Les modules du Project Ara pourront être retirés à la volée, sans avoir à éteindre l’appareil

Le Project Ara continue apparemment son petit bonhomme de chemin et Paul Eremenko a justement tenu une conférence de presse spéciale en fin de semaine dernière pour présenter ses dernières avancées. Et devinez quoi ? Il nous a appris que les modules du terminal pourront être retirés à la volée, sans avoir à éteindre l’appareil. Incroyable, non ? Certes, et c’est même presque de la magie.

Si vous avez passé ces dernières années au fin fond d’une grotte, alors il faut rappeler que le Project Ara est né d’un simple concept, le Phonebloks, qui décrivait un téléphone modulaire capable d’évoluer en fonction des besoins de l’utilisateur.

Project Ara

Les modules du Project Ara.

N’écoutant que son courage, Motorola a décidé de donner vie à cet incroyable projet. Ensuite, la division mobile de la firme a été rachetée par Google, avant d’être revendue à Lenovo quelques mois plus tard. Le truc assez chouette, c’est que Big G a gardé la main sur l’équipe en charge du projet, et sur tous les brevets associés. Et en même temps, vu le potentiel du truc, ça se comprend.

Mais revenons-en plutôt au sujet de cet article. Si l’on en croit la présentation de Paul, alors il ne sera pas nécessaire d’éteindre le téléphone avant de changer ses modules. Aucun d’entre eux ! Cela vaudra pour la caméra, bien sûr, ou encore pour le WiFi, le Bluetooth et les autres composants secondaires, bien sûr, mais aussi pour la batterie, le processeur et tout le reste.

Il sera ainsi possible de commencer à écrire un mail, de changer de processeur et de continuer la rédaction du message comme si de rien n’était.

Je trouve ça franchement incroyable, tant que la partie matérielle que sur la partie logicielle. Et puisqu’on en parle, sachez que le Project Ara sera propulsé par une version spécifique (et modifiée) de ce bon vieil Android L. Une version élaborée en partenariat avec Linaro. Et si vous voulez en savoir plus, et bien c’est par ici que ça se passe.

On se quitte avec la vidéo de la conférence. Prévoyez une heure et demie pour la regarder, et un bon niveau en anglais technique.

Via

Mots-clés google project ara