Titanic : le naufrage du navire en partie provoqué… par une éruption solaire ?!

Une récente étude a révélé qu’une éruption solaire aurait une part de responsabilité dans le naufrage du Titanic, le 15 avril 1912. Rappelons que c’était le premier et unique voyage de ce grand bateau appartenant à la White Star Line. Cette nuit-là, une aurore boréale aurait influencé les données de navigation, provoquant ainsi une erreur de calcul.

Des interférences magnétiques auraient perturbé les transmissions et bloqué les appels de détresse.

Crédit : Peter Feghali – Unsplash.com

Vers 23h40, le Titanic a heurté un iceberg entraînant six ouvertures dans la coque tribord du navire. Pourtant, le 14 avril, de 09h00 à 22h30, six avertissements sur la présence de glace à proximité ont été transmis aux officiers radio à bord du Titanic. Malheureusement, aucun de ces messages n’aura été reçu par l’équipage.

La nuit du drame, le spectacle lumineux a été confirmé par plusieurs témoins. Ce genre d’évènement est provoqué par l’interaction des particules chargées provenant du soleil avec l’atmosphère. C’est une tempête géomagnétique liée aux variations de l’activité solaire.

Différents témoignages relatant les mêmes faits

De nombreux récits relatés par des témoins oculaires évoquent l’apparition d’un spectacle lumineux. James Bisset, le second officier de Carpathia, le navire héroïque qui a secouru les 705 survivants, a fait allusion à des aurores boréales dans son journal, environ une heure avant que le Titanic ne heurte l’iceberg.

« Le temps était calme, la mer douce, le ciel était clair et les étoiles brillaient. Il n’y avait pas de lune, mais les aurores boréales scintillaient… La météo spatiale était toujours aussi intense cinq heures plus tard, quand les Carpates s’approchaient des canots de sauvetage », a-t-il écrit.

Lawrence Beesley, un survivant du Titanic, a également confié avoir aperçu vu une faible lueur dans le ciel depuis les canots de sauvetage. Celle-ci se serait amplifiée pendant un certain temps avant de s’éteindre.

Mila Zinkova, auteure de l’étude, a souligné que le fait que tant de personnes aient vu les aurores tend à confirmer qu’un événement météorologique spatial ait bien eu lieu cette nuit. Elle a déclaré au magazine Hakai que rien qu’une petite déviation de la boussole aurait déjà fait une grande différence.

À lire aussi : Retour sur le bébé perdu du Titanic

La lumière des aurores était utile à l’opération de sauvetage

Selon certains experts, si de telles perturbations magnétiques venaient à se reproduire, les dommages pourraient être conséquents pour la navigation aérienne ou maritime. Les dégâts concerneraient principalement les équipements électroniques et les réseaux électriques des engins ou installations.

Néanmoins, lors de cette sombre nuit de l’histoire de la navigation, il parait qu’elles ont quand même aidé au sauvetage des naufragés. Le fait est que, initialement, les coordonnées du bateau en détresse reçues par le RMS Carpathia étaient incorrectes. « Les erreurs de boussole causées par la tempête solaire ont eu des effets cette nuit », a expliqué Zinkova. « Elles ont annulé les coordonnées erronées. »

Le paquebot transatlantique britannique a ainsi pu se rendre à l’endroit où se trouvaient les 20 canots de sauvetage. Au moment où le Titanic a commencé à couler, le bateau salutaire se trouvait à 25 km de sa position.

« En plus, la lumière des aurores boréales a été utile à l’opération de sauvetage », a ajouté Zinkova.

À lire aussi : Bientôt une expédition vers le Titanic

Mots-clés titanic