Toungouska : une nouvelle étude pour faire toute la lumière sur l’événement

Toungouska, un nom chargé d’histoire. En 1908, au début de l’été, une puissante onde a été enregistrée en Sibérie centrale. L’énergie libérée était équivalente à mille fois celle de la bombe qui s’est abattue sur Hiroshima trois décennies plus tard.

Si quelques témoins ont pu observer directement le phénomène, aucune des personnes vivant à l’époque dans la région n’a été en mesure de l’expliquer.

L'événement de Toungouska recèle encore bien des mystères

Crédits Pixabay

Durant les décennies suivantes, de nombreuses théories ont donc vu le jour, des théories impliquant tour à tour la foudre, des fuites de méthane ou encore des météorites.

Toungouska, un événement qui remonte au 20e siècle

En 1927, des chercheurs russes menés par Leonid Koulik ont donc lancé une expédition sur place. La première du genre. En arrivant sur les lieux, les scientifiques n’ont trouvé aucun cratère d’impact ni le moindre débris.

Puis, la Seconde Guerre mondiale est arrivée et toutes les recherches ont été bloquées. Les expéditions suivantes ont ainsi eu lieu à la fin des années 50. Fort heureusement, elles se sont avérées un peu plus fructueuses puisque les chercheurs ont trouvé des sphères de métal et de silicate dispersées un peu partout dans la région.

Des sphères allant dans le sens de la théorie du superbolide, validée un peu plus tard par la NASA.

Si nous avons désormais une idée assez précise des événements entourant l’incident de Toungouska, il reste encore de nombreux mystères à élucider et une équipe de chercheurs russes semblent vouloir faire toute la lumière sur les questions laissées en suspend.

Une nouvelle étude menée par l’Académie russe des Sciences

Comme ils l’expliquent eux-mêmes ici, ces chercheurs ont fait une étonnante découverte en analysant les sédiments présents au fond du lac Kucherlinskoe.

Ils ont effectivement mis au jour la formation d’une couche anomale dans les sédiments du fond du lac, une couche dont l’existence serait en lien avec l’événement de la Toungouska.

Ils pensent en effet que cette couche s’est formée lorsque la forêt a pris feu en 1908 et ils espèrent donc pouvoir y trouver des traces chimiques de l’événement.

Toutefois, l’étude n’en est pour le moment qu’à ses prémices et des analyses complémentaires, ainsi que des prélèvements, devront être menées sur place afin de s’en assurer. Il faut d’ailleurs noter que l’étude complète est menée par l’Académie russe des sciences et on espère bien entendu que cette dernière n’hésitera pas à partager ses résultats avec l’ensemble de la communauté scientifique.

Mots-clés géologie