Tinder en sait peut-être plus sur vous que vous ne le croyez

Sous ses airs débonnaires, Tinder en sait certainement bien plus sur vous, votre vie ou encore vos habitudes, que vous ne pourriez le penser… C’est en tout cas la douloureuse expérience que Judith Duportail, journaliste française expatriée à Berlin, a vécue récemment.

La jeune femme a en effet pris sur elle de contacter Tinder et d’user de ses fonctions de journaliste pour obtenir de l’application de dating l’envoi de toutes ses données personnelles stockées dans leurs data banks. Réticent au départ, Tinder a fini par valider la demande lorsque Judith s’est munie de textes de loi (directive européenne et la loi française 78-17 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés), et après l’intervention en sa faveur de deux experts en matière de protection des données personnelles.

tinder-data

Une journaliste française a demandé à Tinder de lui renvoyer toutes ses données personnelles. Résultat des courses : elle a reçu un dossier… de 800 pages.

Mais là où l’affaire devient particulièrement intéressante, c’est lorsque la jeune journaliste a reçu le fameux dossier contenant toutes les informations que Tinder avait stockées sur elle au fil des années. Inscrite sur le service en décembre 2013, Judith Duportail pensait naïvement ne recevoir que quelques pages de données. Malheureusement pour elle, le dossier envoyé par Tinder en contenait en réalité 800…

800 pages d’informations personnelles, dont certaines particulièrement intimes

Parmi les données recueillies par le service de dating, ses likes Facebook, ses vieilles photos Instagram (pourtant issues d’un compte supprimé), son nombre de connexions sur Tinder, l’âge moyen des hommes avec lesquels elle avait matché, le contenu de ses conversations sur le service, ses données de géolocalisation, ses goûts musicaux, culinaires ou encore… ses préférences sexuelles.

Autant d’informations permettant à Tinder de “personnaliser l’expérience utilisateur“, comme l’a expliqué un porte-parole suite à ces révélations.

Outre les questions éthiques que l’on pourrait soulever ici, et l’épineuse notion de respect de la vie privée, cet amoncellement de données personnelles laisse aussi penser au talon d’Achille de n’importe quel service de ce type, celui des attaques informatiques.

Quid de l’utilisation de telles informations par d’éventuels hackers en cas d’intrusion sur les serveurs du géant de la rencontre 2.0. À vrai dire on ne préfère pas trop y penser…