Twitter dévoile sa politique sur les deepfakes, les fake news et les tweets nuisibles

Twitter a enfin présenté la version officielle de sa politique sur les médias manipulés et falsifiés. Cette politique consiste principalement à étiqueter les tweets identifiés comme nuisibles et à avertir les utilisateurs sur les médias manipulés et truqués. Néanmoins, ces tweets et médias ne seront supprimés du réseau social que s’ils sont susceptibles de causer un quelconque préjudice.

Apparemment, Twitter considérera le mot « préjudice » dans son sens large. Autrement dit, plus que le préjudice physique, le réseau social inclura dans cette notion toute menace à la sécurité physique d’une personne ou d’un groupe ou encore le risque de violence ou de troubles civils. Ce mot comprendra également toute menace à la vie privée ou à la capacité d’une personne ou d’un groupe de s’exprimer librement ainsi que de participer à des évènements civiques.

Crédits Pixabay

La politique couvrira ainsi le harcèlement et toutes les formes d’intimidation, dont la répression et l’intimidation des électeurs qui pourrait survenir compte tenu de l’élection présidentielle américaine à venir.

Twitter a pris en considération les avis de ses utilisateurs

La plateforme de réseautage a déclaré qu’elle a élaboré sa nouvelle politique, notamment, en recueillant les commentaires des utilisateurs via le hashtag #TwitterPolicyFeedback. L’entreprise a ainsi pu recueillir plus de 6.500 commentaires à partir desquels elle a pu constater que 70% des utilisateurs souhaitaient que la plateforme prenne des mesures concernant les médias trompeurs et modifiés et que seulement 55% d’entre eux souhaitaient que ces genres de contenus soient supprimés. Par ailleurs, 90% des utilisateurs souhaitaient que seuls, les supports manipulés considérés comme dangereux soient supprimés et 75% des commentaires demandaient à Twitter de prendre des mesures supplémentaires pour les comptes partageant ce type de médias.

Et, visiblement, Twitter a fait de son mieux pour tenir compte des retours de ses utilisateurs puisque sa nouvelle politique régit les contenus modifiés dans une large mesure, mais pas seulement les deepfakes qui sont passés par l’intelligence artificielle.

Yoel Roth, responsable de l’intégrité du site sur Twitter, a effectivement expliqué que :

Des choses comme l’édition ou le recadrage sélectionné, le ralentissement ou la superposition, ou la manipulation de sous-titres seraient toutes des formes de médias manipulés que nous envisagerions dans le cadre de cette politique. Notre objectif en faisant ces évaluations est de comprendre si quelqu’un sur Twitter qui fait juste défiler sa chronologie a suffisamment d’informations pour comprendre si le média partagé dans un tweet est ou n’est pas ce qu’il prétend être.

À lire aussi : Gros piratage chez Twitter

Twitter ne laissera passer aucune fake news sans y mettre un avertissement

Les médias manipulés seront ainsi étiquetés par Twitter et ne seront pas supprimés s’ils ne causent aucun préjudice. Par contre, Twitter ajoutera une étiquette d’avertissement sur le tweet ainsi qu’un lien vers une page contenant des explications et clarifications supplémentaires.

La politique de Twitter prévoit aussi un élément de vérification de faits. De ce fait, dans le cas de fake news, Twitter présentera des faits provenant d’organismes de presse, d’experts ainsi que d’autres personnes évoquant directement les faits véridiques sur le sujet sur les tweets trompeurs et affichera une étiquette d’avertissement pour les personnes voulant retweeter ou aimer le tweet et peut également réduire la visibilité de ces tweets et les empêcher d’être recommandés.

Del Harvey, qui dirige l’équipe « Trust & Safety » de Twitter, a déclaré que :

La mission de Twitter est de servir la conversation publique. Dans ce cadre, nous voulons encourager une participation saine à cette conversation. Les éléments qui déforment ou distraient de ce qui se passe menacent l’intégrité des informations sur Twitter.

Notre objectif est vraiment de fournir aux gens plus de contextes sur certains types de médias qu’ils rencontrent sur Twitter et de s’assurer qu’ils soient en mesure de prendre des décisions éclairées sur ce qu’ils voient.

À lire aussi : Twitter permet de publier des messages vocaux