Titan abrite peut-être un océan de 300 mètres de profondeur

La mission Cassini a pris fin en septembre 2017. Même si elle a tiré sa révérence il y a presque quatre ans de cela, elle continue de fournir de précieuses informations à la communauté scientifique. Récemment, des chercheurs du Centre d’astrophysique et des sciences planétaires de l’Université de Cornell  ont étudié les données obtenues grâce à cette mission.

Cela leur a permis d’obtenir de nouvelles informations sur le plus grand lac de Titan. Cette vaste étendue d’eau qui s’étend sur la plus grande lune de Saturne s’appelle Kraken Mare. En 2014, les chercheurs pensaient qu’elle avait une profondeur de 35 mètres.

La planète Saturne et ses lunes
Crédits Pixabay

Aujourd’hui, on sait que le lac est bien plus profond qu’on ne le pensait. L’analyse des données de la mission Cassini a révélé que Kraken Mare avait en fait une profondeur de 300 mètres. En termes de taille, c’est l’équivalent du Chrysler Building de New York !

Un lac qui permettra d’en apprendre plus Titan

La composition chimique de Titan a longtemps intrigué les chercheurs. Ces derniers espèrent que l’étude de Kraken Mare les aide à en apprendre plus sur cette lune qui est constituée majoritairement d’éthane et de méthane. L’auteur principal de l’étude Valerio Poggiali a indiqué que ce lac contient environ 80% des liquides qui se trouvent à la surface de Titan.

Les données sur Kraken Mare ont été collectées le 21 août 2014 durant le 104ème survol de Titan. Ce n’était alors qu’un lac parmi tant d’autres qui se trouvait dans la liste d’observation de la mission Cassini. Les chercheurs voulaient également étudier le Ligeia Mare et le Moray Sinus.

A lire aussi : Une étrange molécule découverte dans l’atmosphère de Titan

Un mélange d’éthane et de méthane

Les scientifiques ont dû faire preuve d’ingéniosité pour obtenir la profondeur exacte de Kraken Mare. Pour ce faire, ils ont évalué combien de temps mettait le signal radar à revenir des profondeurs du lac jusqu’à la surface du liquide. Dans leur calcul, ils ont pris en compte sa composition.

Aujourd’hui, on sait que Kraken Mare est constitué d’un mélange de méthane et d’éthane. La chimie du lac devrait permettre aux chercheurs de comprendre le cycle de précipitation de Titan. Ils espèrent aussi se servir de ces informations pour remonter jusqu’à la source de méthane liquide de cette lune.

A lire aussi : Un sous marin pour aller explorer les océans de Titan

Les résultats de leur recherche ont été publiés en décembre 2020 dans la revue « Journal of Geophysical Research : Planets. »