne suffiront qu’à faire tourner au mieux une journée le smartphone en utilisation classique. Légère consolation, la batterie ne se recharge qu’en 2h voire 2h30 maximum. Enfin, il faut relativiser, pour 189€ sans forfait, les quelques défauts seront vite oubliés. C’est donc un appareil que je recommande aux petits budgets mais surtout à ceux qui veulent s’offrir leur premier smartphone.

Points forts :

  • Le design est original, sobre, élégant et bien fini
  • La coque est amovible et a l’air robuste de l’intérieur
  • L’écran est correct avec la technologie Super-Sensitive et il est bien lisible en plein soleil
  • L’appareil photo est de bonne qualité
  • L’interface Windows Phone est fluide et intuitive
  • L’écran de déverrouillage est bien conçu
  • La batterie ne se recharge qu’en 2h/2h30
  • La batterie est amovible
  • Le rapport qualité/prix est exceptionnel

Points faibles :

  • Les matériaux sont trop classiques et pas assez nobles
  • Les boutons sont fragiles et l’extérieur de la coque semble trop souple
  • La résolution d’écran est légèrement faible
  • Les traces de doigts se déposent facilement sur l’écran
  • Il n’y a pas assez de mémoire vive
  • Il manque une webcam frontale et un flash à l’arrière
  • Windows Phone 8 est peu personnalisable
  • Le Store est cruellement vide
  • L’autonomie n’est pas géniale