Tory Bruno donne plus de détails sur les projets spatiaux de l’ULA

Ces dernières années, la conquête de l’espace est devenue une véritable compétition acharnée entre les grands noms des compagnies spatiales. Alors que SpaceX fait étalage de ses projets sur Twitter par le biais de son excentrique patron Elon Musk, d’autres sociétés restent assez discrètes quant à l’évolution de leurs travaux.

C’est notamment le cas de l’United Launch Alliance (ULA), une coentreprise fondée en 2006 par Boeing et Lockheed Martin.

Espace

La firme est spécialisée dans le développement de lanceurs spatiaux pour le compte des clients du gouvernement américain. La marque est notamment en charge de la construction des lanceurs spatiaux tels qu’Atlas V, Delta II ou encore Delta IV.

Dans un entretien avec le site Ars Technica, Tory Bruno, CEO de la société, a décidé de lever le voile sur l’avancement des différents projets de l’ULA.

Relations avec Blue Origin et SpaceX

Depuis 2014, ULA travaille en partenariat avec Blue Origin, la société spatiale de Jeff Bezos, également connu pour être le patron d’Amazon. Les deux entreprises collaborent sur le développement du propulseur Vulcan d’ULA, Blue Origin fournissant le moteur BE-4.

Le duo n’en reste pas moins en compétition avec Blue Origin et sa fusée New Glenn qui lorgne également sur le marché très sélectif de la sécurité nationale. Rien de bien méchant cependant quand on sait qu’ULA entretient des rapports plus tendus et féroces avec SpaceX.

L’agence spatiale d’Elon Musk s’est montrée très virulente envers l’ULA dès les premiers pas de la société de Tory Bruno. SpaceX avait notamment tenté une action en justice contre ULA en 2005, soit un an avant que la société ne voit officiellement le jour.

Où en sont les projets d’ULA ?

Interviewé lors de la conférence SpaceCom à Houston en novembre 2018, Tory Bruno a accepté d’en dire plus sur l’avancée du développement de la fusée Vulcan. ULA a récemment annoncé que le lanceur sera prêt à voler d’ici 2021. Pour finaliser son projet, l’entreprise est parvenue à décrocher un contrat de 967 millions de dollars avec l’US Air Force.

En parallèle, Tory Bruno a également évoqué les logiciels et les moteurs utilisés pour la conception des lanceurs, fusées et autres technologies développés par la société donnant davantage d’explications sur leur conception et leur fonctionnement.