Après Bumble et Once, Tinder va également lancer sa propre chat vidéo

Plus tard cette année, une option chats vidéo sera ajoutée sur Tinder. Le 5 mai 2020, Match Group qui est la société mère de l’application de rencontre a fait une publication sur ses résultats mensuels. La firme a profité de la même occasion pour annoncer la nouvelle fonctionnalité.

Tinder va donc suivre l’exemple de son concurrent américain Bumble qui a déployé le service d’appel vidéo quelques mois avant la période de confinement. Pour sa part, l’application de rencontre française Once a également déjà franchi l’étape.

Une scène romantique

Crédits Pixabay

Avec ses 9 millions d’utilisateurs, dont 3 millions en France, Once revendique 10 000 rencontres vidéo à travers l’Europe.

La durée moyenne de l’utilisation de la fonction est de 12 minutes chez Once contre une vingtaine de minutes chez Bumble.

Le chiffre d’affaires de Match Group a augmenté

Des millions de personnes ont actuellement recours à Tinder pour trouver un partenaire. Selon Match, le nombre d’abonnés à l’application de réseautage social a augmenté depuis que les gens ne peuvent plus se rencontrer en personne à cause des barrières sanitaires et du confinement.

Au cours du mois d’avril, une hausse de 37% a été constatée au niveau du nombre moyen de swipes quotidiens pour les utilisateurs de sexe féminin, âgés de moins de 30 ans.

Bien qu’au cours du premier trimestre le chiffre d’affaires de Match a augmenté de 17%, soit 545 millions de dollars, la société s’attend à un ralentissement des revenus dans les mois qui viennent.

Malgré le pic d’audience, le nombre d’abonnements au service payant Tinder Plus a légèrement diminué.

Un grand défi qui s’annonce pour Tinder

Le projet de lancement du chat vidéo sera une étape importante dans l’histoire de Tinder. En dehors des GIF, communiquer par  vidéo sur l’application est impossible jusqu’à présent. C’est un grand  défi dans la mesure où la détection de contenus inappropriés est plus difficile sur vidéo que sur messagerie textuelle. La société devra donc être au taquet pour intervenir en cas de harcèlement ou d’abus.

Rappelons qu’en 2015, un hacker connu sous le nom de « catfi.sh » a semé le trouble au sein du marché du dating en ligne. À l’aide de bots, il a en effet réussi à duper les utilisateurs de la plateforme et à leur donner l’impression qu’ils discutaient avec des femmes. Des milliers de personnes sont tombées dans le panneau.

Ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’un tel incident se produit sur l’application de rencontre. Par le passé, un dénommé Patrick s’est amusé à mener des actions similaires, mais à plus petite échelle.

Mots-clés tinder