Tout sur le Huawei G7 Plus

Huawei a enchainé les annonces depuis le début de l’année mais il avait visiblement gardé quelques cartouches de côté pour la fin de l’année. Le géant chinois vient effectivement de lever le voile sur un nouveau terminal très prometteur : le Huawei G7 Plus. Il devrait intéresser pas mal de monde et il y a même une chance qu’il vous fasse tourner la tête.

Le terminal est plutôt joli à regarder pour commencer et il hérite ainsi d’une belle coque métallique et d’une vitre de protection en 2,5 D. Ses finitions semblent relativement proches de celles du Honor 7 (testé ici) et c’est plutôt une bonne nouvelle.

Huawei G7 Plus

Le Huawei G7 Plus n’est pas vilain à regarder. Pas du tout même.

Il est cependant un peu plus grand que ce dernier et il se positionne finalement sur le segment des phablettes.

Un écran de 5.5 pouces pour le Huawei G7 Plus

Sa fiche technique n’est pas inoubliable mais elle suffira amplement à faire tourner toutes les applications du Play Store. Et cela vaut aussi pour les jeux les moins gourmands.

Le Huawei G7 Plus embarque ainsi un écran IPS de 5,5 pouces capable d’afficher une définition de type Full HD 1080p, et donc du 1 920 x 1 080. Il est propulsé par un Snapdragon 615 composé de huit coeurs couplés à 3 Go de mémoire vive et à 32 Go de stockage.

Côté photo, il intègre un capteur de 13 millions de pixels avec un flash double LED et une caméra frontale de 5 millions de pixels en prime. Le WiFi répond à l’appel, de même pour le Bluetooth et le GPS. Bon, en même temps, le contraire aurait été assez étonnant, hein.

Le terminal pourra aussi accepter deux cartes SIM et il sera même en mesure de se connecter à des réseaux mobiles en 4G/LTE. Sinon, il sera livré avec Android 5.1 et avec Emotion UI 3.1. Ah et il sera équipé d’un lecteur d’empreintes digitales placé à l’arrière.

Le Huawei G7 Plus fera d’abord son entrée en Chine et en Thaïlande à un prix tournant autour des 330 $. On ne sait pas encore s’il sera possible d’en profiter sur le vieux continent mais le constructeur est de plus en plus présent en Europe alors nous aurons peut-être l’occasion de mettre les mains dessus.

Via