Trop travailler est mauvais pour la santé

Travailler plus qu’il n’en faut peut conduire au surmenage et parfois, à des maladies potentiellement mortelles. D’après une nouvelle étude menée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), des centaines de milliers de personnes mourraient chaque année dans le monde suite aux conséquences des longues heures de travail.

L’étude, réalisée en 2016, a révélé qu’environ 745 000 personnes ayant travaillé 55 heures ou plus par semaine sont décédées après avoir été victimes d’accidents vasculaires cérébraux et de cardiopathie ischémique. Selon les résultats de la recherche, travailler 55 heures par semaine ou plus augmenterait ainsi les risques d’accident vasculaire cérébral de 35 %, et ceux de cardiopathie ischémique de 17 %, comparé à un travail hebdomadaire de 35 à 40 heures.

Crédits Pixabay

Pour Maria Neira, directrice du département de l’environnement, du changement climatique et de la santé au sein de l’OMS, il est temps pour les gouvernements, les employeurs et les employés de prendre conscience du fait que les longues heures de travail peuvent conduire à une mort prématurée.

Les résultats de l’étude

L’étude a été menée en collaboration avec l’OIT (Organisation Internationale du Travail) afin de recueillir des informations d’anciennes enquêtes portant sur les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux.

Les données provenaient de patients issus de 194 pays différents. En utilisant les critères de l’OMS, « des preuves suffisantes de nocivité » ont été démontrées, bien que les données ne montrent pas de lien précis avec les conditions de travail.

Selon les statistiques, les hommes, les personnes âgées de 60 à 74 ans, ainsi que les populations des régions du Pacifique occidental et de l’Asie du Sud-est étaient les plus touchés par les maladies et les décès liés au travail. D’après l’étude, 488 millions de personnes, soit 8,9 % de la population mondiale, travaillaient 55 heures ou plus par semaine en 2016.

Qu’en est-il de la situation actuelle ?

L’OMS estime aujourd’hui que la situation n’a pas beaucoup changé depuis 2016, surtout avec la prolifération des petits boulots et le passage vers le travail à domicile à cause de la pandémie de Covid-19.

Pour de nombreuses entreprises, le télétravail est le meilleur moyen de rester productif depuis le début de la crise sanitaire. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS, a déclaré qu’à cause de la pandémie actuelle, la façon de travailler de nombreuses personnes a considérablement changé. Il a expliqué que le télétravail est devenu la norme dans beaucoup d’entreprises. A cause de cela, les frontières entre la maison et le travail existent de moins en moins. De plus, la réduction du nombre d’employés dans les entreprises dans le but d’économiser de l’argent a contraint les travailleurs restants à travailler encore plus.

L’OMS recommande ainsi aux travailleurs de préserver leur santé en réduisant leurs heures de travail quand ils se sentent surchargés, notamment en passant plus de temps en famille ou en pratiquant des activités de loisir.

L’organisation demande également aux employeurs et aux gouvernements de tenir compte des résultats de cette étude. Mettre en place des règles pour que les horaires de travail soient plus flexibles et s’assurer que le travail soit bien réparti entre les employés restent les meilleurs moyens pour réduire le taux de mortalité lié aux longues heures de travail.