Trëmma, Le Bon Coin à la sauce Emmaüs

La vente en ligne d’objets de seconde main a été popularisée par des plateformes comme Le Bon Coin ou encore Vinted. L’association Emmaüs a récemment décidé de reprendre ce concept et de l’adapter à sa sauce. Ainsi, on apprend que le 25 janvier 2021, elle a ouvert sa propre boutique de vente d’objets de seconde main sur le Label Emmaüs, une place de marché créée en 2016.

Cette nouvelle plateforme, baptisée Trëmma, a été mise en place pour promouvoir le don en ligne. Les personnes qui décident de mettre en vente des objets sur Trëmma ne toucheront aucune somme d’argent sur ce qu’ils ont vendu. Comme le souligne Maud Sarda, la directrice de Label Emmaüs, lors d’une entrevue menée par Les Echos « le produit de la vente est reversé au projet de solidarité que le donateur a choisi. »

Credits Pixabay

À la place, ils pourront « demander un reçu fiscal portant sur 60% de la vente. »

Une initiative qui cible les gens « hyperconnectés »

Le fonctionnement de cette boutique est relativement simple. Tout le monde peut y vendre l’objet de son choix. Les utilisateurs n’auront qu’à y publier leur annonce. Elle sera ensuite « reprise par un modérateur, salarié(e) en insertion, qui la complète, la met en vente sur label-emmaus.co. »

Trëmma est un service qui s’adresse à un large public. Toutefois, il cible particulièrement les « jeunes très connectés et engagés » et les « gens hyperconnectés, pour qui vendre des articles sur Vinted et Leboncoin est une seconde nature, mais qui n’ont pas le réflexe Emmaüs. » À terme, l’association espère remédier à la perte de qualité des dons qui est observée depuis une dizaine d’années.

Un appel aux dons

Depuis sa création en 2016, le Label Emmaüs a étoffé son catalogue avec près de 1,3 million d’objets qui viennent des centres Emmaüs ou de ses partenaires. En quatre ans,  la plateforme a réussi à se construire une communauté solide. D’après Maud Sarda, le Label Emmaüs a reçu 4 millions de visites en 2020.

Aujourd’hui, la plateforme veut relever le défi de « continuer le réemploi des objets pour un mouvement qui est construit depuis 70 ans sur le modèle d’économie circulaire. » Pour y arriver, le Label Emmaüs a besoin de vous. La plateforme est en effet « obligé de collecter beaucoup plus d’objets pour assurer le même niveau de recettes. »

Si vous avez des objets qui ne vous servent plus et dont vous voulez vous défaire, n’hésitez donc pas à vous rendre sur Trëmma.