Timgad, la cité romaine enfouie dans le désert algérien

Sur le versant nord des Aurès, dans le nord-est de l’Algérie, s’érige une cité romaine du nom de Timgad, ou Thamugadi. Surnommée la « Pompéi de l’Afrique du Nord », elle a été fondée en l’an 100 après J.-C. par l’empereur Trajan. Celui-ci a décidé d’en faire une colonie militaire. La beauté de son architecture et son état de conservation lui a permis d’entrer dans le patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982.

D’après les historiens, Timgad est une colonie qui a connu des débuts prospères. Son déclin est survenu en 430 après les attaques de barbares. Vers le 8ème siècle, la cité a été abandonnée dans le désert après l’invasion arabe.

Crédits Pixabay

Après avoir été déserté pendant plusieurs années, Timgad a été découvert en 1765 par l’écossais James Bruce.

Au cœur de Timgad

Timgad est présenté comme le parfait exemple d’urbanisme romain. Même si cette cité a été laissée à l’abandon, elle est restée dans un très bon état de conservation. Les archéologues ont découvert 14 thermes sur place, une bibliothèque publique, des temples, un théâtre et un forum.

Les rues pavées de cette cité sont encore restées intactes. Des décors de mosaïques sont aussi visibles au niveau de certaines habitations. Le réseau de récupération et de distribution des eaux de pluie est toujours présent sur les lieux, à l’instar du système d’irrigation qui a été très bien conservé.

Une cité qui renaît de ses cendres

L’écossais James Bruce est le premier à avoir retrouvé les vestiges de cette cité romaine. Sa découverte remonte au 12 décembre 1765 alors qu’il était en plein périple à travers l’Afrique avec l’artiste Luigi Balugani. James Bruce a gardé une trace de sa trouvaille dans un journal de bord qu’il a ramené avec lui à Londres en 1774. Il avait alors décrit Timgad comme « une petite ville qui regorgeait de bâtiments élégants. »

Malheureusement, personne ne l’a cru lorsqu’il a parlé de la cité romaine. Ce n’est qu’en 1875 que l’existence de Timgad a été confirmée par le consul de Grande-Bretagne à Alger, Robert Lambert Playfair. Il a rendu hommage à James Bruce dans un livre intitulé « Voyages sur les traces de Bruce en Algérie et Tunisie. »

Aujourd’hui, la cité romaine accueille le Festival international de Musique de Timgad chaque année au mois de juillet. C’est également devenu un haut lieu touristique en Algérie.