Tom Clancy’s The Division passe la barre des 20 millions de joueurs

Quoi de mieux pour un second anniversaire que des chiffres en hausse ? Tom Clancy’s The Division, vient de passer la barre des 20 millions de joueurs, une excellente nouvelle pour Ubisoft qui a su maintenir l’intérêt des joueurs pour son titre multi. Pour y parvenir, l’éditeur français a misé à la fois sur un jeu de base riche – particulièrement focalisé sur l’exploration et la collaboration entre les joueurs – agrémenté par la suite de sorties régulières de contenus additionnels, permettant de prolonger l’expérience.

En l’espace de deux ans et au travers du Season Pass proposé avec le titre, Ubisoft et Massive Studio auront ainsi lancé trois extensions respectivement baptisées Underground, Survival et Last Stand.  Ce dernier, a la particularité de pousser un peu plus loin encore le concept de la Dark Zone, véritable point fort de The Division.

Le TPS multijoueurs d’Ubisoft, très axé MMO, vient de passer la barre des 20 millions de joueurs à travers le monde. Une excellente nouvelle pour Ubisoft, deux ans après la sortie de son jeu.

Le titre a aussi la chance de profiter de mises à jour d’envergure fréquentes (9 updates majeures en 2 ans), permettant un suivi complet de la part de l’équipe de développement – et donc la correction des bugs et l’ajout de nouveautés gratuites. La recette du succès ? Pour un titre multijoueurs axé MMO comme The Division, la réponse est probablement oui.

The Division : rivalités et entraide au cœur du Gameplay

La grande force de The Division n’est pas son scénario (plutôt barbant et souvent cliché), mais plutôt la subtile combinaison d’une ambiance parfaitement maîtrisée (le New York déserté d’une part de sa population suite à une pandémie véhiculée lors du Black Friday sert ici de terrain de jeu) et d’un gameplay intelligent.

Mêlant les codes du jeu de tir à la troisième personne avec le travail de longue haleine d’un MMO en termes de progression, le soft parvient à se démarquer et à continuer de séduire deux ans après son lancement. Ce qui n’est pas forcément une mince affaire.

Reste que sa spécificité est de proposer une expérience de jeu très dépendante du bon vouloir des joueurs. Si la plupart du temps l’entraide est prédominante (voire indispensable pour mener à bien certaines missions), il suffit de faire un tour dans la Dark Zone (zone de non-droit au centre de la map proposée dans le jeu) pour y trouver une ambiance toute différente où les rivalités entres les joueurs sont nombreuses et les coups bas fréquents. De quoi donner au titre deux visages distincts et un intérêt sur le long terme – l’accès à la Dark Zone étant impossible sans avoir au préalable atteint un certain niveau.