Trogonognathus Kabeyai, le requin qui semble sortir d’un film d’horreur

Les monstres n’existent pas que dans les films. La découverte faite par une équipe de scientifiques au large des côtes taiwanaises en est la preuve. D’après Fox News, les chercheurs de l’Institut de recherche halieutique de Taiwan ont mis la main sur une espèce de requins très rares à l’aspect effrayant.

Cinq requins de couleurs sombres à l’allure longiligne et dotés d’une mâchoire aux dents aiguisées ont été repêchés près du canton de Donghe par l’équipe de chercheurs. La plupart d’entre eux étaient déjà morts. D’après les scientifiques, le nom de cette espèce est Trigonognathus Kabeyai, aussi appelée « requin-vipère ».

Requin vipère

Ce requin bien connu des scientifiques est très rare. La première découverte du Trigonognathus Kabeyai remonte à 1986 au large de l’ile de Shikoku, au Japon.

Des caractéristiques particulières

Lors de la découverte, les scientifiques ont facilement identifié cette espèce de requin en raison de ces caractéristiques très particulières. « La caractéristique la plus évidente est les dents en forme d’aiguilles, comme des crocs de serpent ; ce qui lui vaut le nom de requin-vipère. »

Le Trigonognathus Kabeyai vit en eaux profondes à environ 300 ou 400 mètres pendant la journée et a 150 mètres durant la nuit. Les mâchoires du requin-vipère sont capables de s’étendre rapidement pour capturer ses proies qu’ils engouffrent à la manière des baleines. Son ventre est recouvert de photophores luminescents.

Un seul survivant

Durant leur capture qui s’est faite à 350 mètres de profondeur, les quatre des cinq requins repêchés par les scientifiques étaient déjà morts.

Le cinquième était remonté à la surface de la mer. Toutefois, il est mort un jour plus tard.

Pour l’instant, les scientifiques n’ont pas émis d’hypothèse sur ce qui aurait pu causer la mort de ces spécimens. Des études plus poussées permettront surement de savoir ce qui aurait provoqué le décès de ces requins-vipères.

Cette découverte aidera certainement les scientifiques à compléter leurs données concernant le Trigonognathus Kabeyai qui a déjà fait l’objet d’une étude parue dans la revue scientifique Ichtyological Research en 2003.

Mots-clés animauxinsolite