Twitter, Facebook, Microsoft et YouTube s’engagent contre les discours haineux sur la toile

Twitter, Facebook et YouTube sont des outils fantastiques. Par leur entremise, les internautes peuvent en effet s’exprimer sur tous les sujets de leur choix et partager de nombreux contenus avec des personnes situées aux quatre coins du monde. Oui mais voilà, le problème c’est que certains utilisateurs utilisent ces services pour promouvoir des idées nauséabondes et pour tenir des discours haineux.

La Commission Européenne a parfaitement conscience qu’elle ne peut interdire ou supprimer la haine, mais elle n’a pas l’intention de rester les bras croisés pour autant et elle vient ainsi de signer un accord avec les trois géants cités un peu plus haut, mais aussi avec Microsoft.

Accord Twitter, Facebook, YouTube, Microsoft

Twitter, Facebook, YouTube et Microsoft vont travailler avec la Commission Européenne afin de limiter les discours haineux sur le web.

Un accord qui se présente davantage sous la forme d’un code de bonne conduite et qui s’articule autour de plusieurs volets.

Un code de bonne conduite s’articulant autour de plusieurs volets

L’idée, ce n’est évidemment pas de discuter sur des queues de cerise et les sociétés concernées s’engagent ainsi à mettre en place plusieurs actions concrètes afin de limiter autant que possible la portée des discours haineux.

Elles devront notamment mettre en place des procédures claires et efficaces afin de pouvoir examiner les signalements de discours haineux illégaux diffusés sur leur canal, pour pouvoir retirer ensuite les contenus concernés ou en bloquer l’accès. Le tout avec le plus de réactivité possible.

Ces entreprises devront en effet contrôler la plupart des signalements valides en moins de 24 heures et prendre les mesures qui s’imposent avant la fin du délais imparti. En parallèle, toutes ces plateformes auront la charge d’informer les utilisateurs mais aussi de les sensibiliser sur cette épineuse question.

Elles joueront en plus un rôle informatif puisqu’elles devront fournir toutes les informations adéquates sur les procédures de signalement et former leurs équipes aux évolutions actuelles de la société.

L’accord complet peut être consulté à cette adresse.

Il faut tout de même préciser que la France a mis en place un dispositif entièrement dédié à la chose, PHAROS. Grâce à ce service, les internautes peuvent signaler rapidement les comportements illicites et/ou illégaux sur internet.

Pour le faire, il leur suffit de se rendre sur cette page, de cliquer sur le bouton « signaler » et de suivre la procédure affichée à l’écran.