The Dark Knight Rises… and Falls

J’exagère un peu, mais c’est tout de même avec un goût amer, celui de la déception, que j’ai fini cette avant-première du dernier Batman réalisé par Christopher Nolan, The Dark Knight Rises.

The Dark Knight Rises... and Falls

Le contexte

Mais avant de parler du film, remercions le petit Fred qui est en vacances et qui m’a permis de prendre sa place, ainsi que Hadrien Fière qui travaille pour Orange. Car cette avant-première était organisée par l’opérateur téléphonique et c’était plutôt cool  Champagne, petit four, macarons,  mais aussi des créations culinaires qui m’étaient totalement inconnues, voir qui m’inquiétaient, mais ça c’est mon côté plaisir de base (pâté, saucisson, baguette) qui entre à chaque fois en contradiction avec ces préparations culino-artistiques de tout cocktail. Cependant avec mon pote le gnome (@gwaradenn) on a profité de la dégustation avant la séance, et ça, ça fait toujours plaisir!

Revenons maintenant au cœur de ce qui vous intéresse sûrement, l’œuvre cinématographique de Christopher Nolan.

L’ombre du Joker

J’ai commencé par évoquer de la déception, peut-être  est-ce dû à une trop forte attente ? Ou Nolan avait placé la barre tellement haute avec l’opus précédent The Dark Knight et son splendide Joker interprété par Heath Ledger, qu’il était impossible de faire mieux…

Néanmoins soyons honnête, comparé à la multitude de daubes qui sortent des studios de ciné, ce 3ème volet de la Trilogie Batman reste un bon film.

On y retrouve les ingrédients habituels de Nolan, le questionnement de soi, l’interrogation de Bruce Wayne sur sa condition de super-héros, mais aussi la mort, le pouvoir, ou la peur qui est une thématique qui a suivi les trois opus d’ailleurs. Ce n’est pas un film d’action pur, ou tout pète pour le plaisir des yeux (bien que j’aime ça aussi, je suis un fan des films comme The Expendables, mais un film avec un peu de profondeur est tout aussi plaisant !) Nolan nous pousse encore et toujours à réfléchir un minimum, et c’est là toute l’intelligence de ses films.

Toutefois…

J’hésite vraiment à détailler plus le film histoire de ne pas trop spoiler, mais je vais tout de même évoquer ce qui a manqué pour moi dans ce dernier volet.

Tout d’abord l’absence du Joker, au travers d’Heath Ledger, son personnage était grandiose et bien que Bane soit impressionnant, il n’est clairement pas au même niveau (surtout pour le final, avec la petit frenchy Marion Cotillard mais je n’en dirai pas plus !)

Manque de crédibilité sur les scènes d’action

Les combats et la crédibilité des scènes d’actions également, c’est un peu le foutoir et du grand n’importe quoi comparé au réalisme des deux précédents Batman. Hormis le premier combat entre Bane et Batman qui est une des meilleures scènes du film.

Désolé je vais continuer de spoiler un peu, mais le combat final fut lui aussi réalisé à l’arrache, plié en deux minutes avec un rebondissement tellement miteux… Alors que cela aurait dû être une scène grandiose ! Ajouté à quelques clichés sur les sentiments, et on flirte vraiment avec une fin bâclée et prévisible.

Et ça c’est dommage. Car  je m’attendais à tellement plus, pas seulement dans le spectaculaire car Nolan reste un maître du genre mais sur ce qu’il a tenté de transmettre, les concepts et idées véhiculés dans son film.

Pour finir je vous invite tout de même à aller le voir, ne serait-ce que pour Anne Hathaway (ou sa doublure mais ça vaut le détour !) en combinaison noire de CatWoman !

Ou tout simplement pour le plaisir des yeux, de belles images accompagnées du talent d’Hans Zimmer qui leur donne toute leur force !

Pour avoir un avis vraiment tranché (avec lequel je partage beaucoup de points), une dose de spoil et réellement dithyrambique, foncez ici :  http://www.senscritique.com/film/The_Dark_Knight_Rises/critique/14448257

Note de Fred : J’irai quand même le voir, na !

Mots-clés avisréflexion