Tiangong-1 : une image radar de la station en train de retomber vers la Terre

Tiangong-1 file à vive allure au-dessus de nos têtes, totalement incontrôlable. D’après les simulations effectuées par l’ESA, la station spatiale chinoise devrait atteindre la Terre dans ces prochains jours. En attendant, l’institut de recherche allemand Fraunhofer FHR de Wachtberg près de Bonn a réussi à obtenir une image radar de la station.

Tiangong-1 était la toute première station spatiale fabriquée par l’agence chinoise et elle avait principalement pour but de permettre à la CNSA de mener des expériences dans l’espace.

Tiangong-1

En 2016, l’agence a annoncé avoir perdu le contact avec la station suite à un dysfonctionnement technique. À partir de ce moment, Tiangong-1 a commencé à perdre de l’altitude et à retomber en direction de notre monde.

Tiangong-1 retombe toujours vers la Terre

Tiangong-1 est loin d’égaler l’ISS en poids et en taille. La station mesure environ dix mètres de long et trois mètres de large, pour un point total de huit tonnes environ. Histoire de mettre ce chiffre en perspective, il peut être utile de rappeler que la station spatiale internationale pèse à elle seule un peu plus de quatre cents tonnes.

Toutefois, d’après les simulations menées par l’ESA, certains fragments de la station devraient (notez le conditionnel) être en mesure de survivre à leur entrée dans l’atmosphère terrestre.

L’agence spatiale européenne se veut cependant rassurante et ses experts pensent ainsi que la plus grande partie de la station se désintégrera dans notre atmosphère. Tiangong-1 ne représenterait donc aucun risque pour la vie humaine.

En revanche, il faut aussi rappeler que la station embarque à son bord plusieurs réservoirs de carburant, des réservoirs remplis d’hydrazine.

Un crash prévu entre le 31 mars et le 1er avril

Peu connu des profanes, ce dernier est un composé chimique liquide utilisé dans l’industrie pharmaceutique comme antituberculeux ou bien dans le textile comme colorant. Dans le domaine de l’aérospatial, il est utilisé comme carburant pour fusées et il est malheureusement connu pour être très toxique sous cette forme.

L’institut de recherche allemand  Fraunhofer FHR de Wachtberg s’intéresse lui aussi beaucoup à Tiangong-1 et ses chercheurs ont précisément eu l’idée d’utiliser un système de radar pour tenter de suivre la course de la station. L’initiative a porté ses fruits et ces derniers ont ainsi réussi à reconstituer une image assez nette de l’engin la semaine dernière, alors qu’il se trouvait à environ 270 kilomètres au-dessus de nos têtes.

L’ESA, de son côté, a continué à mener ses observations et l’agence a revu ses pronostics hier. D’après elle, Tiangong-1 devrait ainsi frapper la Terre entre le 31 mars à midi et le 1er avril en début de soirée, sur le fuseau UTC.

Mots-clés tiangong-1