Covid-19 : L’OMS met en garde, une troisième vague est toujours possible

On nous avait prévenus, mais personne n’y avait vraiment cru ! Après une brève période d’accalmie, le Coronavirus COVID-19 a en effet fait un grand retour dans de nombreux pays, dont la France. Alors que beaucoup pensaient que c’était fini, le virus a de nouveau infecté des milliers de personnes.

Eh bien, préparez-vous, parce que la pandémie n’est pas prête de s’arrêter de sitôt si on n’en croit les funestes prévisions de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Crédits Pixabay

Samedi 21 novembre, dans les colonnes des journaux du groupe CH Media, un envoyé spécial de l’OMS pour le Coronavirus, le docteur David Nabarro, a en effet prévenu qu’il faudra peut-être se préparer à ce qu’une troisième vague pandémique ne déferle (très) bientôt dans toute l’Europe.

Une troisième vague en 2021 ?  

Pour l’OMS, il est plus qu’indispensable d’essayer de repousser la seconde vague de Coronavirus COVID-19 en mettant par exemple en place des systèmes de traçage des cas confirmés dans chaque localité. Le but est de briser les chaînes de contamination afin d’empêcher la propagation du virus.

Dans le cas contraire, cela va augmenter le risque que la pandémie revienne en force en 2021. « Aujourd’hui nous avons une deuxième vague. [Si les autorités] ne construisent pas l’infrastructure nécessaire, nous aurons une troisième vague au début de l’année prochaine », a sérieusement prévenu  le docteur Nabarro. Ce dernier a également insisté sur l’importance de veiller à ce que les mises en quarantaine des personnes touchées par le  virus soient parfaitement respectées : « il faut une surveillance très étroite des personnes afin de savoir qui est infecté. »

A lire aussi : La Covid-19 vue par la Corée du Nord

La faute aux dirigeants européens ?

Pour l’OMS, cette deuxième vague pandémique aurait pu être empêchée si les gouvernements européens avaient su « développer l’infrastructure nécessaire durant les mois d’été, après avoir maîtrisé la première vague. » David Nabarro estime heureusement qu’il n’est pas encore trop tard pour empêcher que l’histoire ne se répète à nouveau.

Pour cela, l’OMS encourage les dirigeants du Vieux continent à s’inspirer et prendre exemples des pays asiatiques, comme la Corée du Sud, qui ont fermement maintenus les mesures d’endiguement du virus, après la période d’accalmie post-première vague.

Comme l’explique le docteur Nabarro : en Asie, « les gens sont pleinement engagés, ils adoptent des comportements qui entravent le virus. Ils maintiennent leurs distances, portent des masques, s’isolent quand ils sont malades, lavent leurs mains et les surfaces (ndlr, sur lesquelles le virus peut se déposer). Ils protègent les groupes les plus vulnérables. »

A lire aussi : Covid-19, un troisième vaccin en bonne voie

Ainsi pour éviter qu’une nouvelle vague d’infection n’arrive en 2021, l’OMS invite les gouvernements européens à garder fermement les mesures anti-COVID-19 en place tant que le nombre de cas n’est et ne reste pas bas. Affaire à suivre donc.

Mots-clés Covid-19