Tiangong-1 : la station spatiale chinoise a été aperçu au-dessus de Rome

Tiangong-1 se trouve à la dérive depuis plusieurs mois maintenant et la station ne devrait pas tarder à s’écraser sur la Terre. En attendant, un astronome italien a réussi à la prendre en photo lors de son passage furtif au-dessus de Rome.

Tiangong-1 a été placée dans l’orbite de notre planète en 2011. Comme son nom le laisse raisonnablement supposer, elle est la toute première station spatiale conçue par la Chine.

Tiangong-1

Massive, la station se compose de deux modules différents pour un poids total de huit tonnes. Longue d’une dizaine de mètres environ, elle est dotée d’un diamètre de trois mètres et elle a été spécialement conçue pour pouvoir accueillir un équipage.

Tiangong-1, une station spatiale hors de contrôle

Si la Chine a dépensé plusieurs millions de dollars pour développer cette station, c’est avant tout pour être en mesure de rattraper son retard sur les États-Unis, la Russie, l’Europe et le Japon. Tiangong-1 devait effectivement permettre à la CNSA de valider la technique du rendez-vous spatial automatique et de mener des expériences visant à étudier l’impact d’un séjour spatial sur l’organisme humain.

Parmi les deux modules composant la station se trouve ainsi un module orbital doté d’un port d’amarrage APAS et d’un espace habitable de 15 m3. Le second module abrite pour sa part les réservoirs de carburant, d’oxygène et d’eau, mais aussi le générateur utilisé pour alimenter la station.

À la base, Tiangong-1 devait être démantelée en 2013, mais la CNSA a prolongé sa durée de vie de quelques années pour avoir le temps de finaliser sa seconde station spatiale.

Toutefois, en 2016, l’agence spatiale chinoise a annoncé avoir perdu le contact avec sa station suite à un problème technique. Les différentes tentatives pour reprendre la main sur les commandes de la station ont toutes échoué et cette dernière se trouve désormais hors de contrôle.

Une entrée dans l’atmosphère prévue pour ces prochaines semaines

Pire, compte tenu de l’influence gravitationnelle de notre planète, Tiangong-1 est même en train de retomber vers la Terre et elle devrait ainsi s’écraser à sa surface dans ces prochaines semaines.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la station est suffisamment massive pour pouvoir résister à son entrée dans l’atmosphère terrestre et ses débris devraient donc atteindre la surface de notre monde. Pour ne rien arranger, les réservoirs de la station sont pleins et l’un d’eux contient de l’hydrazine, une substance extrêmement toxique pour la faune et la flore.

Gianluca Masi, un astronome membre du Virtual Telescope Project, a suivi avec le plus grand soin toute l’affaire et il a réussi l’impensable un peu plus tôt dans la semaine, à savoir photographier la station lors de son passage au-dessus de la capitale italienne.

Pour réussir cette prouesse, le brillant scientifique a tout simplement choisi de s’appuyer sur le Virtual Telescope Project.

Un cliché obtenu grâce au Virtual Telescope Project

Extrêmement ambitieux, ce projet porté par l’agence spatiale italienne a pour vocation à connecter plusieurs télescopes robotisés à une interface web afin de les rendre plus accessibles. Il a essentiellement pour mission d’aider les astronomes à observer les planètes extrasolaires, les étoiles, les supernovas ou même les astéroïdes.

Gianluca Masi ne se contente pas d’appuyer le projet, il en est le principal instigateur et c’est ainsi lui qui a développé les bases de ce télescope pas tout à fait comme les autres. Il en est d’ailleurs toujours le directeur scientifique.

Pour en revenir à cette photo, la station n’est pas clairement visible, mais on peut tout de même apercevoir sa traînée. Elle se rapproche donc de plus en plus de nous et il faut d’ailleurs noter que son entrée dans l’atmosphère devrait avoir lieu entre le 24 mars et le 19 avril.

Mots-clés tiangong-1