Test du Sony Xperia Z1 Compact

Le Sony Xperia Z1 Compact a été officiellement présenté par son constructeur à l’occasion du dernier CES, après des semaines et des mois de folles rumeurs. Certains d’entre vous le savent sans doute, mais le coquin m’accompagne au quotidien depuis un peu plus d’une semaine. Après une première prise en main, le moment est donc venu de nous pencher sérieusement sur son cas, et de dresser un bilan complet de l’opération. Juste histoire de voir ce qu’il vaut sur le terrain.

Comme à l’accoutumée, il faut bien préciser que ce test n’a pas pour vocation à verser dans la technique pure. Il s’agit plutôt d’un avis utilisateur, mais vous aurez quand même droit à quelques chiffres obtenus avec les solutions de benchmarking du marché, et à plein de vidéos drôlement instructives en prime. La routine, en somme.

Sony Xperia Z1 Compact : image 1

Caractéristiques Techniques

Si vous passez régulièrement dans le coin, et si vous avez l’habitude de lire mes tests, alors vous connaissez sans doute la chanson. Avant d’aller plus loin, nous allons effectivement commencer par nous pencher sur les spécifications techniques du Sony Xperia Z1 Compact histoire de nous rafraichir un peu la mémoire.

  • Ecran de 4,3 pouces.
  • Définition de type HD 720p, soit du 1280×720.
  • Technologies Triluminos et X-Reality.
  • Processeur Qualcomm Snapdragon 800 LSL8974 cadencé à 2,2 GHz.
  • GPU Adreno 330, 2 Go de mémoire vive.
  • 16 Go d’espace de stockage extensibles par l’intermédiaire du port micro SD.
  • Capteur Exmor RS de 20,7 millions de pixels.
  • Optique G-Lens f/2.0.
  • Puce de traitement BIONZ.
  • WiFi 802.11 a/b/g/n, Bluetooth 4.0, GPS, NFC.
  • Batterie de 2 300 mAh.
  • Dimensions : 127 x 64,9 x 9,5 mm.
  • Poids : 137 grammes.
  • Prix : à partir de 499 euros sans abonnement.

Cette fiche technique vous rappelle peut-être quelque chose et c’est assez normal puisqu’elle est très proche de celle du Xperia Z1. En réalité, elle est même identique à l’exception de la taille de l’écran, de sa définition et de la batterie embarquée.

Tout comme son grand frère, le Z1 Compact est certifié IP55 et IP58. Il est donc capable de résister à la poussière, aux éclaboussures et à des immersions. Attention cependant car le terminal ne pourra pas descendre à plus d’un mètre de profondeur, ou rester sous l’eau plus de trente minutes.

Sinon, et bien le terminal se décline en quatre coloris : en blanc, en noir, en rose et en jaune. Je les ai tous eu en main à l’exception du modèle noir et ils en imposent bien comme il faut.

Sony Xperia Z1 Compact : image 2 Sony Xperia Z1 Compact : image 3

Design & Ergonomie

Les ressemblances entre le Z1 et le Z1 Compact ne s’arrêtent pas à la fiche technique des terminaux. Ils sont également très proches l’un de l’autre sur le plan esthétique. Le petit téléphone reprend ainsi les lignes des derniers Xperia, avec ce fameux bouton “premium” faisant office de signature.

Les matériaux utilisés dans la conception du Compact ont fait couler beaucoup d’encre le mois dernier. A la base, il était question de deux plaques de verre trempée maintenues fermement par un arceau métallique en aluminium, mais plusieurs sites spécialisés ont évoqué un dos en plastique. Je ne sais pas s’ils ont raison ou non, mais une chose est sûre : les finitions du terminal sont exemplaires. On est vraiment sur un produit haut de gamme, et il suffit de le prendre en main pendant quelques minutes pour s’en rendre compte.

Sur le plan ergonomique, Sony a tout de même procédé à quelques changements notables. Les différentes trappes permettant d’accéder à la carte SIM, à la carte micro SD et au port micro USB 2.0 se trouvent toutes sur la tranche droite de l’appareil. Elles encadrent son connecteur, celui-là même qui nous permettra de recharger le Z1 Compact en le plaçant sur une base.

Les boutons habituels se situent sur la tranche droite et c’est donc là que nous pourrons mettre la main sur le bouton de mise sous tension, sur les contrôles du volume ou sur le déclencheur physique. Un appui prolongé sur ce dernier nous permettra de lancer l’application en charge de la capture de photos, ou de vidéos. L’attache pour la dragonne est également de la partie.

Le Xperia Z1 Compact est dépourvu de boutons physiques en façade. Sony a opté pour des boutons tactiles qui, contrairement à ceux du LG G2 (testé ici) et du LG G Flex (testé ici), ne pourront pas être personnalisés. C’est dommage, mais le constructeur corrigera peut-être le tir dans une prochaine mise à jour.

Au dessus de l’écran, on retrouve le logo du constructeur, bien sûr, mais également la caméra frontale, le détecteur de luminosité et une LED de notifications placée plus bas que sur le Z1. La prise casque est intégrée à la bordure supérieure de l’appareil, à l’exact opposé du haut-parleur.

Le module photo et son flash sont intégrés à l’arrière de l’appareil, dans le coin en haut à gauche. Sony met en avant son optique, la taille de son capteur et sa définition. Comme pour le Z1, en somme, à ceci près que toutes ces mentions sont placées à gauche de la lentille, et non à droite.

Dans l’ensemble, l’appareil est agréable à l’oeil et bien équilibré.

Sony Xperia Z1 Compact : image 4 Sony Xperia Z1 Compact : image 5

Ecran, Puissance & Autonomie

Comme chacun le sait, le Z1 Compact est équipé d’un écran de 4,3 pouces capable d’afficher une définition proche du 720p. Le ratio taille / définition est des plus corrects. Les visuels sont fins et soignés, les couleurs vives et naturelles. Il tire un peu vers le jaune mais ce n’est pas gênant. La couche tactile, elle, est extrêmement réactive. Seul bémol, le verre de l’écran attire un peu trop les saletés et il faudra le nettoyer fréquemment.

Ca tombe bien, le terminal est amphibie.

Sous le capot du Z1 Compact, on retrouve un Snapdragon 800 couplé à un GPU Adreno 330 et à 2 Go de mémoire vive, soit les mêmes caractéristiques que celles de tous les “superphones” du moment. Je pense bien évidemment au Z1, mais également au LG G2.

En terme de puissance brute et sans grande surprise, le terminal fait aussi bien que ses concurrents. Il est d’une réactivité à toute épreuve et d’une extrême fluidité. Peu importe que vous lanciez des dizaines d’applications, il ne faillira point. Le constat est évidemment le même pour les films en haute-définition, ou pour les jeux. J’ai eu l’occasion de jouer à plusieurs reprises à Dead Trigger 2 ou même à Demonrock sans rencontrer le moindre problème.

Afin d’évaluer les performances du Xperia Z1 Compact, et comme à l’accoutumée, j’ai fait tourné plusieurs solutions de benchmarking dédiées dont BenchmarkPi, Quadrant, Linpack, An3DBench ou encore GeekBench 3. Les résultats obtenus vous permettront de comparer le petit Z1 à votre propre terminal.

  • BenchmarkPi : 112.
  • Quadrant : 19909.
  • Linpack : 629 353.
  • An3DBench : 7 585.
  • GeekBench 3 : 901 / 2 525.
  • AnTuTu : 34 399.

Comme vous pouvez le voir, le coquin n’a pas à rougir face à la concurrence.

Mais qu’en est-il de son autonomie ? C’est sans conteste l’un de ses meilleurs atouts. Certes, sa batterie ne dépasse pas les 2 300 mAh, mais son écran de 4,3 pouces est aussi peu énergivore, et cela lui confère une excellente autonomie. Comptez plus d’une journée, pour une utilisation normal, et sans avoir activé le mode STAMINA. Si vous décidez de mettre les mains dans le cambouis et de prendre un peu de temps pour configurer ce dernier, alors vous pourrez gagner, au minimum, une demie journée supplémentaire.

Mon record personnel ? Deux jours, mais en désactivant certains services comme la synchronisation automatique des données.

Sony Xperia Z1 Compact : image 6 Sony Xperia Z1 Compact : image 7

Photo & Vidéo

Le Sony Xperia Z1 Compact est présenté par son constructeur comme un “photophone”, et il suffit de jeter un oeil à sa fiche technique pour comprendre que ce dernier n’y a pas été avec le dos de la cuillère. Capteur Exmor RS de 20,7 millions de pixels, puce de traitement BIONZ, optique G-Lens, tous les ingrédients semblent réunis pour séduire les photographes amateurs, ou même experts.

Et il faut avouer qu’il s’en sort vraiment très bien. Comme son grand frère, il peine un peu lorsque la lumière vient à manquer mais il délivre tout de même des clichés de très bonne qualité, avec un piqué particulièrement impressionnant. La mise au point est rapide et le Z1 Compact n’a besoin que de quelques secondes pour viser le sujet de notre choix.

Une image valant mieux que mille discours, voici une petite galerie qui vous permettra d’y voir un peu plus clair. Si vous voulez récupérer les clichés dans leur format d’origine, sachez qu’ils sont tous disponibles sur ma Dropbox, à cette adresse.

Le constat est le même pour les vidéos. Là, c’est vraiment le stabilisateur optique qui m’a le plus impressionné. Filmer à main levée en marchant est souvent un exercice périlleux, mais le coquin s’en sort avec tous les honneurs.

Sony a apporté le plus grand soin à l’application en charge de la capture de photos et de vidéos, avec l’intégration de plusieurs outils bien ficelées. En plus des habituels modes Auto Supérieur et Manuel, on aura ainsi droit à un mode Rafale, à du Panorama, à de l’Info-Eye et, surtout, à du Social Live. Là, l’idée est assez simple puisqu’il s’agit de retransmettre sur son profil Facebook tout ce que le terminal est en train de filmer, en direct et en streaming.

Si besoin est, nous pourrons nous rendre sur le Play Store pour récupérer de nouveaux modes de prise de vue.

Et ce n’est pas terminé car, derrière, on trouve aussi un éditeur complet directement intégré à Albums. Parfaitement redoutable, cet outil va nous permettre de coller des filtres sur nos images, mais aussi de jouer avec leur exposition, leur saturation, leur teinte et beaucoup d’autres choses. J’avoue avoir eu un gros coup de coeur pour cette application, et je ne suis pas le seul.

Lors de l’événement dédié au lancement du Sony Xperia Z1 Compact en France, j’ai effectivement eu l’occasion de faire la rencontre d’un photographe passionné par les technologies nomades, un photographe qui utilise le Z1 (entre autres choses) au quotidien pour ses projets photo. Il s’est d’ailleurs monté un Tumblr pour mettre en avant son travail et je vous recommande chaudement d’aller y jeter un oeil pour vous faire une idée plus précise de ce qu’il est possible d’obtenir avec un peu d’entrainement.

Quoi qu’il en soit, Jean-Fabien (c’est le nom de notre photographe) a eu la gentillesse de m’accompagner dans les ruelles de Beaubourg pour m’enseigner deux ou trois techniques. J’ai également eu l’occasion de lui poser quelques questions lors d’une entrevue filmée.


Sony Xperia Z1 Compact : image 8 Sony Xperia Z1 Compact : image 9

Ecosystème Sony

J’avais eu l’occasion d’aborder en long, en large et en travers l’écosystème de Sony lors de mon test du Sony Xperia Z1. Je ne vais donc pas faire la liste de toutes les particularités de la surcouche du constructeur ici, mais plutôt me concentrer sur ses forces et ses faiblesses.

Parmi ses atouts, on trouve ces fameux filtres intégrés à l’écran listant toutes les applications installées sur le terminal. En effectuant plusieurs balayages de la gauche vers la droite, nous pourrons effectivement faire apparaître une barre latérale constituée d’un certain nombre d’options. En quelques instants, nous pourrons modifier l’ordre de tri de nos applications, ou encore faire remonter celles que nous utilisons le plus souvent. Sony a également intégré un moteur de recherche pour nous faire gagner encore un peu plus de temps.

Le système des applications en mode fenêtré est bien pensé aussi. Tout comme avec les QSlide Apps de LG, nous aurons la possibilité de lancer certains outils dans des fenêtres volantes, des fenêtres pouvant être déplacées de manière individuelle. La cerise sur le gâteau, c’est qu’il est possible de transformer n’importe quel widget en micro-applications. C’est très pratique au quotidien, même sur un écran aussi petit que celui du Z1 Compact.

Le centre de notifications, en revanche, souffre d’une limitation très agaçante puisqu’il n’est pas possible d’afficher plus de dix raccourcis rapides. J’aurais préféré un système similaire à ce que proposent Samsung, ou LG, avec une barre horizontale pouvant défiler dans un sens ou dans l’autre.

Le Z1 Compact s’accompagne d’un certain nombre d’applications permettant de gérer ses courriers électroniques, ses SMS, ses alarmes ou même son agenda. Ces dernières sont bien conçues, mais leur interface est un peu trop traditionnelle à mon goût. Sony devrait s’inspirer d’applications comme Mailbox, Cal ou encore Tidy.

Je pinaille un peu mais je pense que c’est vraiment là dessus que Sony devrait concentrer ses efforts.

Sony Xperia Z1 Compact : image 10 Sony Xperia Z1 Compact : image 11

En Conclusion

J’ai passé ces derniers mois sur des smartphones dotés d’écrans de cinq pouces et plus. Ma plus grande crainte, avec le Z1 Compact, c’était de me sentir à l’étroit comme à l’époque où je partageais ma vie, ou plutôt mon quotidien, avec l’iPhone 4S. Mais cela n’a pas été le cas. En réalité, les dimensions compactes de ce terminal sont un véritable atout, notamment lorsqu’il est utilisé pour capturer des photos ou pour enregistrer des vidéos. Sur ce terrain-là, le Z1 Compact est bien plus maniable que le Z1.

Sony n’est pas le seul constructeur à proposer une déclinaison “Mini” du vaisseau amiral de sa flotte. Toutefois, contrairement à ses concurrents, il n’a pas souhaité faire de compromis sur la puissance de calcul brute de son terminal. Bien lui en a pris car c’est précisément ce qui rend le Z1 Compact aussi séduisant. Son Snapdragon 800 n’a peur de rien et il pourra faire tourner les jeux les plus gourmands du Play Store sans sourciller, et ce sera exactement la même chose pour les films en haute définition.

Mais le véritable atout du petit téléphone, de mon point de vue, c’est son incroyable autonomie. C’est vraiment très agréable de pouvoir partir au boulot le matin sans avoir besoin de prendre son chargeur. Bon, remarquez, je bosse de chez moi alors ceci explique peut-être cela, hein.

Non, vraiment, j’ai eu un énorme coup de coeur pour le Z1 Compact. Si vous avez le budget et si vous recherchez un téléphone polyvalent, pas la peine de réfléchir, vous pouvez foncer tête baissée.