Tout sur la nouvelle version de Google Maps

Google a frappé fort la semaine dernière avec sa Google I/O et le géant américain a ainsi levé le voile sur un nombre considérable de nouveautés, des nouveautés toutes plus intéressantes les unes que les autres. Parmi les différentes annonces de la conférence, on trouve bien évidemment cette nouvelle version de Google Maps. Celle-là même qui a fait couler beaucoup d’encre mais qui n’est pas encore ouverte à toutes et à tous. Or justement, figurez-vous que votre humble serviteur a eu l’extrême surprise de recevoir une invitation à tester la nouvelle version du service, et autant dire que cela méritait bien un article complet sur la question, non ?

La première chose à savoir, au sujet du nouveau Google Maps, c’est qu’il ne s’agit absolument pas d’une banale mise à jour. En réalité, les ingénieurs en charge du projet ont décidé de faire table rase du passé et de concevoir un tout nouveau service à partir de zéro, un service qui profite d’une nouvelle interface plus ergonomique, certes, mais aussi et surtout de fonctionnalités très appréciables et qui seront évoquées tout au long de ce dossier.

Nouvelle version Google Maps : une première capture

La nouvelle version de Google Maps propose une toute nouvelle interface plus agréable et intuitive.

Google Maps : une interface plus conviviale, et une recherche personnalisée

Tout commence avec cette nouvelle interface plus visuelle, plus conviviale et qui fait la part belle à… la carte de Google Maps. Contrairement à la version précédente, cette dernière occupe effectivement l’intégralité de la page. Résultat des courses, cette interface nous donne littéralement l’impression de plonger dans la carte et autant dire que le rendu est vraiment très soigné.

En haut de la page, nous trouverons l’habituelle barre horizontale grise propre à tous les services de la firme, une barre horizontale qui nous donne un accès direct à ses autres outils, bien sûr, mais également à toutes les fonctionnalités sociales de Google+. Juste en dessous, sur la gauche, nous pourrons mettre la main sur le champ de recherche qui sera évoqué en détails un peu plus loin dans l’article. Les contrôles de la carte, quant à eux, sont déportés en bas, sur la droite et juste au dessus d’un grand bandeau horizontal très intéressant, un bandeau qui servira finalement à deux choses : changer la vue de la carte et afficher les endroits populaires. Sympa.

Revenons à présent au champ de recherche. Le truc intéressant, c’est que ce dernier sera connecté à notre compte et il sera ainsi capable de nous suggérer des lieux susceptibles de nous plaire. Exemple typique, en me connectant au service pour la première fois, Google Maps m’a affiché automatiquement les trois restaurants associés à mon compte Google+. Amusant, certes, mais un peu flippant quand même.

Attention cependant car ce champ de recherche ne sert pas qu’à saisir nos requêtes. En réalité, il nous donne également accès à plusieurs autres outils :

  • Recherche de lieux.
  • Recherches récentes.
  • Recherche d’itinéraires.
  • Informations sur les transports en commun.

En saisissant des mots-clés dans le champ de Google Maps, ce dernier sera capable de nous proposer directement certains lieux grâce à la magie de l’auto-complétion. Une fois notre requête validée, le service nous renverra vers une carte pointant tous les lieux correspondants. Point intéressant, les résultats les plus pertinents seront affichés en plus grand et Google Maps a également mis en place des icônes spécifiques pour nous permettre d’identifier le lieu associé. Pour les restaurants, par exemple, nous aurons droit à une fourchette accompagnée… d’un couteau.

A ce stade, nous n’aurons qu’à cliquer sur l’icône de notre choix pour voir apparaître, en haut à gauche, des cartes d’informations. Ces dernières ne sont pas sans rappeler ni les cartes de Google Now, ni même celles de Google+. Elles affichent l’adresse et les horaires d’ouverture du lieu associé, bien sûr, mais également les photos et les avis laissés par les autres utilisateurs. En outre, on trouvera en haut de ces cartes deux boutons pour lancer le calcul d’un itinéraires ou pour enregistrer le lieux dans nos favoris. En outre, et ça aussi c’est très intéressant, il suffira de cliquer sur une zone de la carte pour obtenir immédiatement l’adresse du lieu.

Passons maintenant au carrousel situé en bas de la fenêtre. Son rôle est assez simple, il s’agit tout simplement d’afficher tous les lieux intéressants de la zone sur laquelle on se trouve. Il peut s’agir de monuments, de lieux dits et tous ces endroits peuvent s’accompagner de différents médias comme des photos ou des vidéos. Il suffit alors de cliquer sur la vignette du lieu qui nous intéresse pour l’ouvrir en grand sur la carte, et là et bien on pourra découvrir toutes les images associées et démarrer ainsi notre visite virtuelle.

Google Maps : les informations d'un lieu

Sur la nouvelle version de Google Maps, les informations d’un lieu s’affichent grâce à un système de cartes qui n’est pas sans rappeler Google Now.

Google Maps : le plein de vues, pour le plaisir des yeux

Les cartes, c’est super, mais Google Maps va un peu plus loin en proposant différentes vues, des vues qui fonctionnent sur le même principe que la version précédente et qui permettent ainsi de basculer entre la vue de type carte, la vue satellite ou même la vue… Terre. De quoi s’agit-il ? Tout simplement d’une vue héritée d’un autre service très populaire de la firme, un service qui s’appelle Google Earth. Et oui, parce que Earth en français, ça veut dire Terre. Dingue, non ?

Pour changer de vue, il faudra tout bonnement cliquer sur la première vignette située dans le carrousel évoqué un peu plus haut. Un clic, et on passe à la vue par satellite. Encore un clic et paf, c’est la vue Terre qui apparaît sous nos yeux. Ou pas, d’ailleurs, car tout dépendra de la version de votre navigateur et même de la configuration de votre ordinateur.

Chez moi, par exemple, j’ai eu la surprise de découvrir que Google Maps m’avait automatiquement passé en « mode simplifié ». Qu’est ce que c’est ? Une version spéciale du service, une version qui ne comprend ni la vue Terre, ni même une seule fonctionnalité de type 3D. En gros et pour faire simple, il s’agit d’un mode entièrement pensé pour les systèmes d’exploitation anciens ou pour les navigateurs qui ne sont pas compatibles avec la technologie WebGL. Tout l’ironie de la chose, c’est que mon test s’est déroulé sur mon iMac, avec la dernière version de Mac OS et la dernière version de… Chrome.

Du coup, pour la vue Terre, et bien je ne peux malheureusement pas vous en dire plus alors n’hésitez pas à partager vos retours avec nous si vous avez été plus chanceux que moi.

Google Maps : la vue satellite

La vue satellite de la nouvelle version de Google Maps.

Google Maps : tout pour se déplacer, en voiture, en train, en bus ou en avion

Passons plutôt au calcul d’itinéraires. Si Google Maps est une solution idéale pour qui veut découvrir le monde, le service peut également s’avérer utile pour toutes celles et ceux qui souhaitent se rendre à un endroit particulier, sans pour autant connaître la route à emprunter. Tout comme la version précédente, le nouveau Maps va donc nous permettre de calculer des itinéraires entre un point A et un point B.

Pour se faire, il faut commencer par cliquer dans le champ de recherche. Ensuite, et bien il faudra cliquer sur le bouton « Itinéraires » afin de faire apparaître une nouvelle fenêtre qui viendra se substituer au champ de recherche, une fenêtre constituée de deux champs : un champ A et un champ B. Juste en dessous, une liste de propositions, de suggestions, en lien là encore avec les données du compte. Chez moi, j’ai ainsi eu la surprise de voir apparaître les restaurants cités un peu plus haut, mais aussi l’adresse de mon domicile et celle de mon travail. Des adresses complètement fausses, d’ailleurs, et ce alors même que Google Now, lui, possède bien ces informations.

Enfin passons et revenons à nos moutons. Dans le premier champ, nous allons saisir l’adresse du lieu de départ ou de la destination et nous ferons exactement l’inverse dans le second champ. Lorsque ce sera fait, il ne sera pas nécessaire de valider nos options puisque Google Maps va directement les intégrer et nous afficher ensuite, dans la foulée, l’itinéraire demandé. Point intéressant, toutes les informations de notre trajet apparaîtront en haut à gauche, sous la forme de cartes :

  • Les options : C’est ici que nous pourrons modifier certains paramètres et notamment le moyen de locomotion – en voiture, en transports en commun, à pieds, en vélo ou en avion – ou encore les options touchant aux autoroutes et aux péages.
  • Les itinéraires : Ils apparaitront juste en dessous de nos options, en accordéon. Pour faire apparaître un trajet, il faudra cliquer sur sa ligne et il deviendra actif. Pour chaque itinéraire, nous aurons la direction globale, le nombre de kilomètres à parcourir et la durée estimée, le tout avec deux liens pour afficher l’itinéraire conseillé ou pour afficher les infos trafic.

Si on clique sur le lien « itinéraire conseillé, Google Maps nous renverra vers une nouvelle page plus facile à lire et structurée autour de plusieurs zones. Tout en haut, nous aurons un rappel de notre trajet, suivi par une barre horizontale contenant toutes les options évoquées un peu plus haut. Ensuite, sur la gauche, une colonne relatant les différentes étapes de notre voyage et, sur la droite, une jolie carte pour mieux le visualiser. A partir de là, il vous suffira de cliquer sur la petite imprimante pour imprimer votre itinéraire et l’embarquer avec vous dans votre périple.

En revanche, lorsqu’on clique sur les « infos trafic », alors on restera exactement au même endroit mais ce sont des lignes colorées qui apparaîtront directement sur la carte, des lignes qui vous permettront de visualiser l’état du trafic. En vert, tout va bien, en rouge, ce sera un peu plus compliqué. Sachez cependant que les infos trafic ne sont malheureusement pas disponibles pour toutes les régions, même chose d’ailleurs pour les données en lien avec les transports en commun. Preuve en est, Google Maps ne connait même pas le RER D et c’est vraiment inadmissible.

Google Maps : les cartes des itinéraires

Sur la nouvelle version de Google Maps, toutes les informations de nos itinéraires apparaissent dans des cartes et donc sur le même principe que Google Now.

Google Maps : en conclusion

Ce qu’il faut également savoir, au sujet de cette nouvelle version, c’est qu’elle pistera le moindre de vos clics. Comme Google l’a expliqué lors de la Google I/O, chacun de vos clics va modifier le fonctionnement du service, et ce dernier va ainsi apprendre à vos côtés à mesure que vous utiliserez. Pourquoi ? Tout simplement pour mieux correspondre à vos besoins, à vos attentes. Sur le papier, c’est fascinant, bien sûr, mais cela veut aussi dire que ce nouveau Google Maps va être en mesure d’enregistrer le moindre de nos faits et gestes.

Inquiétant ? Peut-être. Sans doute. Pas vraiment. En réalité, chacun se fera sa propre opinion sur la question et nous ne serons pas forcément tous du même avis. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que cette nouvelle mouture n’a absolument plus rien à voir avec la dernière version du service, et elle devrait sans doute intéresser pas mal de monde. Les particuliers, bien sûr, mais aussi les entreprises et les professionnels.

Et vous alors, est-ce que vous l’avez testé cette nouvelle version ? Qu’est ce que vous en pensez ?