« The Amusement Park », un film inédit de George A. Romero, pourrait finalement sortir au cinéma

Retrouvé en 2018, le film The Amusement Park, que George A. Romero avait réalisé en 1973 et qui reste jusqu’ici inédit au public, pourrait bien être prochainement projeté. Après en avoir racheté les droits, la société Yellow Veil Pictures est ainsi actuellement à la recherche de distributeurs.

De la quinzaine de films réalisés par George A. Romero, on en trouve bien peu ne faisant pas référence à un thème horrifique ou d’épouvante. Parmi eux, There’s Always Vanilla serait d’ailleurs, de l’aveu même de George A. Romero, le pire de sa filmographie.

Crédits Pixabay

The Amusement Park, qu’il avait réalisé en 1973 sans toutefois pouvoir lui offrir une quelconque exploitation, ne serait « pas réellement un film d’horreur » selon sa veuve. Une précision qui ne devrait pas décourager les adorateurs du cinéaste alors qu’il est pressenti que ce film connaisse finalement une diffusion publique.

Retrouvé en 2018, un film inédit de George A. Romero en passe de sortir

C’est en 2018 que l’écrivain Daniel Kraus avait retrouvé ce long-métrage. À l’époque, il l’avait décrit de la manière suivante, en estimant que The Amusement Park était « probablement » le film le plus effrayant de George A. Romero en dehors de La Nuit des morts-vivants  :

« Il n’a jamais été montré publiquement. Les personnes qui l’ont financé ne l’auraient pas permis. Et pour cause. Il est infernal. Dans sa longue carrière de critique des institutions américaines, Romero n’a jamais été aussi impitoyable. »

Le professeur Tony Williams, qui avait été l’un des rares à avoir visionné le film il y a 30 ans de cela, avait ensuite plaidé en faveur d’une conservation de l’œuvre à l’abri des regards :

« Le film est bien trop puissant pour la société américaine… Il doit rester sous clé sans jamais voir la lumière du jour. »

À lire aussi : Day of the Dead va avoir droit à sa série

Sans que l’on sache si George A. Romero, disparu le 16 juillet 2017, avait donné son aval pour une exploitation posthume de son œuvre, la société Yellow Veil Pictures en a depuis racheté les droits en vue d’une restauration.

Une opération visiblement achevée, ou du moins en passe de l’être, puisque AlloCiné écrit que l’entreprise américaine est actuellement à la recherche de distributeurs. Il serait au moins intéressant de vérifier si la génération actuelle est oui ou non préparée à l’impact de The Amusement Park.