TikTok et WeChat : Les Etats-Unis enfreignent les règles de l’OMC, tonne la Chine

Une réunion à huis clos de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) s’est tenue le vendredi 02 octobre 2020, nous rapporte Reuters. Lors de cette réunion, des représentants de la Chine auraient déclaré que les restrictions prononcées par les États-Unis à l’encontre des applications chinoises TikTok et WeChat transgressaient plusieurs règles de l’OMC.

Pour rappel, l’administration Trump fait actuellement des pieds et des mains pour bloquer les téléchargements des deux applications de réseautage sur les magasins d’application de Google et d’Apple. Le gouvernement américain avait également sommé ByteDance, le propriétaire de TikTok, de céder toutes ses opérations à une entreprise américaine, à défaut de quoi TikTok serait banni des États-Unis.

Crédits Pixabay

A noter que les Etats-Unis ont justifié toute cette animosité à l’égard des entreprises chinoises en arguant des problèmes de sécurité nationale.

Plusieurs règles de l’OMC auraient été bafouées

Un responsable au sein de l’OMS a déclaré à The Verge que lors de la réunion, un représentant chinois a argué que les mesures prises par les Etats-Unis « sont clairement incompatibles avec les règles de l’OMC » en ce qu’elles restreignent les services commerciaux transfrontalières et transgressent les principes et objectifs de base du système commercial multilatéral.

La délégation chinoise aurait également particulièrement souligné l’incapacité des États-Unis à fournir des preuves tangibles sur les soi-disant menaces à la sécurité nationale que représentent les entreprises chinoises, ces dernières s’étant toujours défendues de ne pas entretenir de relations douteuses avec la Chine.

A lire aussi : Le DOJ fait appel de la décision des Etats-Unis de suspendre l’accès à WeChat

Les reproches de la Chine se transformeront-ils en une plainte formelle ?

Néanmoins, les Etats-Unis ont, comme d’habitude, campé sur leurs positions en affirmant que toutes ces mesures visaient à protéger la sécurité nationale américaine, confie le responsable de l’OMC à Reuters. L’administration Trump resterait également convaincue que les entreprises chinoises donnent accès aux données des utilisateurs américains au gouvernement chinois.

Malgré tout, le bureau du représentant au commerce n’aurait pas encore émis de commentaires sur les tenants et aboutissants de la réunion à huis clos à l’OMC. D’après Reuters, ces déclarations des représentants chinois n’auraient pas de conséquence à elles seules. Toutefois, il se pourrait que la Chine décide de déposer une plainte officielle contre les États-Unis à l’OMC. Après tout, le gouvernement chinois semble commencer à riposter puisqu’il prévoit déjà de lancer une enquête antitrust sur Google.