Tumblr ne compte pas arrêter le porno

Tumblr a fait savoir aux autorités coréennes que le service n’avait pas l’intention d’empêcher ses utilisateurs de partager du contenu pornographique, et ce en dépit des pressions exercées par la KCSC.

Tumblr a ouvert ses portes en 2007 et le service s’est rapidement fait un nom sur la toile en raison de sa simplicité et de son accessibilité. Les années passant, la plateforme a réussi à fédérer une véritable communauté autour de ses blogs et elle compte à l’heure actuelle un peu plus de 555 millions d’utilisateurs répartis à travers le monde.

Pornhub Fun

Si elle est très loin d’égaler Facebook ou Instagram, elle devance tout de même la plupart de ses concurrents d’une bonne tête et cela vaut notamment pour Twitter, Snapchat ou encore Pinterest.

Tumblr se trouve dans le collimateur de la KCSC

Contrairement à bon nombre de plateformes sociales, Tumblr applique une modération assez laxiste et les internautes ont ainsi le droit de publier tous les contenus de leur choix. Lorsqu’un problème de droit se pose, la société laisse les utilisateurs concernés se débrouiller entre eux.

Bien sûr, cette liberté de ton n’est pas du goût de tout le monde.

La KCSC (Korea Communications Standards Commission) a ainsi le service dans son collimateur depuis plusieurs mois maintenant. Plus tôt dans l’année, la commission a en effet envoyé une requête aux FAI locaux afin de leur demander de supprimer pas moins de trente mille messages liés à la prostitution ou à la pornographie, des messages publiés sur plusieurs plateformes sociales différentes.

Bien sûr, les plateformes en question ne sont pas toutes sur le même pied d’égalité et la commission a ainsi réalisé que la plupart de ces messages étaient en provenance de Tumblr. Le service de Yahoo totalisait en effet à lui seul 22 468 requêtes, contre 1771 pour Twitter, 12 pour Instagram ou encore 5 pour Facebook.

Le service ne compte pas museler ses utilisateurs

La KCSC n’a cependant pas été surprise par ces écarts puisque la tendance était exactement la même l’année dernière. Sur les 81 898 requêtes déposées par la commission, 47 480 visaient Tumblr, 6 853 visaient Twitter, 27 visaient Facebook et 13 visaient Instagram.

En conséquence, les autorités coréennes ont envoyé un courrier au principal intéressé afin de lui demander de faire le ménage dans ses blogs.

Tumblr ne semble cependant pas avoir été très impressionné par les arguments de la commission. L’entreprise a effectivement fait savoir qu’elle n’avait aucune existence physique en Corée du Sud et qu’elle n’était donc pas tenue de se conformer aux lois en vigueur dans ce pays. En outre, la société a également indiqué que la liberté d’expression était une priorité à ses yeux et qu’elle ne comptait pas modérer ses utilisateurs de quelque façon que ce soit… d’autant que les messages en question d’enfreignaient aucunement ses conditions d’utilisation.

Mots-clés tumblr