Tim Cook visé par une class action en Corée

Tim Cook se retrouve dans une situation peu enviable. Le PDG d’Apple fait en effet l’objet d’une plainte en Corée du Sud. Les plaignants l’accusent d’avoir provoqué la destruction de leur bien en bridant leur iPhone.

L’affaire remonte à la fin de l’année dernière. En discutant entre eux, des internautes ont réalisé que leur iPhone avait perdu en puissance de calcul depuis la dernière mise à jour de la plateforme iOS, benchmarks à l’appui. Par la suite, l’éditeur de Geekbench a mené son enquête et découvert que le problème touchait tous les téléphones vendus avant l’iPhone X, l’iPhone 8 et l’iPhone 8 Plus.

apple-thiel

Pour Thiel, nous sommes bel et bien sortis de l’ère Apple, et Tim Cook n’y pourrait pas grand-chose.

Apple a publié un communiqué quelques jours plus tard pour confirmer la mise en place d’un système de bridage dans la dernière version d’iOS, un système mis en place pour préserver la batterie des appareils.

Tim Cook visé par une class action

L’explication n’a pas convaincu les foules et plusieurs plaintes ont été déposées par la suite aux États-Unis et en Europe. En France aussi.

Face à la situation, l’entreprise a présenté ses plus plates excuses en promettant à ses clients de corriger le problème dans les plus brefs délais. Tim Cook a annoncé ensuite l’arrivée d’une nouvelle option dans les prochaines versions d’iOS, une version permettant tout simplement de désactiver ce système de bridage en se rendant dans les paramètres.

Citizens United for Consumer Sovereignty, une association coréenne, semble cependant n’avoir cure des excuses de la marque. Elle vient en effet de déposer une plainte formelle à l’encontre de Tim Cook, alléguant que la décision de brider les iPhone ne pouvait venir que du PDG de l’entreprise.

Apple et son dirigeant doivent prendre leurs responsabilités

Plus intéressant, selon son point de vue, la mise en place de ce système de bridage a directement porté atteinte aux iPhone des consommateurs et l’association accuse ainsi Tim Cook de fraude et de destruction de biens.

Park Soon-jang, un des responsables de l’association, estime ainsi que l’entreprise et son directeur doivent prendre leurs responsabilités face aux ralentissements des iPhone.

Pour le moment, le procureur coréen n’a pas apporté de commentaire et on ne sait donc pas si l’affaire fera l’objet d’une enquête. En revanche, l’Italie a pour sa part lancé une investigation visant à déterminer si Apple utilise sciemment des mises à jour logicielles pour ralentir ses téléphones et pousser les consommateurs à en changer. L’enquête vise également le principal concurrent de la firme californienne, Samsung.

Mots-clés appleiphone