Tivoli, l’arme secrète de Google pour tuer Duolingo

Google s’intéresse visiblement à un nouveau marché. D’après The Information, le géant américain aurait l’intention d’utiliser l’IA pour nous aider à apprendre de nouvelles langues.

Apprendre une nouvelle langue n’est pas simple, mais il existe de nombreuses solutions pour nous aider à renforcer nos acquis. Y compris sur le marché des applications. La plus connue d’entre toutes étant bien entendu Duolingo. Un outil intelligent, ludique, bien conçu et qui a pour mérite de nous faire travailler à l’écrit comme à l’oral.

Un tableau pour apprendre l'espagnol
Image par sgrunden de Pixabay 

Désormais, ce serait donc au tour de Google de se lancer sur le marché.

Tivoli, un nouveau service secret chez Google ?

Cette information n’a pas été confirmée par la firme elle-même, mais les Googlers travailleraient en interne sur un nouveau service baptisé Tivoli. Le développement de cette plateforme aurait commencé il y a deux ans en arrière et l’entreprise viserait un lancement pour la fin de l’année.

Selon notre source, Tivoli aurait pour particularité de faire appel à l’IA pour nous enseigner les langues étrangères. Il s’appuyait ainsi à la base sur le modèle de conversation neuronale Meena, un modèle qui a changé et qui a évolué pour devenir LaMDA. On se souviendra d’ailleurs que la dernière édition de la Google I/O mettait beaucoup l’accent sur ce modèle.

Tivoli se baserait pour le moment uniquement sur des contenus textuels. Les ingénieurs en charge de son développement souhaiteraient cependant le faire évoluer vers la prise en charge de l’audio. Plus intéressant, Google pourrait s’appuyer sur ses autres services pour entraîner son IA.

A lire aussi : Google va modifier son algorithme pour limiter la diffamation

Une IA pour apprendre une langue étrangère

The Conversation fait notamment allusion à une intégration à Google Assistant ou à YouTube. Dans ce second cas, Tivoli serait capable de générer des quiz linguistiques en pré-roll. Les internautes devraient donc y répondre pour accéder aux contenus demandés.

Google n’a bien entendu pas confirmé ou infirmé l’existence de ce nouveau service. The Information ne produit aucune preuve tangible non plus et nos confrères s’appuient principalement sur leurs sources. A ce stade, il sera donc préférable de se montrer prudent et d’attendre l’éventuel lancement du service.

On ne sait d’ailleurs pas si ce dernier, en supposant qu’il existe, sera en mesure de prendre en charge notre langue.

Mots-clés google