“The Ickabog” ou quand J. K. Rowling dépoussière l’une de ses histoires pour en faire un webroman (et c’est gratuit)

Joanne Rowling, plus connue sous les pseudonymes de J. K. Rowling et Robert Galbraith, a plusieurs casquettes, mais avant tout, c’est une romancière de renom. Pour ceux et celles qui ne la connaîtraient pas, c’est elle qui  se trouve derrière la célèbre saga Harry Potter.

Cette fois-ci, c’est par le biais d’un autre roman, intitulé The Ickabog, que l’auteure anglaise fait parler d’elle. Elle a expliqué par le biais d’un tweet que ce roman devait être publié après la fin d’Harry Potter, c’est-à-dire en 2007. Elle a toutefois pris la décision de publier un autre livre à sa place. De ce fait, The Ickabog a fini dans les tiroirs.

“The Ickabog” ou quand J. K. Rowling dépoussière une de ses histoires pour en faire un webroman (et c’est gratuit)

Mais depuis le 26 mai dernier, J.K. Rowling s’est enfin décidée à publier progressivement, mais surtout gratuitement en ligne, les chapitres de The Ickabog. À titre d’information, l’auteure a précisé que c’est dans le but d’occuper les enfants en cette dure période de confinement qu’elle a pris l’initiative de dépoussiérer cette histoire.

The Ickabog, l’histoire d’un monstre dévoreur d’enfants

Il faut déjà savoir que le récit de The Ickabog n’a rien à voir avec l’univers d’Harry Potter. Selon les informations, l’histoire tournera autour d’Ickabog, un monstre féerique qui se nourrit d’enfants, et se déroulera dans un royaume contrôlé par le roi Fred the Fearless.

Il y a de cela plus d’une décennie, alors que Rowling écrivait cette histoire, elle la lisait chaque soir à ses deux enfants, au fur et à mesure de l’avancement de sa rédaction.

Maintenant, l’auteure a pris la décision de ressortir The Ickabog du grenier et de le publier, après y avoir apporté quelques modifications qui ont été suggérées par ses enfants.

À préciser toutefois que même si le roman The Ickabog se classe dans la catégorie des contes de fées, on n’y retrouvera pas de la magie.

À lire aussi : J.K. Rowling a lancé un nouveau portail

Une œuvre particulière tant pour son contenu que pour le concept

D’après les informations communiquées par J. K. Rowling elle-même, les lecteurs contribueront à illustrer le livre, pour sa version imprimée qui devrait sortir en novembre 2020. Elle donne le champ libre aux artistes en herbe, et pourquoi des plus aguerris si le projet les intéresse, pour ce faire via le site. Des indications concernant les dessins à produire seront toutefois données par l’auteure.

Tous ceux intéressés pourront donc partager leurs œuvres par le biais de tweets incluant le hashtag #TheIckabog. Rowling a précisé qu’elle sera impartiale et que la décision de valider ou non les illustrations reviendra néanmoins aux éditeurs.

En attendant cette version imprimée, des chapitres du webroman seront quotidiennement publiés sur ce site, à 15 h (il faudra par contre vous débrouiller en anglais si vous vous voulez en profiter). Et jusqu’au 10 juillet 2020, cela se fera par tranches, pouvant inclure un à trois chapitres de The Ickabog.

Mots-clés the ickabog