Trump confirme qu’une cyberattaque a été menée pour contrer l’ingérence russe lors des élections de mi-mandat de 2018

Lors d’une récente interview accordée à Marc Thiessen, chroniqueur du Washington Post, Donald Trump a déclaré avoir été le commanditaire d’une cyberattaque, menée contre la Russie, durant les élections de mi-mandat de 2018.

Comme cette affaire était classifiée, avant cette affirmation de Trump, ni le Pentagone ni la Maison Blanche n’avaient divulgué cette information au grand jour.

Crédits Pixabay

Pour justifier cette cyberattaque, Donald Trump a précisé que la Russie tentait de perturber les élections, comme elle avait l’habitude de le faire.

La Russie interfère avec les élections présidentielles américaines depuis 2016

En 2019, le Washington Post a déjà évoqué le fait que l’United States Cyber Command, l’organisme en charge de la sécurité de l’information pour le Département de la Défense des États-Unis, a effectué une opération destinée à contrecarrer les plans de l’IRA (Internet Research Agency), une organisation russe spécialisée dans la manipulation de l’opinion publique sur la toile.

En effet, durant la campagne de 2016, tout en se faisant passer pour des Américains, l’IRA partageait des publications visant à perturber les élections. Face à cela, l’intervention de l’United States Cyber Command fut la première cyberattaque menée contre la Russie, dans le but de l’empêcher de troubler les élections américaines.

Par la suite, afin de se prémunir d’une autre action malveillante de ce genre venant de la Russie, Trump a reconnu avoir ordonné cette cyberattaque contre l’IRA, lors des élections de mi-mandat de 2018. Ce dernier a confirmé avoir fait cela pour empêcher la campagne de désinformation russe d’influencer les résultats électoraux.

À lire aussi : Pour la nièce de Trump, sa réelection sonnerait la fin de la démocratie américaine

Selon Trump, il a du répondant, contrairement au président Obama

Comme on le sait, depuis belle lurette, les relations entre les États-Unis et la Russie ne sont pas au beau fixe.

Durant son entretien avec Marc Thiessen, Donald Trump a souligné que lorsque Barack Obama était au pouvoir, même s’il savait très bien que la Russie essayait à plusieurs reprises de pirater le gouvernement américain, il n’a pas réagi.

Selon Trump, la cyberattaque qu’il a ordonnée en 2018 est un exemple du mordant qu’il a, mais qui a fait défaut à Obama.

Mais selon le Washington Post, suite aux tentatives de piratage de la DNC (Democratic National Committee), Barack Obama n’a pas seulement appelé la Russie, mais a aussi avancé que le président russe, Vladimir Poutine, était étroitement lié à tout cela. En décembre 2016, Obama a même infligé des sanctions à la Russie pour piratage électoral.

À lire aussi : Donald Trump banni de Twitch et Reddit