Traitement anti-covid19 : les antidépresseurs peuvent-ils aider ?

Une grande avancée dans les recherches d’un moyen de traitement efficace contre le coronavirus. Aux États-Unis, une équipe de chercheurs découvre une corrélation entre l’utilisation des antidépresseurs et la réduction du taux de mortalité des patients infectés.

Antidépresseur_traitement_COVID_19

Antidépresseur_traitement_COVID_19

Toutefois, de nombreux points d’ombres restent encore à élucider afin de proposer un remède efficace.

Les résultats des enquêtes menées par les chercheurs

Les antidépresseurs préservent-ils les patients atteints de Covid19 de la mort ? Une équipe de chercheurs américains a établi la corrélation entre ces deux faits par le biais d’une enquête. L’étude de santé menée se penche sur les dossiers de plus 80 000 patients atteints l’année dernière dans le pays.

Après maintes analyses, elle en arrive à la conclusion que les personnes utilisant des ISRS ont un taux de mortalité moins important. Chez les patients prenant un traitement à base de fluvoxamine et de fluoxétine, le risque est respectivement réduit de 26 et 28 %. Toutefois, il faut retenir que les scientifiques ne sont pas à leurs premières découvertes.

Par le passé, plusieurs études de santé avaient déjà observé des résultats positifs chez des patients de Coronavirus prenant des antidépresseurs. Seulement, ils n’arrivaient pas à expliquer réellement quel mécanisme par lequel ces derniers protègent renforce l’immunité des patients. Cependant, les scientifiques en savent davantage à chaque nouvelle analyse sur les effets des ISRS sur l’organisme.

Il serait probable que plusieurs canaux sont impliqués dans la série de réactions immunitaires qui se déclenche.

Quelles sont les propriétés des antidépresseurs ISRS ?

Bien que les résultats des analyses n’apportent pas la preuve d’un effet causal, les scientifiques découvrent quelques propriétés des ISRS. Selon les analyses effectuées, ces substances peuvent jouer le rôle d’anti-inflammatoire médié par une réduction de plusieurs cytokines pro-inflammatoires. Il agit notamment sur l’interleukine 6 et le facteur de nécrose tumorale.

Également, ces antidépresseurs s’opposent contre le processus aboutissant à l’installation du coronavirus dans l’organisme. À noter que les ISRS dont la fluoxétine et la fluvoxamine appartiennent au groupe des inhibiteurs fonctionnels de la sphingomyélinase (FIASMA). Ces derniers ont la propriété d’inhiber la sécrétion de l’enzyme sphingomyélinase acide qui décompose la sphingomyéline en céramide. Mais plus encore, ils rendent plus difficile l’infection des cellules par le SRAS-CoV-2.

 

Source : Sciencealert