Transplantation utérine : après la Suède vient le tour des Etats-Unis

Des parents américains peuvent enfin embrasser le résultat d’une transplantation utérine réussie. Le 4 décembre 2017, le premier bébé américain issu d’une greffe d’utérus a vu le jour à l’hôpital de Baylor, à Dallas. Cela survient trois ans après l’arrivée du tout premier bébé né au terme d’une grossesse similaire en Suède. La réussite de l’opération est synonyme d’espoir pour de nombreuses femmes.

Le Docteur Liza Johannesson, chirurgienne spécialisée en transplantation utérine, fait partie de l’équipe ayant œuvré pour le succès de l’opération. Venue de Suède, elle a intégré le groupe de Baylor. L’hôpital prend actuellement en charge l’essai clinique d’une autre femme enceinte ayant fait également l’objet d’une transplantation.

Bébé IA

« Pour que la procédure soit étendue à davantage de femmes, elle doit être reproduite. » a expliqué le Docteur Liza Johannesson lors d’une interview du New York Times.

Une naissance plus que « spéciale »

Les heureux parents du bébé américain ont tenu à rester anonymes mais ont livré quelques informations sur la naissance de leur enfant. Il s’agit d’un petit garçon qui a vu le jour au terme d’une césarienne programmée. L’utérus dans lequel il s’est développé provient d’une infirmière de 36 ans ne voulant plus avoir d’autres enfants. Les gamètes utilisés quant à eux proviennent des parents.

L’implantation de l’embryon, conçu in vitro, a été faite un an après la transplantation du nouvel utérus. L’objectif de l’équipe en charge de l’essai clinique était de vérifier si la greffe avait pris ou non. Le Docteur Robert T. Gunby Jr, obstétricien et gynécologue, a confié au Magazine Time : « J’ai donné naissance à beaucoup de bébés, mais celui-ci était spécial. »

Les Françaises ne seront pas en reste

La Suède compte à son actif environ cinq naissances par transplantation d’utérus. Cette procédure est destinée aux femmes souffrant d’infertilité utérine absolue. Cela concerne celles ayant un utérus non fonctionnel ou inexistant et les femmes ayant subi une hystérectomie.

Près de 70 000 françaises subissent une hystérectomie chaque année et environ 1 sur 4500 est victime du Syndrome de Mayer Rokitansky Küster Hauser. Heureusement, le CHU de Limoges a initié un projet de recherche clinique concernant la greffe d’utérus. La première naissance par transplantation en France est attendue en 2018.