Tim Cook pense qu’Apple ne sera pas interdit en Chine car il y a un respect mutuel

Les chiffres le montrent : Apple n’est pas un gros succès en Chine. Les iPhone ont du mal à se vendre face à une concurrence locale très forte : Xiaomi, OnePlus, Oppo, etc. Mais le concurrent le plus important reste Huawei, actuellement victime d’un boycott amorcé aux USA.

Une situation qui pourrait laisser penser qu’Apple, entreprise américaine, ferait les frais de représailles de la part du gouvernement chinois… et pourtant ! Tim Cook, big boss de la firme de Cupertino, a expliqué lors d’une interview pour CBS que ce ne serait pas le cas. L’homme semble assez confiant sur l’avenir d’Apple en Chine.

Plusieurs arguments sont évoqués par l’homme pour démontrer qu’Apple ne serait pas boycotté en Chine, comme “un respect mutuel”.

Espérons pour Tim Cook que son intuition soit la bonne face à la guerre commerciale entre les USA et la Chine !

Tim Cook ne voit pas Apple victime d’un boycott en Chine

Lors de cette interview pour CBS, Tim Cook s’est montré confiant face à un potentiel boycott d’Apple en Chine en réponse aux sanctions des USA contre Huawei. L’homme explique que “La Chine ne vise absolument pas Apple et, très franchement, je ne pense pas qu’ils vont le faire”.

Tim Cook se montre néanmoins mesuré face à une potentielle taxe imposée par l’Empire du Milieu qui pourrait faire augmenter le prix de ses iPhone. Des iPhone déjà coûteux et peu présents en Chine face à une forte concurrence locale. Sans oublier qu’Apple n’a pas une position dominante, ce qui lui éviterait un boycott de la Chine.

Mais le plus gros argument de Tim Cook est qu’entre Apple et la Chine, il y a un “certain respect mutuel”. L’homme ne voit donc pas sa firme être victime d’un dommage collatérale provoquée par les décisions de Donald Trump vis-à-vis du marché chinois.

Reste que la situation est instable sur un marché ultra concurrentiel qu’est celui des nouvelles technologies. Sans oublier que, malgré de très bonnes marges, Apple vend beaucoup moins de smartphones face à un Huawei qui s’est hissé à la seconde place des vendeurs. Au final, l’impopularité de la firme de Cupertino en Chine pourrait lui permettre de ne pas être une victime collatérale !