Toujours aucun lien entre les jeux vidéo et la violence

Si vous êtes un amateur de jeux vidéo, vous savez certainement à quel point le fait de dégommer des personnages virtuels en utilisant uniquement votre manette peut être libérateur et jouissif. Toutefois, certaines personnes ne voient pas d’un très bon œil ce genre de divertissements, car ils estiment que les jeux vidéo pourraient être à l’origine de comportements violents dans la réalité.

Un nouveau rapport de l’American Psychological Association (APA) prouve que cela est complètement faux. Ce rapport qui est le fruit de cinq ans de travail indique clairement qu’il n’y a aucun lien entre les jeux vidéo et la violence.

Sandra Shullman, la Présidente de l’APA, a souligné qu’avant de rendre les jeux vidéo responsables de la violence qui sévit actuellement, il faut d’abord garder en tête qu’il s’agit d’un « problème social complexe » causé par de nombreux facteurs.

Les jeux vidéo sont innocents

Dans son rapport, l’APA souligne qu’il n’y a aucun élément scientifique qui relie les jeux vidéo à la violence. « Le fait d’attribuer la violence aux jeux vidéo n’est pas scientifiquement valable et détourne l’attention sur d’autres facteurs, comme les antécédents de violence, que nous savons être un important prédicteur de la violence future. »

Maintenant qu’on sait que les jeux vidéo ne sont pas à l’origine des comportements violents de certaines personnes, Sandra Shullman a déclaré que les chercheurs, les décideurs politiques et le public devraient se concentrer sur les véritables causes de cette violence chez les individus.

Des résultats qui restent inchangés

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’APA ont analysé des études menées entre janvier 2014 et avril 2019. Les résultats de leurs observations leur ont permis de déduire que le lien entre la violence et les jeux vidéo était « petit et faible. »

Ce n’est pas la première fois que l’APA se penche sur ce cas précis. En 2015, cette association a déjà mené une étude similaire. Le rapport publié cette année affirme que « les données continuent d’indiquer un effet cohérent et, en moyenne, faible. »

Aux États-Unis, les décideurs politiques sont carrément partis en croisade contre les jeux vidéo. Par exemple, en 2018, Donald Trump s’est dit contre toute forme de violences présentes dans les jeux vidéo, car il aurait entendu « de plus en plus de personnes dire que le niveau de violence dans les jeux vidéo façonne les esprits des plus jeunes. »

Mots-clés psychologie