Sur Twitter, un faux compte d’Elon Musk a gagné 38 000 $ en répondant à un tweet de Donald Trump

Twitter n’est pas que le paradis des haters à la petite semaine. Le réseau social à l’oiseau bleu fait aussi partie des terrains de jeu préféré des arnaqueurs et des scammers. Preuve en est, plus tôt dans l’année, des hackers se sont rempli les poches en hackant des comptes de célébrité et en diffusant une arnaque à la cryptomonnaie.

Cette fois, cependant, la situation est un peu différente. Aucun compte n’a fait l’objet d’un piratage.

Une femme se tenant le visage dans les mains
Photo de Anthony Tran – Unsplash

Pour ce tout nouveau scam, les arnaqueurs à l’origine de la campagne n’ont eu qu’à utiliser un faux compte et à répondre… à l’actuel locataire de la Maison blanche.

Twitter, le paradis des haters… et des scams

L’affaire, rapportée initialement par Mashable, est survenu un peu plus tôt dans la semaine. Un compte répondant au pseudonyme d’Elon Musk et reprenant l’image de profil du célèbre homme d’affaires a répondu à un message de Donald Trump en invitant ses partisans à fêter la fin de l’élection présidentielle en bénéficiant d’une offre spéciale sur l’achat de cryptomonnaie, une offre disponible par le biais du site “musk-coins.com”.

Le concept était simple. Les personnes intéressées n’avaient qu’à se rendre sur le site et donner des Bitcoins ou des Ether pour en récupérer un volume plus important ensuite.

Sauf que l’offre en question était en réalité une simple arnaque et les personnes qui ont donné leurs Bitcoins n’ont absolument pas été récompensées de quelque façon que ce soit en retour.

A lire aussi : La NASA a réussi à enflammer Twitter avec un seul tweet

Une arnaque bien ficelée

En soi, ce n’est pas la première fois qu’une telle arnaque voit le jour sur Internet ou sur Twitter. Mais ce qui surprend, finalement, c’est que la campagne a porté ses fruits. L’escroc à l’origine de la campagne a en effet réussi à gagner 38 000 $ : 32 000 $ en Bitcoins et 6 000 $ en Ether.

Mais alors, comment tous ces gens ont-ils pu se faire avoir ? En réalité, le scammer à l’origine de la campagne a plutôt bien fait les choses et il a ainsi mis la main sur un compte vérifié, un compte qu’il a ensuite renommé du nom du célèbre homme d’affaires. Ensuite, il a publié pas mal de contenus relatifs aux entreprises de ce dernier.

A lire aussi : Facebook et Twitter s’expliquent sur l’article censuré du New York Times

Pour l’instant, personne n’a encore réussi à déterminer l’identité de la personne à l’origine de cette campagne.

Mots-clés twitter