Tout sur Altomail, le nouveau webmail imaginé par AOL

AOL a lancé un nouveau webmail en fin d’année dernière : Altomail. Ce dernier avait d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre à l’époque, ce qui s’explique assez facilement puisqu’il profite d’une interface particulièrement soignée et d’un nombre conséquent de fonctions toutes plus intéressantes les unes que les autres. Des fonctions permettant de gérer plus finement ses messages ainsi que les données qui y sont attachées. Seul bémol, il est nécessaire de demander une invitation pour pouvoir profiter du webmail. La mienne est tombée juste avant le week-end, ce qui m’a permis de tester en long, en large et en travers ce service pas comme les autres. Si vous voulez en savoir plus sur Altomail, vous êtes donc au bon endroit et sachez d’ailleurs que j’ai en ma possession dix invitations qui vous reviennent de plein droit.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, si Altomail est compatible avec les boites fournies par AOL, il supporte également d’autres services et toute personne disposant d’un compte sur Gmail, Yahoo Mail ou iCloud peut donc en profiter. Mieux, le webmail supportera en réalité n’importe quel compte capable de gérer l’IMAP. Voilà qui ouvre bien des perspectives. On se trouve donc à dix mille lieues de ce que proposent la plupart des sociétés officiant sur ce secteur, des sociétés qui se limitent trop souvent à leurs propres outils et à leurs propres solutions.

Altomail : vue globale

Altomail profite d’une interface élégante et raffinée, toute en douceur.

Tout commence par l’inscription. Comme indiqué un peu plus haut, pour pouvoir accéder à Altomail, il est indispensable de disposer d’une invitation. Cette dernière peut s’obtenir de différentes façons, et donc soit en passant par cette page, soit en implorant la générosité d’un utilisateur disposant déjà d’un compte sur le service. Une fois que c’est fait, on clique sur le bouton qui va bien, on balance les identifiants de sa messagerie et on attend patiemment que le service récupère nos messages, nos dossiers, nos libellés et toutes nos données. Les internautes les plus « connectés » seront sans doute heureux d’apprendre qu’il est également possible de rattacher son compte Facebook au service afin d’avoir droit aux gentilles trombines de nos amis, une fonctionnalité qui n’a malheureusement pas daigné fonctionner sur ma modeste configuration.

Altomail : les dossiers

Les dossiers s’afficheront entre le menu et la liste d’éléments du webmail.

Altomail : présentation de l’interface

L’un des plus gros points forts d’Altomail, c’est son interface soignée et bien pensée. Peu importe que l’on soit un fin connaisseur ou un jeune internaute en devenir, chacun y trouvera son compte. Globalement et pour le décrire en quelques mots, le webmail se structure autour de trois colonnes verticale : un menu, une liste d’éléments et une zone dédiée au contenu. Dans certains cas, il sera possible de faire apparaître une autre colonne qui viendra se positionner entre le menu et la liste, c’est notamment ce qui se passe lorsqu’on clique sur le bouton permettant d’afficher les dossiers ou les libellés rattachés à notre compte.

Tout va évidemment se passer à partir du menu du webmail. C’est par son entremise que nous pourrons accéder à toutes les fonctionnalités d’Altomail et voici une liste de ce qu’il est possible de trouver de ce côté là :

  • Le bouton permettant de rédiger un nouveau message.
  • Le bouton permettant d’accéder à sa boite de réception.
  • Le bouton permettant d’afficher ou de masquer les dossiers / libellés.
  • Le bouton permettant d’ajouter un nouveau compte.
  • Le bouton permettant d’accéder au carnet d’adresses. (*)
  • Le bouton permettant d’accéder à Google Agenda. (**)
  • Le bouton permettant d’accéder à Google Drive. (***)
  • Le bouton permettant d’accéder aux options de configuration du webmail.

(*) : Contrairement aux dossiers et aux libellés, les contacts de s’ouvriront pas dans une nouvelle colonne mais dans un onglet qui viendra se positionner tout en haut de la page. L’utilisateur pourra alors sauter facilement de sa boite de réception à son carnet d’adresses.

(**) : Pour le moment, Altomail n’intègre pas de calendrier mais l’équipe en charge du projet travaille justement sur un nouveau module qui ne devrait pas tarder à voir le jour. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que nous puissions profiter d’un calendrier complet directement intégré au service.

(***) : Ce bouton, comme celui de Google Agenda, n’apparaîtra que si l’utilisateur a configuré un compte Gmail sur le webmail.

Voilà pour le menu. Sur la droite, nous aurons également la liste des éléments appartenant au dossier sélectionné. Pour chacun de ces derniers, nous aurons le nom de l’utilisateur, le titre du message, ses premières lignes ainsi que la date de réception. Mieux, si le message comporte une image, alors une miniature de cette dernière apparaîtra sur sa ligne et nous pourrons ainsi nous faire une idée de son contenu sans avoir à l’ouvrir.

Altomail : l'ajout de comptes

Altomail est parfaitement capable de supporter plusieurs comptes et donc plusieurs messageries.

Altomail : la gestion des messages

Il y a très très longtemps, tout ce que nous demandions à nos webmails, c’était de pouvoir envoyer et recevoir très facilement des messages. Aujourd’hui, les choses sont bien différentes, car notre adresse électronique se trouve au centre névralgique de notre vie personnelle et de notre vie professionnelle. Nous avons donc besoin d’outils fiables, intelligents et flexibles afin de mieux organiser ces vagues virtuelles qui balayent les rivages de notre quotidien numérique.

Altomail propose plusieurs fonctions pour nous épauler dans cette tâche. La plus importante de toutes, ce sont les « stacks » ou, en bon français, les piles.

Pour faire simple et pour expliquer en quelques lignes leur fonctionnement, les « stacks » sont des ensembles thématiques qui vont regrouper nos messages en fonction de certains critères. L’une de ces piles nous permettra d’afficher en un instant toutes les images ou toutes les pièces jointes associées à nos messages, le tout sur une jolie grille très visuelle qui s’ouvrira dans un nouvel onglet, aux côtés de la boite de réception ou de nos contacts. Le truc intéressant, c’est que l’utilisateur pourra parfaitement créer ses propres piles s’il le souhaite.

Comment ? Tout ce qu’il aura à faire, ce sera de faire glisser le message de son choix sur la zone dédiée à droite. Là, une fenêtre s’ouvrira pour lui demander s’il souhaite créer une pile avec tous les messages envoyés par l’expéditeur de notre message. Simple, basique, mais il sera possible d’accéder à des options avancées en cliquant sur la petite roue crantée. Et là, et bien nous pourrons définir d’autres règles et ajouter des expéditeurs, des pièces jointes ou même des mots-clés pour enrichir notre pile et pour lui joindre facilement d’autres messages. Grâce à ça, et bien on pourra mieux organiser notre boite et gérer plus facilement tous nos projets. De mon point de vue, c’est vraiment l’un des plus beaux atouts du service, j’aurais d’ailleurs aimé que Google s’inspire de ces piles pour sa nouvelle boite de réception.

Mais ce n’est pas tout. En ouvrant un message, on pourra mettre la main sur d’autres options, des options qui seront regroupés dans une barre d’outils située sur le haut de la page. Si nous trouverons à cet endroit les boutons habituels (archivage, suppression, spam), on pourra également mettre la main sur un bouton pour créer une pile et sur un autre bouton pour créer… un rappel automatisé.

Des rappels automatisés qui fonctionnent de la même manière que ceux de Mailbox sur iOS. En quelques clics, nous pourrons ainsi demander à Altomail de nous renvoyer le message ouvert dans un, deux, trois, quatre, cinq ou six jours. Si on le souhaite, on pourra également accéder à des options avancées qui nous permettront de définir avec précision le jour et l’heure du rappel. C’est une fonctionnalité intéressante et qui nous aidera là encore à mieux nous organiser au quotidien.

L’autre truc intéressant, c’est la manière dont fonctionne Altomail pour les réponses. En cliquant sur la zone dédiée située sous le message ouvert, on pourra saisir une réponse rapide. En revanche, en cliquant sur le petit bouton intégré en haut à droite de cette zone, il sera possible de basculer en mode de rédaction avancé avec toutes les options de mises en forme habituelles. Libre à nous de changer la typo, de modifier la taille du texte, son alignement et plein d’autres choses en prime. Là encore, on peut remarquer que cette fenêtre se présente sous la forme d’un onglet qui vient se positionner à côté de la boite de réception et de tous les autres onglets ouverts. C’est un système assez simple, c’est vrai, mais il n’en reste pas moins redoutable puisque nous aurons toujours tout sous la main.

Et puis, il y a la recherche. Une recherche intelligente, et très bien conçue puisqu’il suffira de taper quelques mots-clés pour voir s’afficher en un instant tous les messages associés, certes, mais également toutes les photos et toutes les pièces jointes en lien avec notre requête. Il suffira donc de quelques secondes pour trouver ce que l’on recherche et autant dire que c’est une très bonne chose.

Altomail : les options avancées

Le menu d’Altomail est plutôt propre et intuitif.

En conclusion

Cet article n’aborde pas forcément toutes les fonctionnalités proposées par Altomail, mais il devrait vous permettre d’y voir un peu plus clair et de mieux vous rendre des comptes des possibilités de l’outil. En ce qui me concerne, en tout cas, le webmail d’AOL m’a fait forte impression. Il est beau, il est simple à utiliser, il est accessible et il propose toutes les fonctionnalités que l’on est en droit d’attendre de ce type d’outils. Et même plus, d’ailleurs. Entre les « stacks » et les rappels, nous aurons franchement de quoi faire. Mine de rien, ce serait quand même bien d’avoir le même genre de trucs en natif sur Gmail.

Bref, Altomail est très sympathique, et autant dire que vous devez être quelques uns à avoir envie de le tester. Si c’est votre cas et si vous voulez une invitation, ce n’est pas compliqué puisqu’il vous suffit de laisser un commentaire à la suite de cet article, le tout avec une adresse mail valide histoire que je puisse vous faire parvenir le précieux sésame. Le truc, par contre, c’est que je n’ai que dix invitations en ma possession, alors vous avez intérêt à faire vite !

Mots-clés aolserviceweb