Trois nouvelles exoplanètes ont été découvertes… à 73 années lumière seulement

Dernièrement, les scientifiques qui gèrent la mission TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la NASA ont découvert trois exoplanètes. Elles se trouvent dans un système particulièrement intéressant, situé à seulement 73 années-lumière de distance de la sonde.

Les trois mondes, baptisés TOI-270b, TOI-270c et TOI-270d, tournent autour d’une naine rouge qui porte désormais le nom de TOI-270.

espace

Crédits Pixabay

Les scientifiques estiment que les chances d’habitabilité des trois planètes sont très faibles. Toutefois, ils pensent que l’étude de ce système aiderait à démêler certains mystères, comme la différence entre la formation des géantes gazeuses et des planètes rocheuses. Plus encore, ce système nouvellement découvert pourrait mener à des endroits habitables.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans Nature Astronomy.

Un véritable Disneyland pour la science des exoplanètes

« Le TOI-270 est un véritable Disneyland pour la science des exoplanètes, et l’un des principaux systèmes que TESS s’est donné pour mission de découvrir », a déclaré l’astrophysicien Maximilian Günther du Kavli Institute for Astrophysics and Space Research du MIT. « Avec ce système, on peut faire tout ce qu’on veut dans la science de l’exoplanète. »

TOI-270b est une planète rocheuse. Elle fait 1,25 fois la taille de la Terre et c’est la plus proche de l’étoile hôte autour de laquelle elle tourne tous les 3,4 jours.

Les deux autres planètes font respectivement 2,42 fois et 2,13 fois la taille de la Terre. La plus grande complète son orbite en 5,7 jours, et la plus petite en 11,4 jours.

Une piste pouvant mener vers des mondes habitables

Les trois exoplanètes sont en « résonnance orbitale ». Il s’agit d’une situation dans laquelle les orbites des objets célestes en révolution autour d’un barycentre commun ont des périodes de révolution et sont commensurables. « Ces planètes s’alignent comme des perles sur une ficelle », a expliqué Günther.

Pour les chercheurs, il s’agit d’une occasion d’étudier le comportement dynamique de ces planètes. L’expert pense même que cette résonnance orbitale pourrait constituer une piste menant vers des mondes habitables situés plus loin, à l’arrière de l’étoile. Plus précisément, les chercheurs espèrent y trouver des exolunes.

« Il y a beaucoup de petites pièces du puzzle que nous pouvons résoudre avec ce système », a dit Günther. « C’est un laboratoire exceptionnel, non pas pour une, mais pour plusieurs raisons. »