Toulouse : un homme a été convoqué au tribunal pour insultes homophobes sur Facebook

De nos jours, les réseaux sociaux comme Facebook grouillent de posts et de commentaires haineux envers les homosexuels. Certains utilisateurs vont même jusqu’à harceler et proférer des menaces de mort contre ces personnes. Il arrive cependant que les victimes ne se laissent pas faire et décident de porter plainte.

C’est le cas de Baptiste Beaulieu, médecin et écrivain. Ce dernier est connu pour publier régulièrement des billets sur la défense de la communauté LGBT. En juin 2016, il a été insulté et menacé par un internaute homophobe. Baptiste Beaulieu avait alors porté plainte, mais ce n’est que deux ans plus tard que son détracteur a été convoqué au tribunal.

Il s’agit d’un homme dont l’identité n’a pas été dévoilée. On sait juste qu’il devra prochainement comparaître devant le tribunal correctionnel de Toulouse.

Des insultes violentes et des menaces de mort

Si Baptiste Beaulieu a porté plainte, c’est parce que les insultes et les menaces proférées à son encontre ont été particulièrement violentes.

Il raconte que l’homme avait trouvé sa photo et le lui avait envoyé en le menaçant de mort. Il avait également tenté de trouver l’adresse de Baptiste tout en lui envoyant des messages qui injuriaient sa mère et ses sœurs.

Deux ans plus tard, c’est avec surprise que Baptiste apprend que son détracteur a été sommé de comparaitre devant la justice. Comme sa plainte n’avait pas eu de suite, il avait fini par croire que la police avait laissé tomber l’enquête. Il reste néanmoins sceptique quant à possible condamnation de l’homme qui l’a menacé.

L’homophobie persiste sur les réseaux sociaux

Si l’homosexualité est désormais plus facilement acceptée, la communauté LGTB demeure la cible de nombreux homophobes sur les réseaux sociaux. Ces derniers n’hésitent pas à se montrer acerbes dans leurs commentaires.

Certains vont même plus loin en traquant les homosexuels et afin de les passer à tabac.

En mars 2018 à Tarbes, un groupe d’homophobes sont même allés jusqu’à s’inscrire sur des sites de rencontre pour traquer des homosexuels. Ils donnaient ensuite rendez-vous à leurs victimes dans le but de les agresser physiquement mais aussi pour leur soutirer leur carte bleue et leur code personnel. Les huit hommes ont, depuis, été appréhendés par la police.

Mots-clés facebookweb