Tout quitter pour extraire des métaux dans l’espace avec des microbes

Des scientifiques ont mis au point un procédé qui permet d’extraire des métaux dans l’espace en utilisant des microbes. Une technique qui pourrait un jour faciliter la colonisation de planètes telles que la Lune et Mars.

Pour l’heure, tout ce dont on a besoin pour survivre dans un autre monde doit être transporté depuis la Terre. Cependant, le transfert de ces ressources est non seulement complexe, il est également coûteux. Avec notre ambition de coloniser la planète rouge, il est devenu nécessaire de mettre au point des procédés qui permettent d’extraire et de transformer les matières déjà disponibles sur place pour répondre à nos besoins. C’est dans cette optique qu’une équipe de chercheur, dont fait partie le professeur Charles Cockell du UK Centre for Astrobiology de l’Université d’Édimbourg, a mené une expérience inédite sur la Station spatiale internationale (ISS).

Crédits Aynur Zakirov – Pixabay.com

L’expérience, baptisée BioRock, consistait à évaluer la capacité de la bio-extraction à rendre l’exploration spatiale plus durable en permettant aux astronautes d’extraire des matériaux grâce à des microbes.

Utiliser les ressources disponibles sur la place

« Où que vous soyez dans l’espace, que vous construisiez une colonie sur des astéroïdes, la Lune ou Mars – vous aurez besoin d’éléments pour construire votre civilisation », a déclaré le professeur Charles Cockell, cité par la BBC. « Ce que notre expérience BioRock a montré, c’est que la bio-extraction n’est qu’une des façons dont nous pourrions extraire des éléments utiles des roches pour soutenir une présence humaine à long terme en dehors de la Terre », a-t-il ajouté.

Concrètement, l’équipe a conçu de petits bio-réacteurs, lesquels ont ensuite été expédiés vers la Station spatiale internationale. Contenant de la roche basaltique ainsi que des microbes capables de séparer les minéraux, ceux-ci ont été mis dans une centrifugeuse tournée à différentes vitesses afin de simuler la gravité sur la Lune et sur Mars. Une autre boite a été placée librement dans le laboratoire de la station pour déterminer la capacité des micro-organismes à faire leur travail en apesanteur.

Des résultats prometteurs

Effectivement, la gravité peut avoir un effet sur le comportement des microbes. Parmi les micro-organismes que le professeur Cockell et son équipe ont utilisés dans le cadre de l’expérience, deux ont vu leur capacité à dévorer les métaux se dégrader.

Cependant, pour un microbe appelé Sphingomonas desiccabilis, aucun changement n’a été observé en dépit du changement d’environnement. Celui-ci a même réussi à extraire des terres rares du basalte, y compris des éléments chimiques tels que le néodyme, le cérium et le lanthane.