Trois hommes sauvés par un SOS tracé dans le sable

Un hélicoptère de l’armée australienne a réussi à sauver des vies grâce à un signal SOS tracé sur le sable d’une île isolée du Pacifique. Sans cela, personne ne les aurait trouvées, quand bien même il y avait des militaires australiens et américains stationné dans une base située à proximité. Les trois hommes y ont été bloqués pendant trois jours avant d’être récupérés.

Leur seul espoir était que leur famille se rende compte de leur absence et en informe les autorités.

Crédit : Peter Feghali – Unsplash.com

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Les marins ont quitté Pulawat, dans les États fédérés de Micronésie, le 29 juillet 2020, pour atteindre les atolls de Pulatop. Pourtant, ils sont tombés en panne de carburant, car ils ont fait un petit détour. Par malheur, les hommes ont échoué avec leur voilier à 118 miles à l’ouest de leur point de départ.

Au bout du compte, les marins ont eu le bon reflex. Ils étaient tous en bonne santé quand ils sont rentrés chez eux. Le patrouilleur micronésien FSS Independence les a récupérés sur l’île Pikelot, le 3 août.

Des jours de recherches intensifiées

« Les hommes ont été portés disparus le 31 juillet.  Cependant, les militaires australiens et le centre de sauvetage de Guam ont travaillé ensemble pour les retrouver. Ce qui fait que, trois jours après, ils ont réussi », a déclaré le ministère de la Défense en Australie.

Les hommes ont été ramenés chez eux à Pulap, à l’ouest de Chuuk, après quelques jours de recherches intensifiées. Selon le capitaine Christopher Chase, commandant du secteur des garde-côte de Guam, c’est le résultat d’un merveilleux travail d’équipe. Ils ont aussi collaboré avec des militaires australiens et américains.

« Nous étions à bout de notre recherche, mais nous avons voulu vérifier la petite île. C’est ainsi que nous avons aperçu le SOS et le bateau amarré juste à côté. Grâce à la coopération avec d’autres organismes d’intervention multiples, nous avons pu ramener ces hommes à leur famille », a déclaré le lieutenant-colonel Jason Palmeira-Yen, un pilote de l’armée de l’air.

Un signal conventionnel qui a permis de sauver des vies

La pandémie du Covid-19 a obligé les sauveteurs à maintenir la distanciation sociale. Une fois que la localisation a été faite, l’équipage du Canberra a déployé la nourriture et l’eau par voie aérienne pour que les trois hommes puissent tenir jusqu’à l’arrivée des secours.

Le SOS est un signal de détresse reconnu internationalement. De nombreux naufragés ont déjà été secourus par ce type d’alerte. En 2016, les gardes côtières américaines ont également sauvé des marins dans ces eaux micronésiennes. Ces naufragés ont dû nager sur des kilomètres pour atteindre l’île la plus proche et ont écrit le message de SOS sur le sable.