Titanosaure, découverte d’une nouvelle espèce en Tanzanie

L’annonce a été faite il y a quelques semaines sur le Journal of Vertebrate Paleontology. Une nouvelle espèce de titanosaure à bel et bien été découvert en Tanzanie. Il s’agit du Shingopana Songwensis. Cette incroyable découverte est la consécration de plusieurs années de recherches dirigées par des paléontologues de l’Ohio University et principalement financées par la National Science Foundation (NSF).

Les premiers ossements ont été découverts en 2002 dans le cadre du Rukwa Rift Bassin Project. D’autres parties du squelette ont alors été retrouvées progressivement dans le sud-ouest de la Tanzanie, plus précisément dans le Songwe de la Great Rift Valley. Les chercheurs ont pu y retrouver un cou, quelques vertèbres, des côtes, un humérus ainsi qu’une partie de la mâchoire inférieure.

Titanosaure

La découverte de cette nouvelle espèce de titanosaure vient remettre en question toutes les suppositions paléontologiques de la période du Crétacé.

La particularité du Shingopana Songwensis

Le Shingopana Songwensis se démarque surtout par son long cou. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les chercheurs l’ont nommé « Shingopana » signifiant littéralement « large cou » en langage swahili. Même s’il ne fait pas partie des plus gros dinosaures jamais répertoriés, son poids est quand même assez impressionnant. Le Shingopana pèse environ cinq tonnes pour quatre mètres de hauteur.

Des analyses phylogénétiques ont permis de déterminer que le Shingopana Songwensis aurait vécu il y a 70 à 100 millions d’années. En comparant l’évolution du Shingopana Songwensis avec les autres espèces déjà connues, les chercheurs ont également découvert que cette nouvelle espèce serait plus proche des titanosaures sud-américains que ceux de l’Afrique du nord.

Une découverte renversante

Judy Sko, directeur de programme de la Division de la Science de la Terre de la NSF a affirmé que la faune de l’Afrique du nord et de l’Afrique australe était différente dans la période du Crétacé. Cette divergence résulterait surtout de la différence des conditions environnementales de l’époque.

Toutes ces recherches tendent à affirmer que Shingopana aurait eu des frères et sœurs en Amérique du sud mais que les titanosaures africains déjà retrouvés ne seraient que des cousins éloignés. Les animaux de l’Afrique australe se seraient retrouvés isolés à la suite des tectoniques des plaques et de la dérive des continents.

RED by SFR : un forfait 30 Go pour 10 € par mois ! 

Mots-clés paléontologie