Tox : tout comme Skype, mais en version sécurisée

Ils nous espionnent et ils nous écoutent en permanence ! Aucune conversation ne leur échappe ! Ils savent tout de nous, et de nos habitudes ! Ils connaissent même nos préférences sexuelles ! Qui ? La NSA, bien sûr, et toutes les autres agences gouvernementales du monde entier. Même qu’ils doivent beaucoup se marrer en lisant ou en écoutant certaines de nos conversations les plus intimes. Oui, et c’est précisément pour cette raison qu’il faut se protéger… et utiliser Tox.

Tox n’a rien à voir avec les fumeurs d’herbe. En réalité, sous ce nom équivoque se cache une solution similaire à ce que proposent Skype, Hangouts et tant d’autres.

Tox

Plus concrètement, cet outil a été conçu pour permettre à plusieurs personnes de discuter en temps réel, par le biais de simples messages texte, ou d’appels en visioconférence. Il permet également d’envoyer des médias, des documents et même des notes vocales le plus simplement du monde, grâce à une interface à la fois accessible, intuitive et (relativement) conviviale.

Mais alors, qu’est ce qui le distingue des solutions concurrentes ?

La réponse est simple : Tox chiffre toutes les communications. Toutes ? Toutes, absolument toutes. Peu importe ce que vous en faites, en théorie personne ne pourra intercepter vos conversations. Et attention car il s’agit d’un projet initié par des hackers, des vrais, et donc par de fins connaisseurs. Le meilleur reste à venir car toute l’architecture du logiciel repose sur un système décentralisé, à base d’échanges en P2P. Il n’y a donc pas de serveurs derrière.

Pour le moment, Tox n’est disponible qu’en version alpha, mais il est possible d’en profiter sur les trois principales plateformes du marché. Soit sur Windows, OS X et Linux. Attention cependant car si vous voulez l’utiliser, il faudra impérativement persuader vos amis de basculer eux aussi sur le logiciel.

Quoi qu’il en soit, si vous voulez en savoir plus à son sujet, le mieux c’est encore de vous rendre sur son site, à cette adresse.

Via

Mots-clés applelinuxmicrosoft