The Machine : le prototype de HPE enfin dévoilé

HPE a annoncé en 2004 avoir commencé à travailler sur un projet qui allait révolutionner les datacenter. Treize ans plus tard, l’entreprise présente un premier prototype de The Machine, son nouvel ordinateur à mi-chemin entre serveurs actuels et ordinateurs quantiques. Le prototype a été présenté au laboratoire de l’entreprise au Colorado. Il s’agit d’une véritable pépite technologique dotée de 160 To de RAM.

Cette capacité de mémoire exceptionnelle est partagée en quarante nœuds physiques, qui sont à leur tour répartis en quatre boîtiers Apollo 6000. Les nœuds sont connectés entre eux grâce à une architecture Fabric. Le tout utilise une interconnexion dérivée du Protocole Gen-Z. Le prototype se présente également avec 1 280 cœurs ARMv8-A Cavium ThunderX2, soit 40 pouces avec 32 cœurs.

The Machine

The Machine a été officiellement annoncé en 2014. Avec ce super ordinateur, HPE souhaite transcender l’informatique vers un avenir plus rapide et plus performant que jamais.

Un véritable super ordinateur

The Machine peut se vanter d’être le premier serveur à présenter une capacité mémoire de presque 200 To. Ce petit bijou technologique est ainsi parvenu à se détacher des limitations imposées par l’architecture classique des ordinateurs. Ces 160 To représentent d’ailleurs le triple des capacités mémoire du Superdome X de HPE. À noter que tout cela n’a été possible que grâce à l’exploitation d’une technologie de pointe appelée Memory-Driven Computing.

Ce méga-serveur de HPE se présente également avec des slots qui peuvent accueillir des connecteurs photophoniques. Cela permet une liaison parfaite et ultra-rapide entre le stockage, la mémoire et les processeurs. À cela s’ajoute la version améliorée du système d’exploitation Linux.

C’est un véritable super ordinateur que propose HPE à travers ce prototype aux caractéristiques plus que prometteuses.

The Machine sera sans memristors

En 2014, HPE avait annoncé que The Machine utiliserait des memristors pour le stockage. Il s’agit de « mémoires-résistances » qui sont capables de faire des calculs logiques. Elles auraient permis à l’ordinateur de prendre des décisions en fonction des données conservées. Cependant la technologie n’étant pas encore disponible, HPE a dû changer ses plans, mais l’entreprise garde son idée d’origine bien en tête. De même pour la capacité mémoire qui, à l’origine, aurait dû être de 320 To.

HPE et son équipe comptent aller encore plus loin. À terme, ils envisagent le développement d’une architecture qui peut supporter jusqu’à plus 4 000 Yo (Yottaoctet).

Selon Patrick Moorhead, analyste principal chez Moor Insights & Strategy, il faudra encore attendre trois ou cinq ans avant que le super ordinateur de HPE ne soit totalement opérationnel. En attendant, la concurrence tente également de révolutionner le secteur du datacenter.

Intel propose, par exemple, une nouvelle technologie de stockage et mémoire, baptisée 3D Xpoint.

Mots-clés hp